Papillons de nuit de Paris




À PROPOS DE L'AUTEUR
J.-H. Rosny jeune
Auteur de Papillons de nuit de Paris
J.-H. Rosny jeune est le pseudonyme le plus connu de Séraphin Justin François Boex, né à Bruxelles le 21 juillet 1859 et mort le 15 juin 1948 en Bretagne. En 1887, et alors qu'il n'avait encore rien publié, il entame une collaboration littéraire avec son frère Joseph Henri Honoré Boex. Ils écrivent de nombreux contes, nouvelles et romans sous le pseudonyme commun de J.-H. Rosny. Les deux frères s'illustrent dans différents genres allant de l'essai historique au récit fantastique, en passant par des textes naturalistes et préhistoriques. Leur collaboration prend fin en 1908, date à laquelle les deux auteurs reprennent la plume seuls. Il signe, l'année suivante, son premier roman sous le pseudonyme de Rosny jeune : L'Affaire Derive. Ce roman de mœurs est le premier d'une longue série. Il se spécialise notamment dans ce genre. Il publie plusieurs dizaines de récits ainsi que des essais et des biographies historique, jusqu'en 1947, date à laquelle sort son dernier livre : un roman d'inspiration policière intitulé Du sang sur la neige. À la fin de la collaboration avec son frère, Rosny jeune abandonne largement les veines préhistorique et science-fictive. Ce choix explique, du moins en partie, pourquoi son œuvre est aujourd'hui largement oubliée et indisponible. Désigné dans le testament d'Edmond de Goncourt comme membre du cénacle de l'Académie Goncourt, il y siège dès 1900 et jusqu'à sa mort. Après la disparition de son frère, en 1940, il assure par ailleurs la présidence de l'Académie jusqu'en 1945. Naturalisé français, il a toujours gardé la nationalité belge.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Papillons de nuit de Paris"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Les sept visages de l'eau

" Je sens ses bras autour de ma taille. Il me serre si fort. Je n'ose ouvrir les yeux. La chaleur de sa langue sur la mienne, que c'est doux, que c'est bon. Je profite de ce baiser qui n'en finit pas, de ses mains qui crient tendresse, de ses jambes qui disent caresses, de ce corps qui surgit de l'arbre en chantant l'Amour !". Les sept visages de l'eau, un mariage d'amour et de haine où le passé imprègne le présent et détermine l'amour. FranMi nous emmène à travers une recherche d'identité, d'un rôle social dans une communauté villageoise qui, à l'instar de Saint-Léger, son village d'adoption, présente plein de contradictions. Comment vivre, comment demeurer dans un environnement où les traditions et habitudes anciennes se frottent à la consommation et la vitesse…

Les oiseaux n’ont pas le vertige

De l’enfance à l’âge mûr, les souvenirs de…

L’ascenseur des dieux

Sur fond d'enquête policière, suite au vol d'une statuette égyptienne dans le musée de Mariemont, une histoire d'amour qui tente de sortir des mailles d'une querelle familiale…