Mort d’un parfait bilingue


RÉSUMÉ
1978, dans une ville étrangement semblable à Sarajevo, tout un monde d'aventuriers, de miliciens et de mafieux interlopes côtoie les petites gens qui ont survécu aux années de guerre. Le héros tombe amoureux de la maîtresse d'un parrain local... d'où un enchaînement de situations burlesques et noires. Premier roman. Prix Club Méditerranée 2001.

PRIX
  Prix Rossel 2001

À PROPOS DE L'AUTEUR
Thomas Gunzig
Auteur de Mort d’un parfait bilingue

Né le 07 septembre 1970

Sciences politiques, Bruxelles

romancier

Professeur à Saint-Luc et La Cambre, libraire, écrivain, chroniqueur pour "Le Soir", "La Libre Belgique", "Elle Belgique", et "RTBF La Première". Des histoires, des histoires, des histoires.

 

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Mort d’un parfait bilingue"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Baigneuse nue sur un rocher

Rocafrène, 1957. Un village semblable aux autres : un curé, un charcutier, des artisans. Mais…

Un voyage en automne

Un narrateur pétri de littérature s'invente un voyage avorté…

Monsieur Blanche

"Monsieur Blanche n'a jamais eu de prénom. Ses camarades se demandent même s'il a une virgule…