Agnès Dumont


PRÉSENTATION
Agnès Dumont est née « cette année-là » chantée par Claude François. Professeur depuis une trentaine d’années, elle a enseigné aux Comores et à Shanghai avant de se fixer à Liège, sa ville natale. Elle y anime aussi des ateliers d’écriture et des rencontres littéraires. La nouvelle est son genre de prédilection. Ses premiers textes ont été remarqués par la critique et elle a notamment remporté le grand prix du Concours Polar 1997 de la RTBF.

BIBLIOGRAPHIE


NOS EXPERTS EN PARLENT
Le Carnet et les Instants

Valeureux mais surtout flamboyants de la plume sont les Liégeois et Liégeoises ! Voilà l’heureux  constat fait par La Bibliothèque centrale et les Éditions de la Province de Liège, désireux de mieux faire connaître la diversité littéraire de la région au plus grand nombre. Pour ce faire a été mise en place depuis 2016 C’est écrit près de chez vous, une opération qui varie les plaisirs, entre animations, lectures et rencontres. Après Nicolas Ancion, Luc Baba et Katia Lanero Zamora l’an dernier, c’est désormais Agnès Dumont, Denis Lapière et Michel Vandam qui sont mis en lumière par ces activités et dans la plaquette qui nous occupe ici, à travers trois nouvelles inédites. Notons que ces trois textes sont téléchargeables sur le site des Éditions de…


Le Carnet et les Instants

Jeux de rôles, de dupes, d’images, Agnès Dumont les démasque et les illumine de petites émotions grinçantes, malicieuses et douces dans À qui se fier ?, son quatrième recueil de nouvelles.Avec Un petit coup de main, l’on découvre le dévoué Jean-Guy venu « jouer les Adamo sur une péniche » pour les beaux yeux de Carine, dans ce rôle qu’il endosse depuis tout gosse. Nous, c’est pas pareil nous plonge dans l’ambiance d’une salle de classe où les élèves s’évertuent à rédiger une dissertation sur les flux migratoires tandis que leur professeur s’immerge dans ses souvenirs de jeune enseignante aux Comores. Des aventures « qui sentent désormais plus la naphtaline que l’ylang-ylang »…


Le Carnet et les Instants

Roger Staquet, policier à la retraite, arrondit ses fins de mois en gérant un immeuble. Une odeur suspecte attire son attention. Serrurier, ouverture d’appartement, découverte d’un cadavre alité :

Individu d’une cinquantaine d’années, corpulence moyenne, chevelure poivre et sel, début de calvitie. 

Un jeune policier en activité, Paul Ben Mimoun, débarque sur les lieux, le courant passe, les deux hommes échangent leurs impressions. Au premier coup d’œil, l’homme est mort naturellement durant son sommeil dans un espace privé fermé à clé. Le commissaire-adjoint compte classer le dossier sans suite. Mais beaucoup d’affaires policières se jouent sur un fifrelin. Roger et Paul éprouvent l’ombre d’un doute,…