Toutes mes pensées vont à vous


RÉSUMÉ

La médiocrité est la condition du bonheur. C’est le vrai souverain bien. Je n’avais jamais rencontré, disais-je, qui que ce fût qui s’était élevé jusqu’à la perfection, hors les limites de la médiocrité. C’était la raison que : « Ce qui ne ressemble à rien n’existe pas ». Ah, cette fois, c’était M. Teste que je citais! Cette théorie présentait un avantage, elle réconciliait les hommes entre eux, quand la théorie des…

  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
Marcel DETIEGE
Auteur de Toutes mes pensées vont à vous
Marcel Detiège est né à Beauraing le 11 mars 1941, dans une famille petite bourgeoise (son père était ingénieur des ponts et chaussées, son oncle, préfet-fondateur de l'Athénée de Bertrix), il envoie ses premiers textes à Raoul Ruttiens, l'ancien juge de paix de Beauraing, connu, en littérature, sous le pseudonyme de Léon Marsant. Sachant que les Belles-Lettres n'ont jamais nourri personne, il conseille à Marcel Detiège d'assurer «la matérielle» en entrant dans un greffe. Ce qu'il fait. Il entre comme employé au greffe du Tribunal de Première Instance de Dinant que préside un autre lettré, Jean Havaux.A l'instar de son maître Ruttiens, animateur né, Marcel Detiège crée, avec l'aide de quelques jeunes, dont le pétulant Maurice Lefèvre, le cercle Conscience. Sur le conseil de Léo Moulin, un autre maître à penser, pour la jeunesse, il lance la collection de sciences politiques Situations. Des auteurs prestigieux y paraîtront : Claude Serge Aronstein, le fils de Georges Aronstein, fondateur de la Ligue belge des droits de l'homme, et Henri Simonet, considéré, à cette époque, comme l'espoir du parti socialiste.Une autre personnalité, hors de pair, le remarque, Jean Chot, qui est célèbre tant au barreau qu'au parti socialiste de Dinant. Il l'a, comme l'on dit, «à la bonne». Bientôt, Marcel Detiège deviendra président des jeunesses socialistes.Ensuite, il se marie, épouse une ballerine et vient s'installer à Namur.Marcel Detiège a connu beaucoup de monde dans sa vie. Il évoque, avec complaisance, toutes les personnes à l'égard desquelles il se considère comme redevable. Son vieux maître Raoul Ruttiens en premier, Georges Bouillon évidemment, dont il se considère comme l'un des disciples. Mais il nous parlera également de Jean Dal qui l'appela dans l'équipe du Journal des tribunaux et dont on parle encore au barreau de Bruxelles de son remarquable discours de rentrée : Le triomphe de Caliban. Le moins que l'on puisse dire est que Marcel Detiège à la reconnaissance tenace...Annie Kestemont (Les Écrivains français de Wallonie) - Extraits.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Toutes mes pensées vont à vous"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9191 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Enfin mort

Une suite de courts textes en prose dans lesquels un frère et une soeur s'expriment tour à tour.…

Le 12 septembre

Douce Septembre est une enfant née et trouvée sur les débris des…