Toute la violence des hommes



NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Paul Colize nous ouvre les portes d’un monde qui nous touche dans notre quotidien, un monde qui parfois nous choque, nous rebute, qu’on déteste … ou qu’on admire. Le monde des graffeurs, ces peintres qui peuvent être de génie, maîtres ès décoration, graffitis et autres trompe-l’oeil.Mais le propos de l’écrivain est bien plus vaste et profond.Nikola Stankovik, d’origine croate, graffeur de génie, œuvre la nuit, dans Bruxelles ; il couvre d’immenses murs très difficiles d’accès de fresques monumentales traduisant un esprit torturé. Lorsque Nikola se retrouve en prison, soupçonné d’un crime odieux qu’il nie avoir commis malgré les preuves évidentes de sa présence sur les lieux, son monde va entrer en collision avec celui de Pauline…

FIRST:monde - "Toute la violence des hommes"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Ana et les ombres

François Emmanuel n’est plus à présenter. Depuis près de trente ans, son œuvre se déploie et elle forme aujourd’hui un ensemble impressionnant. Déclinée en pièces…

Le Double et autres contes fantastiques

Un banquier terre à terre qui se découvre une soif d’absolu dans la contemplation d’une gourde. Un joueur à la  dérive croyant…

Etats de lame

Dans ce roman, le narrateur n’est autre qu’un poignard. Il est coincé longtemps dans une boîte, entre une kalachnikov et une grenade, jusqu’au jour où son propriétaire le prête…