Pascale Seys


BIBLIOGRAPHIE


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

Sondant les enjeux, la teneur de l’espace poétique, Pascale Seys nous convie à une traversée de quelques textes fondateurs. D’Anatole France (Le jardin d’Épicure), d’Hésiode (Les travaux et les jours), de René Char (Fureur et mystère), de Rilke (« La panthère ») et de Paul Celan (Le méridien et autres proses). Il s’agit d’aller à la rencontre de l’ombilic du poème, par-delà la convocation de ses seules spécificités formelles, de mettre à jour sa valence métaphysique, sa ligne éthique. Développant la connexion intrinsèque entre le poème et l’ouverture (aux ambivalences, aux jeux des contraires), filant la pensée rilkéenne de l’Ouvert reprise par Heidegger, l’essai circonscrit le lieu poétique comme un champ relevant…


Le Carnet et les Instants

Dans ce troisième recueil de chroniques qui recense des textes courts philosophiques chapeautés par des titres parfois surprenants, Pascale Seys nous emmène dans ses réflexions sur des thèmes classiques tels la vieillesse, le bonheur ou la gentillesse, mais aussi des thèmes plus inattendus comme les distributeurs de savon automatiques.En recourant souvent à l’étymologie des mots et en faisant régulièrement référence à des philosophes de toutes les époques, l’autrice nous offre des textes tantôt doux et drôles, tantôt profonds et inspirants, et nous pousse à repenser le monde d’une façon nouvelle. Sans jamais y porter aucun jugement, elle aborde avec un regard authentique et juste les parts obscures de l’homme et du monde, tentant…


Karoo

Est-ce une série qui commence ? Un spectacle qui se termine ? C'est un courant d'air, une promenade, ou une réponse. Comme si c'était en tutoyant la ville que le sens d'un texte pouvait se dégager. Ou bien, mieux encore, en se dégageant du texte, que la ville prenait un sens... celui de la rencontre.

Est-ce une série qui commence ? Un spectacle qui se termine ? C'est un courant d'air, une promenade, ou une réponse. Comme si c'était en tutoyant la ville que le sens d'un texte pouvait se dégager. Ou bien, mieux encore, en se dégageant du texte, que la ville prenait un sens... celui de la rencontre.


 

C’est un homme, c’est une femme.