Une phrase pour Orphée


RÉSUMÉ

Ce roman raconte en un style chatoyant et vigoureux, les heurs d’un nouveau monde surgi au Sahara après un cataclysme mondial. Les survivants ont vite retrouvé leurs anciens réflexes de peur et de violence, ils se divisent, ils se font la guerre avec des moyens dérisoires. Certains ont construit une ville-prison autour d’un ordinateur au cortex super développé, Tahor. Ils veulent dominer le nouveau monde, imposer leur loi aux Chiens et aux Taupes, peuples humains retournés…

  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois


À PROPOS DE L'AUTEUR
Guy DENIS
Auteur de Une phrase pour Orphée
Au moment de parler de Guy Denis, encore faut-il savoir par où commencer! Jongleur de mots - qu'ils soient voués à la poésie, au théâtre, à l'essai ou au roman - jongleur de rôles - écrivain, acteur, éditeur, parfois professeur de «franco-russe» - il court sans répit à travers scènes et à travers bois. Sa quête, que hante une soif de modernisme et de liberté, le mène sans trêve ni repos : vers quoi? Vers lui-même peut-être.Bien loin de renier son statut de fourmi (Capiche dans certaines parties de la Wallonie) de la littérature, Guy Denis revendique bien haut son droit à la parole. À la niche Capiche! M'en fiche répondit l'écho... Et le poète court toujours.Né à Uccle le 3 mars 1942, Guy Denis passe son enfance dans les ruines de Bastogne. Après une licence en philologie romane à l'Université de Louvain, il entame une carrière d'enseignant à Arlon.Très vite, il va s'affirmer écrivain aux talents multiples : poète, romancier, homme de théâtre, essayiste, etc... Bientôt, il apparaît aussi comme un important animateur culturel et littéraire du Luxembourg.C'est ainsi qu'il a notamment lancé la quinzaine des lettres luxembourgeoises (1975), collaboré au Centre Dramatique Ardennais, à La Fenêtre Ardente et au groupe poétique Nords, tâté de la critique littéraire, fondé avec quelques autres, à l'initiative de la Province, le Service du Livre Luxembourgeois, mis sur pied une maison d'édition, L'Ardoisière (1979) et une revue Wallons-nous? (1980); enfin, c'est lui aussi qui, en 1976, a créé, avec Marcel Penasse, le Capiche Arden Théâtre.Homme aux idées toujours en mouvement, Guy Denis se dépense aussi sur le terrain et s'est révélé un véritable champion de course à pied.Ses écrits lui ont valu, en 1977, le Prix de littérature de l'Académie Luxembourgeoise.En 1998, il fonde avec son épouse Dominique Vatelli la galerie d'art la Louve, qui expose depuis lors des dizaines d'artistes venus de tous les horizons.
Jean-Claude Servais
Illustrateur de Une phrase pour Orphée
J'aimais chez Jean-Claude Servais le goût de terrain vague, de nature, l'église d'Avioth qui sort de la brume, la musique du dessin et de l'air propre autour de tout ça, de l'air propre. C'est un peu mon pays profond qui dérivait avec des arbres, beaucoup d'arbres, un grand virage vers autre chose, un frisson, un regard tourné vers l'arrière-pays de l'âme; un chien qui aboie dans une étendue désertique et l'on entend, dans les loins, à la tombée du soir - les marais - son pays d'extrême-Gaume. J'aimais sa tendresse à dessiner la femme. Chaque porte qui s'ouvre et chaque porte qui se ferme semble dire : il était une fois. (Julos Beaucarne) Même si ses derniers albums sont en couleurs, l'auteur garde une nette prédilection pour le travail en noir et blanc. Il s'y sent plus à l'aise. Force est de constater d'ailleurs que la conversion à la couleur ne s'est pas toujours avérée heureuse. D'ailleurs, on peut affirmer sans crainte de se tromper que la finesse de son trait de plume y perd. Comment en serait-il autrement puisque les détails foisonnent et que souvent l'histoire rampe dans des sous-bois, là