Tu préfères quoi ?



À PROPOS DE L'AUTEUR
Charly Delwart
Auteur de Tu préfères quoi ?

Charly Delwart est né en 1975. Circuit est son premier roman (Éditions du Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2007). Il a également publié, chez le même éditeur, L’homme de profil même de face (2010) et Citoyen Park (2012).



NOS EXPERTS EN PARLENT...
Ricochet

« Tu préfères quoi ? », cette interpellation quotidienne de parents qui interrogent leurs enfants sert d’appui à cet album déroutant où texte et images intriguent, voire provoquent le lecteur. Sur la couverture, Robert, un basset, l’air désabusé ou excédé, mange sa pâtée. Enserré dans un petit pain, il est littéralement un hot dog ! C’est à lui qu’on pose la première…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Tu préfères quoi ?"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16281 ) [domains] => Array ( [0] => 9534 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Choeur de grenouilles

Faire partie de la chorale, c'est le rêve de toutes les grenouilles. Lucie a une voix sublime, mais elle est trop petite. Berta a un physique de cantatrice, mais chante comme une casserole...Toutes les grenouilles rêvent de faire partie de la chorale. Le grand jour est enfin arrivé, Breta et Lucie vont passer l’audition. Mais Lucie est jugée trop petite et Breta chante faux ! Que faire ? Les deux amies ne sont pas prêtes à renoncer et sont bien décidées à montrer à tous de quoi elles sont capables. Prônant la détermination, cette histoire délivre aussi un message de lutte contre les préjugés et les différences. Mettant ainsi à l’honneur l’amitié et les envies de chacun, cet album ravira sans doute les plus jeunes des lecteurs, tant par l’humour présent dans l’histoire que par la finesse des illustrations.…

Mon gros escargot

Un énorme escargot est entré dans notre maison. Mes parents m'ayant toujours refusé un chiot, je les ai suppliés de le garder. Il était une fois un gros escargot. Gros taille labrador. De fait, le petit garçon qui le trouve dans sa maison plaide auprès de ses parents pour le garder en tant qu’animal domestique. Il s’appellera Francis. Ce sont alors des jeux au jardin (et des plates-bandes avalées), de la salade pour tous en entrée, une chambre occupée au sol (le lit) et au plafond (le pied de l’escargot)… Le lendemain matin, deux très gros escargots arrivent - taille petite voiture -. Ce sont les parents de Francis. Les deux familles se séparent, sans un mot évidemment. Mais les parents du jeune humain ont réfléchi et offrent alors un chien à leur fils… (on notera que ce teckel est plus petit que l’escargot, d’ailleurs). Tout est dans le dessin. Mais tout est dans l’histoire aussi. Rarement la synergie entre texte et image aura aussi bien fonctionné, sur le mode ici d’un absurde captivant. Racontée avec un flegme absolu, l’intrigue surréaliste est accompagnée brillamment par des illustrations en peinture de type elles hyperréalistes, complètement et faussement sérieuses. Seule la toute fin, espèce de pirouette de vocabulaire, semblera un peu faible. A lire dans un éclat de rire intelligent.…

Sacrée Zoé

Et revoici l'un des illustrateurs que nous préférons en ce moment, Carll Cneut. Enfin, les éditeurs français s'intéressent à son travail et coup sur coup paraissent plusieurs de ces ouvrages. Sacrée Zoé avait été remarqué à la Foire du livre pour la jeunesse de Bologne, il y a deux ans. Il est aujourd'hui, grâce au travail de Circonflexe, disponible en français. L'histoire semble simple. Zoé réclame à cor et à cri une fête à son mari. Mais, comme une ritournelle, le mari de Zoé refuse, car la dernière fois, selon lui, les festivités se sont mal terminées. Des tonnes de crèmes ont été renversées, puis l'eau avait chassé la crème, puis la musique avait tout envahi, et ainsi de suite. Zoé aura enfin une idée, après toutes ces catastrophes. Elle propose à son mari de danser, de tournoyer jusqu'à plus soif, pour enfin ressentir les plaisirs de la fête. Une merveilleuse fête en somme. Ici Carll Cneut, par ses images colorées et débridées, rend à merveille ce subtil équilibre entre catastrophe et plaisir, entre refus et non-sens. Tout est ici jeu et danse, burlesque et dérisoire, comme dans les tableaux de James Ensor. Une lente procession pour arriver à ce plaisir presque parfait, celui d'être ensemble, celui de se retrouver et d'échanger. Le jeune illustrateur retrace, avec dérision, cette atmosphère si particulière des carnavals du Nord de l'Europe, où trompettes et déguisements s'en donnent à cœur joie. Si l'on peut regretter un manque de rigueur dans le rapport entre l'image et le texte, on ne retiendra cependant qu'une seule chose, un grand maître de l'illustration est en train de naître. Son nom, Carll…