Papa, écoute-moi !


RÉSUMÉ
C’est l’été. Comme chaque année, Papa blaireau emmène ses quatre garçons camper. Toujours au même endroit. — Il fait bon vivre là-bas, dit-il. Entre la passion pour la pêche de papa Blaireau, et les triplés dont il faut s’occuper, pas facile pour Nil de se faire entendre. Mais il faudra bien l’accepter : Nil n’aime pas camper. Comment trouver sa place dans la fratrie et s’affirmer, prendre du temps pour chacun et tout en respecter les attentes de tous, et aussi, parfois, faire des compromis : voilà un programme chargé ! Ce troisième album de Gaya Wisniewski nous parle du fragile équilibre d’une attendrissante fratrie.

À PROPOS DE L'AUTEUR
Gaya Wisniewski
Auteur de Papa, écoute-moi !
Autrice et illustratrice

Née le 28 août 1980 à Uccle

Illustration, Saint-Luc, Bruxelles CAP, Institut Roger Gilbert, Bruxelles

J’aime dessiner près d’un feu avec un petit thé. Dessiner des blaireaux endormis pour l’hiver, un petit chat au pull rouge ou encore un lapin aux chaussettes trop grandes. Les animaux humanisés sont mes sujets préférés. Autour d’eux, il y a souvent la neige, celle si claire qu’elle reflète les rêves. Pour la technique, elle est diverse : fusain, aquarelle, encre, acrylique… Je pars souvent d’images, de vieilles photos, de lieu inspirant pour y placer mes personnages… et puis je dessine comme cela vient. L’histoire s’écrira par la suite. Lauréate du Prix Première Œuvre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, 2019 Lauréate d'une bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Découverte, 2019

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Papa, écoute-moi !"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16280 ) [domains] => Array ( [0] => 16306 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

L’avale-tout : Zéphir et Narcisse à bord du plus fabuleux dévoreur de détritus

Attention ! Nous prenons la route pour une opération « Propreté absolue » ! La rivière, les étangs et le marais du village des Joncs sont pollués par les habitants de Grand Ville : de nombreux détritus dérivent ainsi sur l’eau et gâchent inévitablement la campagne. Zéphir, Narcisse et leurs amis décident d’agir en embarquant dans l’Avale-tout, extraordinaire machine capable de venir à bout du moindre déchet. Débute alors une incroyable épopée « anti-pollution » et une belle aventure de recyclage... De plus, l’opération secrète « Bloum Bloum » permettra d’apporter des couleurs dans la ville : vive la végétalisation ! Laurence De Kemmeter nous présente un conte écologique moderne sous forme de BD. Le livre grand format, aux multiples illustrations réalisées aux crayons de couleurs, nous réservent de belles surprises : que de détails à observer ! Que de personnages à accompagner au fil des pages ! On s’attache immanquablement à tous ces animaux anthropomorphisés. Petits plus : des ateliers recyclage à reproduire à la maison ou à l’école ; une recette de bombes à graines pour faire naître de multiples floraisons là où c’est nécessaire et, en filigrane,…

Le livre de la jungle

L’histoire du « livre de la jungle » n’est plus à présenter. Ce ne sont pas les versions et adaptations qui manquent. Adopté par une famille de loups, Mowgli, un jeune petit d’homme, va apprendre les lois de la jungle. Entouré de Baloo, l’ours débonnaire et la panthère Bagheera, toujours alerte, il se défendra contre les attaques de Shere Khan, le tigre cruellement tenace et contre les Banda-log, singes sans foi ni loi. Loin d’une certaine mièvrerie plus consensuelle, Kid Toussaint propose dans son adaptation librement inspirée de l’ouvrage de Rudyard Kipling, une version plus sobre et intelligemment scénarisée pour les jeunes lecteurs. Ce conte philosophique, métaphore animalière du récit initiatique du destin universel, est soutenu grâce aux aquarelles de Gabriel Lefèbvre. Chaque double page est composée de son texte et de son tableau. Cette relation texte/image sert la progression de l’histoire en se complétant : trame narrative, suspense, aquarelles, décors et détails. Certains traits d’humour apportés dans quelques dessins adoucissent le côté parfois cruel ou anxiogène du récit. A chaque fois, le lecteur désire poursuivre et se retrouve à son tour un peu orphelin quand arrive la fin. Mais est-ce…