Un Belge au bout de la plage


RÉSUMÉ
Trop décousure pour devenir un roman, trop prosaïque pour en faire un poème, trop insaisissable pour être mise en scène, une vie peut s'éclairer, de temps à autre, par hasard ou par besoin, sous forme de nouvelle et laisser à son auteur un goût intense d'inachevé...Dix-huit histoires sur la route, toujours déroutante, d'un rêveur en quête d'un sens, d'un bonheur entièrement descriptible, d'une plage blanche où s'écrirait…
  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
Michel DUCOBU
Auteur de Un Belge au bout de la plage
Michel Ducobu est né à Bruxelles en 1942. Licencié en philologie romane de l'U.L.B. Professeur de français à Namur.Animateur du théâtre du Gibet. Fondé en 1969, ce théâtre estudiantin a monté, entre autres, Ghelderode (Les aveugles, La pie sur le Gibet,), Obaldia (Classe terminale), W. Allen (La Mort), Ionesco (La Leçon), Sternberg (Les Variations de Sternberg) et de nombreuses adaptations de légendes, de fabliaux et de farces du Moyen Age.Professeur, poète, chroniqueur (près d'une centaine d'articles sur la littérature, l'art régionaux, l'environnement), homme de théâtre, adaptateur et metteur en scène (Les Exclamations de sainte Thérèse d'Avila, interprétées par Éveline Legrand dans le cadre d'Europalia-Espagne), Michel Ducobu voue sa vie au travail et à la nature. Sa manière d'écrire et d'être au monde est la même et se fonde sur l'observation, le respect et la défense de la nature. Il a dirigé pendant plusieurs années le groupe d'action et de défense des sites de la vallée mosane.C'est dans cet esprit qu'il publie autour des années 80 trois recueils de poèmes : Quatre âtres de rigueur, Lavis de langue pâlie et Le bol et le bouleau.En 1985, il écrit une oeuvre vouée à la beauté féminine, Stabat alba, qui représentera la Belgique francophone au Festival international de poésie-musique à Louvain, au cours de cette même année.Depuis lors, Michel Ducobu se consacre de plus en plus au théâtre : adaptation du Purgatoire de Dante pour le TNB (mise en scène de P. Laroche en 1992); écriture de pièces en un acte : Vesper, Nox (lectures scéniques aux Bateliers, à Namur, et au Botanique, à Bruxelles; mise en voix : J.-M. Evrard); Victor ou le Père pourrissier (diffusion sur RTBF3 en juin 1992, sous le titre L'heure du crapaud; mise en ondes, J.-L. Jacques).La poésie n'est pas délaissée pour autant. En 1991, il achève un recueil, L'arpenteur des heures, qui, par le thème abordé, celui de la vie et du temps qui passent, révèle une nouvelle orientation dans l'oeuvre du poète.Depuis 2000, en plus de ses publications, il se consacre à des conférences (Jules Verne, entre autres) et aux Midis de la Poésie, de Bruxelles.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Un Belge au bout de la plage"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9147 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Glanures

À 21 ans, je rentrais d'Allemagne démobilisé après 15 mois de service militaire et, quelques jours après, j'étais engagé…

La vie par effraction

Quelques heures. Quelques jours tout au plus. Intrusion…

Un demain autrement

Daniel Sondag, heureux bénéficiaire du Prix Spécial Jean Lebon 2015, avec sa nouvelle « Autrement…