Francis Groff


PRÉSENTATION
Francis Groff est journaliste, réalisateur de documentaires pour la télévision, scénariste et romancier. Au cours de sa carrière, il a exercé en presse écrite (quotidiens et hebdomadaires), en radio et en télévision. Après avoir débuté en 1973 comme journaliste stagiaire à la rubrique « sport automobile » du quotidien Les Sports (Bruxelles), Francis Groff travaille durant plus d'un an à l'Echo de la Bourse (aujourd'hui l'Echo) où il tient notamment la rubrique « commerce international » et couvre quelques événements organisés dans ce domaine. Ayant choisi de revenir dans sa région natale, il collabore à l'hebdomadaire Le Métropolitain de Charleroi avant de rejoindre l'équipe de La Nouvelle Gazette - La Province (aujourd'hui Sud Presse) aux informations générales (social, économique, judiciaire, etc.). Il réalise de nombreux reportages à l'étranger, principalement sur le continent africain, mais également aux Etats-Unis, au Brésil, dans les pays bordant la Méditerranée et en Europe. Dans le cadre professionnel, il suit également quelques expéditions plus sportives, notamment au Kilimandjaro et dans l'Himalaya. En 1981, Francis Groff est le premier journaliste professionnel belge à réaliser et présenter un bulletin d'information sur une radio dite libre, Radio Métropole qui deviendra ensuite RFM, puis Bel RTL. A partir de 1985, il travaille durant 7 ans en télévision pour RTL-TVi (télévision privée belge), tant sur le plan régional que national. En dehors de la couverture de l'information quotidienne pour les journaux télévisés, il réalise régulièrement des reportages en Belgique et à l'étranger pour les différentes émissions d'information de la chaîne. En 1993, Francis Groff ouvre une parenthèse de 6 années : tenté par une "première" citoyenne en Belgique francophone, il se porte candidat au poste d'Ombudsman de la Ville de Charleroi et est élu parmi 63 postulants. Durant deux mandats de trois années chacun, il va instruire près de 3 000 dossiers relatifs à des plaintes concernant les services communaux, les hôpitaux, les services de police, le CPAS, les services d'urgence, la télédistribution, la distribution de l'eau, les transports en commun, etc. En août 1999, il renoue avec sa profession première en choisissant de devenir journaliste professionnel indépendant dans le cadre de sa société "Les Productions de l'Acacia". Il se spécialise alors dans les reportages écrits (notamment comme collaborateur à l'hebdomadaire Le Vif-l'Express), la réalisation de films documentaires pour la RTBF (télévision publique belge), la rédaction de livres à caractère journalistique et l'écriture de scénarios. Depuis 2018, il se consacre principalement à l'écriture de romans et de nouvelles.

BIBLIOGRAPHIE


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

Comme toujours à cette heure matinale, les abords de l’écluse de Landelies étaient déserts. Dans leur haute maison dont deux fenêtres laissaient passer une lumière jaunâtre, chaudement tamisée par des filets de brume, l’éclusier et sa famille terminaient probablement leur petit déjeuner, mais nul bruit ne filtrait au-dehors. 

Dès l’entame, un récit bien écrit et atmosphérique. Un suspense efficacement campé. Qui nous installe dans la foulée de Jean-Régis de Chassart, un magistrat, quand il s’ébroue le long d’un chemin de halage des bords de Sambre, se lance dans son jogging bihebdomadaire, croise un traquenard aux limites du fantastique, lutte contre la noyade et d’énigmatiques agresseurs :

À cette pensée,…


Le Carnet et les Instants

Francis Groff, dès les premières pages de son deuxième roman, confirme un art certain pour les entrées en matière, il signe les meilleures de la collection « Noir Corbeau ». Un détail ? Du tout. Le policier ou le thriller ont leurs codes et leurs lecteurs, qui ne sont pas ceux de Proust ou Modiano : les rapports au temps, à la sensation, à l’information sont différents, intensifiés, accélérés.Un prologue très réussi, donc. Qui m’a rappelé mes lectures de Pierre Véry, ou leurs adaptations cinématographiques. Ah, Les Disparus de Saint-Agil ! Et ces aventures dans un pensionnat à l’atmosphère glauque, où il était question de disparitions, de meurtre…Vade Retro, Félicien ! débute à l’athénée namurois François-Bovesse,…


Le Carnet et les Instants

Avec six romans à l’enseigne du « Noir corbeau », la collection éponyme des éditions Weyrich prend son envol dans le paysage de la littérature  policière. La Belgique francophone s’est déjà illustrée – et de quelle façon ! – dans  la production de romans noirs.  S’il fallait nous en convaincre, ou simplement nous en informer, la Petite histoire du roman policier belge, un ouvrage de passion érudite signé Christian Libens, qui dirige la collection dont il est à l’origine, évoquera la lignée dont Francis Groff est issu. On y retrouve les noms des deux patriarches, Simenon et Stanislas-André Steeman, suivis des Nadine Monfils, Pascale Fonteneau, Barbara Abel, Baronian, Colize et autres Delperdange. Du côté flamand, les rayons des bibliothèques…