où la lumière est plus sombre... Une des innovations les plus intéressantes dans le travail de Jean-Claude Servais, c'est son utilisation de la planche. Bien sûr, d'une manière générale, il ne rechigne pas à un découpage traditionnel (loin cependant du «gaufrier» classique qui a fait les beaux jours de Spirou et Tintin), mais il affectionne aussi une utilisation de l'espace à illustrer beaucoup moins rigide. Souvent, certaines cases font l'objet d'intéressantes découpes qui invitent le lecteur à recomposer son propre dessin ou même qui semblent donner une troisième dimension à l'oeuvre... un peu comme si le dessin voulait s'ouvrir au monde... (Paul Mathieu) Jean-Claude Servais est né à Liège le 22 septembre 1956 d'un père d'origine gaumaise. Cette extraction va beaucoup marquer le jeune garçon qui passe ses vacances chez sa grand-mère, à Jamoigne: un refuge. A portée de ricochets, un autre espace de liberté et de découverte : la Semois. C'est du reste à Jamoigne qu'il va s'installer avec sa femme et ses trois enfants. De fait, la Gaume et son statut particulier dans l'espace socio-géographique belge vont se retrouver directement dans l'expression graphique de Jean-Claude Servais. Tout ensorcelé par ce pays des origines, c'est cependant à Liège que Jean-Claude Servais va donner une forme concrète à sa passion pour le dessin (partagée un temps avec un intérêt pour la compétition cycliste) en fréquentant la section des arts graphiques de l'Institut Saint-Luc. Très vite, fasciné notamment par Jijé, c'est vers la bande dessinée qu'il se dirige, aidé en cela par la rencontre, durant son service militaire, de Gérard Dewamme avec qui il va créer l'histoire de Tendre Violette. Il va ensuite s'installer à Jamoigne. Dès, 1978, après un très bref passage chez Spirou (quelques histoires signées Jicé), Jean-Claude débute au Journal de Tintin avec un premier récit complet : Le chevalier de Mons. A partir d'avril 1979, il collabore au mensuel (A suivre), mais, parallèlement, il n'abandonne pas le Journal de Tintin, puisqu'il y publie les contes de magie et de sorcellerie (repris dans La Tchalette), puis, en 1983, Isabelle. Dès ces premiers titres, l'essentiel des thèmes a été abordé : la vie paysanne, le fantastique populaire, les personnages folkloriques régionaux, la nature, la forêt et, bien sûr, la femme "incarnée" à merveille par la sauvageonne Violette. Ces premiers récits valent à Jean-Claude Servais un succès immédiat, couronné dès 1982 par le Prix de la bande dessinée pour jeunes décerné à Nice et par le Prix Saint-Michel donné à Bruxelles la même année. Dans la foulée, Violette quitte même les planches de BD pour monter sur les planches de théâtre grâce à une mise en scène de Jacques Herbet. Popularité oblige, Jean-Claude Servais est vite réclamé par tous les festivals de bande dessinée : Angoulême, Bruxelles, Durbuy, Sierre, Grenoble, Québec, Lobédé (Longwy)... Souvent aussi, il récolte les faveurs du public : en 1992, par exemple, il se voit couronné par le Prix du Public du Festival BD Durbuy Strip. En octobre 1985, alors qu'il vient de quitter le Journal de Tintin, le Centre d'Art Contemporain du Luxembourg Belge met le dessinateur à l'honneur en créant, au Centre culturel d'Izel, l'exposition Croque la vie. L'année suivante (de décembre 1986 à février 1987), c'est le Centre Wallonie-Bruxelles qui présente une seconde exposition : Parfums de Violette. Une expérience du même type sera d'ailleurs reconduite à Jamoigne en 1999 avec la série La lettre froissée.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Une phrase pour Orphée"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9172 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Mélusine ou La robe de saphir

