Un mètre soixante-huit de chair rose



NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Mélange étrange de nouvelles qui n’ont rien en commun, écriture variée et changeante, Un mètre soixante-huit de chair rose se rapproche de l’embrouillamini. Mais – puisqu’il y a toujours un mais – on se trouve quelque peu abasourdi en terminant ce recueil. Dans le bon sens du terme.Les recueils de nouvelles pèchent parfois par manque de cohérence ou, au contraire, par excès d’harmonie, échouant face à la difficile tâche d’être originaux. Curieusement, le livre de Sophie Vanderbeck combine ces deux défauts – ou peut-être qualités ? Empreintes de douceur et de nostalgie, ces vingt-cinq histoires parlent de sujets souvent difficiles et compliqués mais sans jamais être larmoyantes. D’une enfant séquestrée à la perte d’un monde, de la solitude à…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Un mètre soixante-huit de chair rose"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10367 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

L’angoisse de la première phrase

Recueil de quinze nouvelles qui traitent des drames…

Rien n’est rouge

Habituellement, les recueils de nouvelles sont tissés autour d’un thème qui sert…