Louis Scutenaire


PRÉSENTATION
Né en 1905 à Ollignies, Louis Scutenaire fut avocat au barreau de Bruxelles, puis fonctionnaire au Ministère de l’Intérieur. Dès 1926, il participa aux activités des surréalistes belges. Il publia de nombreux textes, dont un essai sur René Magritte qui illustra plusieurs de ses recueils. Il mourut en 1987.

BIBLIOGRAPHIE


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

À l’instar de Paul Nougé et Marcel Mariën, Louis Scutenaire (1905-1987), « Scut » pour les intimes, mena jusqu’au bout « l’expérience continue » du surréalisme. Mes Inscriptions 1945-1963, qui reparaissent au catalogue d’Allia, attestent de cette dynamique particulière, en somme assez spécifique aux surréalistes belges, où le « primum vivere » semble l’emporter sur l’impérieux devoir de « faire œuvre ». Se tenir debout, pour Scut, n’était pas une posture d’écrivain, juste une position naturelle.Le recueil frappe par la cohésion de sa tonalité et sa puissance expressive. À ceux que rebuterait l’idée de se coltiner la lecture d’un peu plus de 320 pages d’aphorismes, il faudra répondre qu’ici, c’est…


Le Carnet et les Instants

On ne tirera pas ici le portrait de Louis Scutenaire (1905-1987), ami et complice de Magritte, Colinet, Nougé, et activiste très actif du surréalisme en Belgique, bien plus qu’une apparente indolence le laissait croire. Mais disons-le en préambule pour éviter toute ambiguïté : l’auteur de ces lignes eut la vivifiante joie de le connaître, ainsi qu’Irène Hamoir (la « Lorrie » des Inscriptions), le plaisir de les rencontrer régulièrement tous deux rue de la Luzerne durant les dernières années de leur vie, et le bonheur intellectuel de contribuer à le faire lire ou découvrir : principalement chez Edmond Thomas (éd. Plein Chant, 1986) et dans la collection Espace Nord (le premier volume de Mes inscriptions réédité en 1990, sur les cinq initialement…