Espace Nord poursuit sa politique de réédition et de réimpression…

La Belgique de l’étrange

On a souvent évoqué l’existence d’une tradition fantastique en Belgique, tradition dont on s’est plu à rechercher les racines dans les tableaux de Jérôme Bosch et de Pieter Bruegel.…

Histoires singulières

Ah qu’il doit être bon de n’avoir jamais lu Muno, pour pouvoir enfin le découvrir. Avec Histoires singulières , «Espace Nord» ouvre cette porte au jeune lecteur, ou rend le sourire à l’étourdi qui avait prêté son édition de Jacques Antoine et qui, comme de juste, ne l’avait jamais récupérée. Enfoncez-la, cette porte, pour vous perdre dans les brumes délicieuses ; entrez dans cette gare qui semble abandonnée, qui ne figure sur aucune carte ; tombez amoureux de femmes évanescentes. Les dix nouvelles de ce recueil racontent des histoires d’hommes pris au piège de leur solitude, de leur ennui, des hommes qui, au creux de leur existence insignifiante, de la banalité et de la monotonie, découvrent un jour une brèche, et s’y engouffrent tout entier. Celui-ci travaille dans une agence de voyage mais ne voyage pas. Il se laisse hypnotiser par l’immobilité d’iguanes exposés dans la vitrine d’un libraire. Et l’on assiste peu à peu au « brusque surgissement du rêve dans le réel ». Celui-là, dans un bar du bout de la digue où il fait traîner ses heures de chômage, rencontre un gant de femme, oublié dans la fente de la banquette, et entame avec lui une irrésistible histoire d’amour : « On s’envoyait les doigts en l’air, on s’empaumait jusqu’à l’extase ». Cet autre, dans son appartement de bord de mer, aperçoit chaque matin une chaise vide sur la plage déserte. Le temps qu’il se retourne, elle a disparu. Il va alors se mettre en chasse pour la voir disparaître . Muno nous entraîne dans des villes qui se déplient et s’ouvrent en d’oniriques labyrinthes, il jette des ponts infinis sur des mers grisâtres ; bien souvent chez lui c’est le « réel » qui copie la fiction. Et si son univers nous déroute, c’est parce que ses histoires nous laissent tant de place à nous, les lecteurs. Nous nous égarons avec ses personnages qui nous ressemblent dans ces parenthèses où le temps n’existe plus, où l’on est à la fois le petit enfant naïf et le vieil homme si près de mourir, dans ce monde d’horloges déréglées, d’espace sans borne. Car chez Muno, tout est lié à ces frontières, qui sont poreuses, entre le quotidien et l’impensable. Ses héros passent ce qui reste une muraille pour les autres. Il y a du Cortazar chez Muno, du Poe, mais avec de l’humour – car on ne peut imaginer Jean Muno sans le rire, ou le sourire en coin. Entre deux chaises, toujours : au mitan du tragique et du comique, dans cette zone baroque où l’on retrouve tant d’artistes et d’auteurs belges. N’oublions pas que le fils du poète Constant Burniaux, au moment de se choisir un nom de plume – de définir son identité – a opté pour le nom du village gaumais minuscule, non loin de la frontière française, où il allait passer ses vacances étant enfant. Plus qu’un nom, c’est un univers. Quant à la langue, elle mérite qu’on s’y attarde. En effet, si ces nouvelles, qui nous tirent hors du monde, semblent façonnées pour être lues dans le calme et l’isolement, il n’est rien de dire qu’elles connaissent aussi la musique, et appellent souvent la haute voix : « pulpe à pulpe, on se palpait semi-pâmés » ; « nu dans une bulle bleue » ; « le monde est peuplé de crimes inaccomplis ». Et l’on songe à Verlaine, et à son rêve étrange et pénétrant…Dans son excellente postface, Thomas Vandormael nous permet de remettre l’œuvre de Muno dans son contexte, et d’en saisir l’originalité dans ce territoire parfois trop balisé qu’est le fantastique. En 1979, Histoires singulières recevait le prix Rossel.…