Y’a belle lurette à l’école


RÉSUMÉ

Nous avons déjà tous entendu un ancien se replonger dans le temps et nous raconter des histoires du passé. Ces récits d’antan ravissent généralement petits et grands. Quand il s’agit de l’école, chacun peut appréhender les anecdotes en fonction de l’écolier qu’il est ou qu’il était. Appuyé par les illustrations vives et joyeuses de Chloé Perarnau, Elisabeth Brami nous offre un texte empreint de souvenirs d’un temps révolu : celui de l’estrade en…

  lire la suite sur  Littérature de jeunesse

À PROPOS DE L'AUTEUR
Chloé Pérarnau
Illustrateur de Y’a belle lurette à l’école

Née le 21 septembre 1983 à Metz, France.

Illustration, Académie royale des Beaux-Arts, Bruxelles.

J'ai jusqu'à maintenant travaillé sur des projets personnels qui ont vu le jour sous forme d'albums. Combien de temps ? est un livre plutôt poétique sur le temps, proche de la collection d'images. Le jour où l'éléphant ... est un album plus classique dans sa forme, avec une vraie histoire. Je travaille à l'encre, aux crayons de couleur et utilise l'ordinateur pour l'assemblage final des images. J'ai envie bien sûr d'expérimenter de nouvelles techniques sur mes prochains projets.


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Y’a belle lurette à l’école"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16280 ) [domains] => Array ( [0] => 16306 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Se jeter à l'eau

Odeur de chlore, bonnet qui colle ou fait plisser le crâne, casiers…

Maman

Un grand livre cartonné dédié aux mamans dans lequel les images et les poésies sont présentées en doubles-pages.…

Papy de Neige

Pour réaliser Papy de neige , les Editeurs ont réuni une jeune illustratrice dont c’est le premier album et un auteur chevronné pour ado et adultes qui s’adresse ici aux enfants. C’est l’hiver. Il neige fort. Le jeune narrateur (ou peut-être est-ce une jeune narratrice ?) et son Papa construisent un grand bonhomme de neige. Avec tout ce qu’il faut pour qu’il ait l’air d’une vraie personne. Des noix pour les yeux, une écharpe, un chapeau et des gants. Quand la neige s’arrête de tomber, le bonhomme commence par résister. Le soleil lui donne de l’éclat. Mais petit à petit, l’air se réchauffant, le bonhomme se met tout doucement à rapetisser, à rétrécir, à fondre. Jusqu’à n’être plus qu’un petit tas blanc sur le sol. Ce que je ne vous ai pas dit c’est que le jeune narrateur avait un Papy. Sans que le mot ne soit jamais prononcé, le lecteur a compris que ce Papy - le papa de son papa - est mort. Or ce papy adorait la neige. « Il disait que la neige apaise la tristesse et la colère ». Et pour le gamin, le bonhomme de neige « beau et fier » ressemble à son Papy. A tel point qu’accompagner l’homme de neige dans sa courte vie, lui permet de revivre les derniers moments avec son Papy et d’accepter l’inéluctable. D’une certaine manière, la neige a apaisé la tristesse de l’enfant et peut-être même sa colère.…