Tot houmant l'êr dè timps


RÉSUMÉ
Amoureux de son pays, de sa terre d'Ardenne avec ses bois, ses rivières, sa flore et sa faune, Georges Meurisse était surtout amoureux de sa langue natale, le wallon d'Erezée.Il le parlait avec ses gens et ses ouailles. En société, il n'était jamais le dernier à conter sa fâve, ni à lever son verre, parfois même à présenter une pasquèye.
Prédicateur de renom, il usa du wallon en certaines occasions, spécialement…
  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
Georges MEURISSE (Abbé)
Auteur de Tot houmant l'êr dè timps
L'abbé Georges Meurisse, né à Liège en 1913, a passé sa jeunesse à Érezée. Après ses Humanités à Ferrières, ses études ecclésiastiques à Bastogne et à Namur, sa mobilisation et une période de captivité en Allemagne, il est ordonné prêtre le 29 mars 1941.Chapelain à Bougnimont (Libramont), il retrouve là région de son enfance lorsqu'il est nommé, en 1946, curé de Freyneux-Lamormenil, noyau paroissial auquel viendront s'adjoindre Dochamps, Odeigne et Oster Fortement affaibli dans sa santé et pratiquement aveugle, l'abbé Meurisse prend sa retraite en 1988 à Érezée.Il mourra à Vaux-Chavanne en 1990. (source : Musée de la Parole en Ardenne)

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Tot houmant l'êr dè timps"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9139 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Li Rantoele - L° 82 - Bons condjîs dabôrd ! Esté 2017

Sommaire • Eternåcionå par Martial Ledecq • Çou k’ est houte est houte par Ziré Malet • Schaper l’ walon…

Doze omes (Douze hommes)

Douze tragédies.Derrière chacune se cache un homme : un mari, un fils, un frère, un père,…

Douda d'Êwe d'Oûthe

Avril 1830. Toute la Belgique frémit du vent de la révolte qui va renvoyer chez lui l'occupant hollandais. Toute ? Non, car à Oppagne, la vie continue, simplement, entre rudes et braves fermiers.Les Dalrossette sont, eux, plus toûrsiveûs. Ils vont s'employer à dérober aux gentils Lometotoute un trésor dont ces derniers sont dépositaires sans le savoir. Le butin qui est distrait le matin sera de retour le soir même ; Colas et Germaine Lometotoute n'en sauront jamais rien. Il en a fait du chemin pourtant, ce trésor, tout au long de la journée, convoyé par Joseph Dalrossette : d'Oppagne, route de Biron, puis Barvaux, de là jusqu'à Bomal en bètchète, puis Izier. Destination : Grand-Bru, qu'il n'atteindra jamais. Parce que Douda, héros tranquille, malin, courageux, honnête, bon - un héros, quoi ! - va déjouer les projets du malintentionné Joseph.Pour connaître les tours et les détours de ce voyage, vous devrez ouvrir " Douda d' êwe d' Oûthe ". Dans une écriture très proche des pièces de théâtre qu'il a conçues, René Brialmont nous offre un conte, un petit bijou, au…