Rituaire


RÉSUMÉ

Les rites ici répertoriés viennent de tous les horizons et de toutes les époques. L’auteur s’y glisse et nous livre , pour chaque lettre de l’alphabet, un texte de fiction de toute beauté.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Jean Claude Bologne
Auteur de Rituaire
En un peu plus de vingt ans,  Jean Claude Bologne (Liège, 1956) s’est imposé à la fois comme l’un de nos écrivains les plus prolifiques et les plus ambitieux. Œuvre déjà abondante que la sienne, où la création pure côtoie l’érudition la plus pointue sans oublier d’être divertissante. Il fit sur ce plan des débuts remarqués qui lui valurent d’emblée une invitation dans l’émission Apostrophes. Il venait y parler de l’ « Histoire de la pudeur » (couronnée par l’Académie Française) qui inaugurait de sa part une démarche d’archéologue des sentiments et des comportements dont la pertinence et le succès ne se sont pas démentis depuis. Autre départ retentissant : son premier roman « La Faute des Femmes » lui valut d’emblée le prix Rossel. Fort de ces deux brillantes entrées en matière, Jean Claude Bologne a poursuivi depuis son œuvre de plus en plus monumentale sur ces deux pistes qu’il emprunte tour à tour, et toujours avec un égal bonheur. Un quarantaine de titres (qui comporte aussi des ouvrages d’inspiration philosophique de haut niveau, « Le mysticisme athée » notamment) s’amoncellent depuis : une œuvre d’une rare qualité que ce Liégeois désormais devenu parisien  poursuit avec une régularité qui force l’admiration et lui vaut un public fidèle. Cette activité absorbante ne l’empêche pas d’être aussi un écrivain très soucieux de ses confrères. Il le montre au sein de la Société des Gens de Lettres, association littéraire éminente qui eut notamment Victor Hugo pour président et où il vient d’être élu à la même fonction.


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Jean Claude BOLOGNE, Rituaire, Taillis Pré, 2020, 15 €, ISBN : 978-2-87450-159-3« […] car toi et moi, qui ne nous rencontrons que dans le geste de donner, que sommes-nous, quand le geste s’achève ? Rêve, et rêve de rêve. » ( « Kapala »)Rituaire (paru aux éditions Le Taillis Pré) ne peut être que l’œuvre d’un amoureux des dictionnaires et des ouvrages historiques, d’un passionné des livres et du sacré, de leur mystère et de leur poésie. Ne témoignant ni d’une érudition écrasante ni d’une curiosité superficielle, ce recueil de Jean Claude Bologne s’inscrit en justesse dans la vaste bibliographie de l’auteur. Sans plus tergiverser, disons-le tout net : Rituaire est un régal.Rituaire


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:régal sacré rite - "Rituaire"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10367 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Tout reste à voir

Publié au Cactus inébranlable, Tout reste à voir de Jean-Philippe…

Rituaire

Jean Claude BOLOGNE , Rituaire , Taillis Pré, 2020, 15 €, ISBN : 978-2-87450-159-3«  […]…

Éloge de la pince à linge

La pince à linge dont il est question dans les aquarelles de Roger Dewint n’est pas d’un plastique coloré ni d’un métal inoxydable ; elle est d’un bois plutôt brun clair (dans une gamme de couleurs se déployant du beige jaunâtre au gris terne), tendrement enserré et mordu par un ressort conférant à la fois unité et mobilité à ses deux bâtonnets façonnés. C’est celle qui est abandonnée sur un fil ou qui se repose au fond d’un seau après avoir rempli sa fonction de fixation ; celle qui obture les narines d’un personnage de bande dessinée face à une odeur intolérable ; celle qui se colle dos à dos avec ses copines et termine en sous-plat de « fête des pères » ou en bricolage plus élaboré à la façon François Pignon. C’est celle-là que l’on retrouve dans chacune des illustrations de Dewint ainsi que dans la première des deux nouvelles d’Ève Caligaert.  Elle aurait pu être disséquée et sur-qualifiée dans un poème pongien, elle se fit muse des Quatre Barbus qui retracèrent (sur l’air de la Cinquième beethovénienne) son invention, et elle inspire ici « Les Origines de la Pince ». Car son apparition est aussi multiple que mystérieuse : Chine, Égypte, Nouvelle-Zemble, Angleterre, Europe centrale, Japon, Colombie britannique, Carpates ? De tous temps et sous toutes les latitudes, ce petit objet (sacré ou quotidien ?) a traversé et symbolisé les civilisations. Et son potentiel est encore loin de se tarir : «  […] les chercheurs d’aujourd’hui, à l’affût d’innovations et de découvertes pour maintenir l’équilibre de la planète, se sont penchés sur les possibilités inexplorées qu’offre la pince à linge […] Mais il est trop tôt pour en parler, les brevets n’ayant pas encore été déposés. Par respect pour ces savants, nous nous voyons tenus au secret.  »«  J’ai de la chance, beaucoup de chance. Je vis dans une maison où l’on aime les chats. Je peux dormir seize heures par jour et m’éclipse la nuit sans qu’on y trouve à redire.  » Assurément, c’est une heureuse existence que mène le protagoniste du second texte du recueil : le félin de Elle et Lui. Elle est la femme de Lui, qui se verra attribuer un Nom (connu dans son pays comme à l’international) après des années de «  travail de bœuf, de vraies charrettes  », dans la solitude de son bureau rempli de crayons, de papiers, de doutes et de rêves. Ce succès, «  notion abstraite qui ne vous laisse plus paix  », bouleversera le bonheur tranquille de la fermette et détraquera par ailleurs «  la foutue pendule qui avait un mécanisme remarquable  ». La ronron-thérapie fera-t-elle des miracles ? «  Je n’ai pas le courage de vous l’expliquer  » dirait notre félin en fermant les yeux… À vous donc…