Gérard Adam


PRÉSENTATION
Gérard Adam est né à Onhaye, petit village près de Dinant, le 1er janvier 1946 à 21 heures. Ce qui fait de lui «un capricorne ascendant lion». Hanté par le monde dès ses premiers jeux d'enfant et la lecture de Tintin, il a l'opportunité de concrétiser ses rêves lorsque, avec sa mère et ses deux frères (un quatrième viendra compléter la famille par la suite), il rejoint au Congo son père qui bétonne le barrage de Zongo. Interne à Léopoldville, Gérard Adam est fasciné par un instituteur qui lit à ses élèves Romain Rolland. C'est à ce moment qu'il décide de sa vocation d'écrivain. Malheureusement, une tuberculose de son père met fin à l'épisode colonial. Ses parents sont rapatriés pour trois ans de sanatorium. La famille dispersée, Gérard Adam vit à Beauraing, chez son grand-père qui a épousé en secondes noces une femme énergique et maternelle, qui comptera beaucoup pour lui. La famille se retrouve ensuite à Wandre, corons miniers, et des copains sont issus d'une immigration bigarrée. Latin-mathématiques à l'Athénée d'Herstal où il est bon élève, ballotté entre les hypothénuses et les déclinaisons. Après les grèves de 60 (où il assiste en spectateur bouleversé à l'attaque de la grand-poste), son père perd son emploi de clicheur à La Wallonie et se recase comme ouvrier dans une petite entreprise métallurgique. Suite aux difficultés matérielles, Gérard Adam entre alors à l'École des Cadets, où, pour supporter la réclusion, (il) se plonge dans l'étude et lit dans le désordre tout ce qui lui passe sous les yeux. Premiers poèmes, enrobés d'un fatras d'adolescence. Pour une revue qu'il a lui-même fondée, La Pince à Linge, il écrit à une jeune fille dont il a lu un poème dans Le Soir; il rencontre ainsi sa future femme, la peintre et poétesse Monique Thomassettie. Candidatures en médecine accomplies à Liège pour le compte de l'armée. Mariage en 1967 puis doctorat à l'U.L.B. En mai 1968, flirte avec la contestation. Vélléités d'écriture de plus en plus éphémères. Médecin militaire, il découvre que le mélange d'action et d'humanisme impliqué par cette profession ne lui convient pas trop mal : deux années en Allemagne, puis le Zaïre, Kitona, Kinshasa. Voyage en Amérique latine, Opération Kolwezi en 1978. Expériences intenses qui lui fourniront la matière de L'arbre blanc dans la forêt noire dont la rédaction s'étalera de 1978 à 1984. Une somme manuscrite de 850 pages élaguée et réduite finalement à 450 pages. En 1979, il est muté à l'École Royale Militaire dont il deviendra le médecin-chef. Naissance d'une fille, Véronique, en 1980. Parution à l'automne 1988 du premier roman, dans l'indifférence quasi générale, avant que l'ouvrage n'obtienne le prix NCR 1989. Après Le mess des officiers, recueil de nouvelles, les éditions de la Longue Vue abandonnent la fiction. Les livres suivants paraîtront chez Luce Wilquin éditrice : La lumière de l'archange est finaliste du prix Rossel 1993. Oostbrœk et Prométhée, une nouvelle du recueil Le chemin de Sainte-Eulaire est finaliste du Prix «Radio-France Internationale 1993» ... la semaine de la publication du livre, et doit donc être mise hors concours pour le tour final. En 1994, Gérard Adam séjourne quatre mois et demi en Bosnie avec les Casques bleus. À la demande de Pierre Mertens, il publie son carnet de bord La chronique de Santici, puis des nouvelles inspirées par cette expérience La route est claire sur la Bosnie. En mai 1996, parution d'un roman Marco et Ngalula.

BIBLIOGRAPHIE