Tous mes cailloux


RÉSUMÉ

Quand les cailloux baladins, casse-cou ou polissons, musiciens, costauds ou mariniers de Françoise Lison-Leroy entrent en collision poétique avec l’univers graphique de Raphaël Decoster…

Conçu comme un grand carnet de dessins, Tous mes cailloux ravira petits et grands collectionneurs d’éclats de poésie et roches précieuses.
Le papier de couverture est un fedrigoni légèrement texturé ; le caillou sur la première de couverture est imprimé et gaufré  ; le papier du cahier interne est un Munken pure rough ; au centre : 4 pages de calques prêtes à s’envoler ; coins arrondis.

Technique d’illustration : dessins aux stylos bille bleu et rose ; gravure sur pierre


À PROPOS DES AUTEURS
Françoise Lison-Leroy
Autrice de Tous mes cailloux

Née le 6 octobre 1951 à Wodecq.

La poésie demeure ma terre natale. Avec elle, je tente de dire la même petite chose, neuve, essentielle, qui a toute ma ferveur.



NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Un grand carnet souple, Tous mes cailloux, un petit livret coloré, De la terre dans mes poches, et nous voilà plongés dans les sons et les odeurs des mots de Françoise Lison-Leroy accompagnés des dessins de Matild Gros et de Raphaël Decoster. Des univers graphiques entourant les poèmes de Françoise Lison-Leroy que l’on rencontre dans le catalogue de la maison d’édition Cotcotcot. La matière, terre, pierre et cailloux, est le sujet principal de ce premier livret et ce premier carnet entamant de nouvelles collections.

Dans De la terre plein mes poches, collection « Matière vivante », Matild Gros dessine les mots de Jean Jardinier, poème ricochant…


ricochet

Derrière une austère couverture grise, entre cahier de note et carnet de croquis, se dissimule une rêverie sur les cailloux, censément inertes. Objets de description, cernés par le langage de Françoise Lison-Leroy et par le dessin de Raphaël Decoster, ils prennent forme sous les yeux du lecteur. L’autrice catégorise ses cailloux. Elle énumère : « ceux de la rivière », les « cailloux…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:terre caillou poème poche dessin collection - "Tous mes cailloux"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16280 ) [domains] => Array ( [0] => 9534 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Jan Toorop : le chant du temps

Ce récit commence sur une île. Loin d’ici. À une époque où les photos étaient encore en noir et blanc. Et un théâtre d’ombres racontait des histoires très anciennes et mystérieuses…

Tête-à-tête, 15 petites histoires pas comme les autres

Comment évoquer cet album d’origine néerlandaise sans perdre toute la finesse et la drôlerie de chaque dialogue. Dans chaque petit conte philosophique, deux animaux se rencontrent, s’écoutent réfléchissent en laissant passer les silences et posent aux lecteurs les grandes questions de la vie, la mort, l’amitié, l’intelligence… Jean de La Fontaine serait heureux et certainement hilare de lire ces dialogues, car il y a bien de sa pate (si je puis m’exprimer ainsi) mais sans belle morale humaniste pour clore l’histoire. Nos animaux évoquent des petites choses de rien mais qui font tout : un éléphant qui recule la date de sa mort pour assister à l’anniversaire de son ami l’escargot ; un rhinocéros un peu simple nous parle du plaisir de l’égocentrisme, un ver de terre convint une poule qu’il n’est pas ver de terre, un moustique et une araignée évoquent la force qu’ils peuvent avoir ensemble… Toutes ces réflexions parfois ironiques et toujours très profondes sont superbement illustrées en pleine page par Klass Verplancke, qui nous offre des éléphants roses attendrissants, une poule au regard bête et drôle. Des illustrations à croquer franchement craquantes. Klass Verplancke, qui après des études de publicité, de photographies et d’art graphiques, s’est orienté vers le domaine éditorial et travaille maintenant comme illustrateur indépendant. Récompensé en 2001 à la Foire Internationale du Livre Jeunesse de Bologne, Klass est aujourd’hui un illustrateur à la renommée internationale. Quant à l’auteur belge, Geert de Kockere, il a suivit des études pour devenir instituteur et s’est finalement tourné vers le journalisme. Il écrit également de la poésie pour les enfants et est aujourd’hui rédacteur en chef d’un magazine pour les 11/14 ans. Tête-à-tête à été découvert par Karine Leclerc - qui s’occupe des albums, des contes et également des achats étrangers aux éditons Milan- lors de la Foire Internationale de Bologne en 2002 chez un éditeur belge : De Eenhoorn. Elle a tout de suite craquée pour cet album original qui venait de remporter le prix Bologna Ragazzi Award (ce qui correspond au grand prix attribué chaque année à la foire dans la catégorie des illustrations.) Elle est assistée par d’Étienne Schelsttraete (qui travaille régulièrement à la traduction du néerlandais pour les éditions Milan. Il a notamment traduit Fais de beaux rêves, doudoun et Un nœud à mon mouchoir). Ensemble, ils ont su réécrire à merveille cet ouvrage. Pour ce présent album, la traduction est restée fidèle au texte néerlandais. Cependant, il arrive parfois que les traducteurs soient dans l’obligation de changer certains termes ou tournures pour une compréhension correcte du lecteur francophone. Le seul changement opéré pour Tête-à-tête est au niveau de la couverture. Le catalogue Milan ne fourmille pas forcément d’ouvrages traduits, cependant, les éditions ont récemment accru le nombre d’achats dans le domaine du cinéma d’animation avec notamment : Le voyage de Chihiro et Le château dans le ciel (Je vous conseille vivement d’aller voir ces deux chefs-d’œuvre et de vous replonger ensuite avec délice dans la lecture à travers ces deux ouvrages qui ont su parfaitement reproduire les images du dessin animé.) Beaucoup des choix…

Ma famille verte

La jeune narratrice l'annonce tout de go : « J'ai quitté mon pays, le Birnam et ma planète,…