Rumeurs, tu meurs !


RÉSUMÉ

Un baiser et tout s’emballe. Alice devient la cible de Lena… qui était sa meilleure amie. Les moqueries‚ les mensonges‚ les insultes pleuvent sur son téléphone.
Elle ne peut rien contre la haine qui répand ses métastases sur les réseaux sociaux‚ partout dans sa vie. Tous ces inconnus semblent si bien la connaître et clament au monde combien elle est nulle.
Elle ne contrôle plus sa vie. Quelle est l’issue ? Mourir ? Tuer ?
Un récit important‚ écrit à la demande des élèves rencontrés dans les classes‚ pour ouvrir le débat dans les écoles‚ mettre des mots sur les dérives des réseaux sociaux‚ les souffrances que traversent des ados devenus des cibles.
Un roman reflet d’une réalité.
Un texte pour réfléchir et agir.



À PROPOS DE L'AUTEUR
Frank Andriat
Auteur de Rumeurs, tu meurs !

Né le 30 mars 1958 à Ixelles

Licencié en Philologie romane, Université libre de Bruxelles Professeur de français à l’Athénée Fernand Blum de Schaerbeek

Mes romans s'inspirent de la vie, du quotidien; ils parlent de moments et d'êtres qui nous rencontrent tous. Je travaille le matin. J'écoute le silence et c'est de lui que naissent mes mots, dans l'ouverture que je peux avoir sur le monde. Et, quand j'ai fini mon premier jet, je relis, je relis et je relis encore.

Lauréat d'une Bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Aide au projet, 2008
Annick Masson
Illustrateur de Rumeurs, tu meurs !

Née le 26 avril 1969 à Moresnet.

Illustration et Bande dessinée, Saint-Luc, Liège.

L'illustration d'albums était pour moi un rêve d'enfant. Aujourd'hui, c'est devenu réalité et j'adore ça ! J'aime illustrer des histoires où se mêlent émotion et humour. Je travaille à l’aquarelle car cette technique est spontanée et intuitive, cela me correspond bien...


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Rumeurs, tu meurs !"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16283 ) [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Un soir en cuisine

Dans la restauration, les mots sont plus essentiels que ce qu’il pourrait sembler…

Mémoire en eaux troubles

Antonin fait face à quelque chose d'inhabituel. Son grand-père est malade.…

Les couleurs du ghetto

Varsovie, octobre 1940. Le quartier dans lequel vit Misja, sa sœur et ses parents, est transformé, sous l’occupation nazie, en ghetto. Tous les Juifs de la ville et de ses environs y sont enfermés. Les maladies, la faim et les expulsions éliminent lentement mais sûrement la population. Misja, lui, refuse la situation, il ne veut pas se laisser emmener à l’abattoir comme un agneau… Avec quelquesLire la suite « Nous n’étions pas malades quand ils ont érigé le mur. Nous sommes tombés malades parce qu’ils ont érigé le mur. » (p. 14) 1940, Varsovie. Misja est un jeune Juif enfermé dans le ghetto avec sa famille. Au contraire de son père, médecin qui aide à l’intérieur des murs, Misja a soif de liberté et de résistance. Il prend l’habitude de sortir par les égouts, afin de ramener à manger pour sa famille. Jusqu’au jour où sa petite sœur, voulant l’imiter, ne revient jamais… Mais la rage de Misja refait surface. Il participe à l’insurrection de 1943 en compagnie de Mordechai Anielewicz. Si l’issue du combat contre les Allemands est un échec, la fin complètement ouverte du roman est laissée à l’interprétation du lecteur… Il y a les coups, le feu, la crasse, la maladie. Mais plus que tout, il y a la faim, presque un symbole de vie en soi face à la mort. Aline Sax opte pour un récit en « je » de Misja, qui s’attache à décrire en des mots précis le présent. Mieux vaut ne pas laisser place aux regrets pour survivre. Quant à l’espoir, Misja le prend en main, avec des hésitations (la disparition de la sœur) mais une volonté profonde au fil des ans : tout se passe comme si le héros n’avait pas le choix de la résistance, qu’elle s’imposait à lui. Sur ce texte court et choquant, la mise en page rajoute de la force. C’est un mot unique sur une page noire, c’est la mise en regard d’une page blanche truffée de propagande et d’une page noire très réaliste, etc. Les dessins sombres, des entrelacs de traits presque rageurs, composent des visages et des corps aigus, maigres. Régulièrement, le dessinateur se contente de mains ouvertes, de poings serrés. Si l’ouvrage se lit relativement vite, il hante longtemps… et frappe par son actualité, encore et toujours.…