Pas faite pour


RÉSUMÉ

Cécile, obscure professeur de violon, plaquée par un compagnon qui réussit mieux qu’elle dans la musique, est une jeune femme frustrée, aigrie, manquant de confiance en elle. Ses amies lui offrent pour son trente-cinquième anniversaire un abonnement à une salle de sport qui va donner à sa vie un tour inattendu.
L’amitié d’une monitrice va l’amener à mettre ses préjugés de côté et lui faire découvrir un univers pour lequel elle ne s’imaginait pas faite.
La rencontre d’un abonné de la salle va bousculer son image d’elle-même et la déposer – peut-être – à l’aube d’une autre existence..
Un premier roman qui, outre un éclairage sur les domaines de la musique et du firness, témoigne, non sans humour et autodérision, des contradictions d’une jeune femme dans la société contemporaine.





NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Pas faite pour. Le premier roman de Véronique Adam.Un roman ? Plutôt le journal intime d’une jeune violoniste, Cécile, qui vient d’atteindre ses trente-cinq ans, sans les fêter vraiment. Jugez-en : « Nulle en musique, nulle en sport, nulle en amour, nulle en tout ! Nulle, mon deuxième prénom ! »Ses deux amies, Laurence et Jessica, ont décidé de marquer cet anniversaire ; d’ouvrir des fenêtres dans sa vie sage et rangée, entre le conservatoire, ses cours de violon à l’académie (« Je supporte de moins en moins les crincrins de mes petits génies en devenir »), ses éternelles pizzas surgelées, ses soirées solitaires depuis que Joachim l’a quittée, voici…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Pas faite pour"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9955 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Traverses

Paraissent conjointement Traverses et Jours obscurs , deux œuvres posthumes de Jean-Claude…

Angie

Sylvain rêve de musique, de flûte traversière et de chanteuses de blues. Il n’entend rien. Alors il court, comme on…

La légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d'Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs

En 1867, à Bruxelles, chez l’éditeur qui avait publié Les Misérables un peu auparavant, parait un gros et luxueux ouvrage : La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs. Considérée comme le texte fondateur de la littérature belge, cette fresque est signée par Charles De Coster. Au moment où s’élaborent les mythes nationaux et où le Romantisme a mis en avant la figure du Peuple, De Coster est un des premiers à exprimer sur le mode littéraire le mythe d’une Flandre charnelle. Pour cela, il s’empare du personnage d’Ulenspiegel, farceur du répertoire folklorique traditionnel, et le jette au plus fort des guerres qui ensanglantèrent la région au XVIe siècle afin d’illustrer le thème qui lui est cher : la Liberté. La première édition de cette épopée n’était pas exempte d’erreurs. Bien des éditions suivantes, tout en favorisant la connaissance du texte auprès du grand public, se sont encore éloignées du projet original. Cent cinquante ans après…