Quelque chose dans le ciel…


RÉSUMÉ

Dans une agence d’images, un homme retouche une photo de presse. Il fait cela sur un ton léger mais l’image est grave ; elle montre des guerriers et la modification d’un seul détail peut engendrer de graves conséquences partout dans le monde, de Paris au Yémen. Un roman sur la crise du sentiment religieux et la relation fétichiste et infantile avec Dieu.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Xavier Deutsch
Auteur de Quelque chose dans le ciel…
Mon nom est Xavier Deutsch. Je suis né à Leuven (Belgique) le 9 février 1965, dans un milieu normal. En janvier 1989, je publie mon premier roman : “ La nuit dans les yeux ”, chez Gallimard. En 1990, obéissant à l’appel du drapeau, je sers la patrie et l’intérêt collectif dans les rangs du 1er Wing de chasse, de la Force aérienne. J’en sors sous-lieutenant. En 1994 j’obtiens mon permis de conduire les camions et, le 21 décembre 1995, mon diplôme de docteur en Philosophie et Lettres, de l’Université catholique de Louvain. Le 1er avril 1996, ayant publié un nombre significatif de romans, j’entreprends de vivre de mon écriture. Le 25 décembre j’intègre (après rénovation) la jolie vieille maison que j’ai acquise quelques mois plus tôt, dans une rue villageoise de Chaumont-Gistoux. C’est de là que j’écris ces lignes. Le 4 décembre 2002, le roman “ La belle étoile ” obtient le prix Rossel. Et quelques semaines plus tard je m’aligne, aux élections fédérales, sur la liste Ecolo du sénat. Depuis lors tout continue d’aller bien. J’ai à ce jour (automne 2007) publié une trentaine de livres ainsi que de nombreux textes dans la presse ou des ouvrages collectifs. Les arts plastiques me passionnent, et mes textes accompagnent régulièrement les travaux de photographes et de peintres. J’aime les arbres et le bûcheronnage. Pour le reste, je continue de penser que la littérature est libre. C’est-à-dire dégagée de ses auteurs, autant que possible. Il existe des auteurs qui asservissent la littérature, qui l’utilisent pour s’exprimer, pour dire les choses qu’ils pensent et qu’ils ressentent, pour transmettre des idées, délivrer des messages, des souvenirs ou des peurs anciennes. Je continue de penser que la littérature ne sert pas à cela. La littérature ne doit pas être la parole ou le prolongement de l’auteur. Elle est, au contraire, une création : elle émane de l’auteur, mais elle s’en affranchit, elle en est distincte, séparée. Voilà pourquoi il n’existe aucun intérêt à connaître les détails de la naissance d’un auteur, la religion de ses pères, la couleur des murs de sa chambre, et le prénom de ses cousins. D’ailleurs, je n’ai pas de cousins. Lauréat d'une bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Bourse de création 2021


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Qui a-t-il de commun entre un Parisien d’âge moyen travaillant dans une agence d’images et des apprentis djihadistes au Yémen ? Une photo. Celle d’un groupe. Elle ressemble à une photo de classe. Et puis arrive une blague, parce que Nicolas, le Parisien, se dit que ça serait drôle de flouter un des visages barbus. Que ça aurait des conséquences pour le « flouté » en question. En effet, les répercussions dues à cette petite modification anodine, faite sur un coup de tête, dépasseront celles que Nicolas aurait pu imaginer.Parallèlement à cette histoire avec laquelle il emmène ses lecteurs au Yémen, Xavier Deutsch narre celle de la jeune Anaïs, la fille du retoucheur de photographies explosives. Violemment agressée un soir, elle s’effondre,…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:roman - "Quelque chose dans le ciel…"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 9536 ) [domains] => Array ( [0] => 9930 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Un caillou dans la poche

Tino vit sur une ile pas plus grande qu’un caillou. Il la connait presque par cœur et il en a déjà parcouru plusieurs fois le tour. Jamais rien de particulier ne s’y déroule. Le garçon s’occupe comme il peut. Il passe son temps à tout mesurer ou à tout égarer, au grand dam de ses parents. Pourtant, un jour, arrivent de la mer des visiteurs peu communs : les élèves d’une classe du continent. Parmi eux, une fille étrange, un peu rebelle, un peu sauvage…comme les recoins de son ile. Avec elle, Tino va vivre des expériences cocasses et parfois même dangereuses. Férue de sciences naturelles, Antonia, lui permettra de découvrir les trésors insoupçonnés des lieux. Notre jeune héros comprendra alors qui il est vraiment. C’est plus qu’un caillou qu’il a dans la poche, c’est une ile au fond du cœur. Ce petit roman d’une centaine de pages est baigné dans l’embrun et le sel marin. Sa lecture est aisée et légère grâce à une écriture fluide et accessible. Les comparaisons de Marie Chartres sont réussies et ses descriptions laissent transpirer l’amour qu’elle porte à ce genre d’endroit. Si « l’ile rapetisse au fur et à mesure que Tino grandit », l’envie de poursuivre la lecture, elle, va en s’amplifiant car le récit est présenté en crescendo. Descriptions, émotions, péripéties… tout est rassemblé. Les illustrations de Jean-Luc Englebert renforcent cette légèreté. Ses petits personnages évoluent dans les paysages avec les grands yeux des explorateurs et l’air taquin d’un comic strip. Voilà un livre qui convient aux amoureux de…

Eden, fille de personne

Marie COLOT , Eden fille de personne, Actes Sud junior, 2021, 244 p., 14,90 € / ePub : 10,99…

Wica ravissante petite sorcière

Wica est une ravissante petite sorcière, belle à croquer.…