Miam les fraises !


RÉSUMÉ

Elles sont belles les fraises, qui poussent l’été au jardin! Elles sont bonnes à manger. Pour se régaler toute l’année, les gourmands ont inventé mille et une manières de les accommoder. Du jardin à la table, voici des fraises sous toutes les formes.

  lire la suite sur  Littérature de jeunesse

À PROPOS DE L'AUTEUR
Marie Wabbes
Auteur de Miam les fraises !

Née le 21 octobre 1934 à Bruxelles

Gravure et Illustration, La Cambre, Bruxelles

La vie quotidienne est ma principale source d’inspiration, le rythme des saisons, les animaux familiers, le jardin, les joies ou les chagrins des enfants, la saveur des fraises, les ours en peluche. J’ai écrit et illustré plus de 150 albums pour enfants en anglais et en français. De nombreux projets que je n’ai pas encore eu le temps de réaliser attendent d’être complétés; il me faut parfois très longtemps pour mettre au point les projets les plus simples. J’ai commencé à illustrer des livres pour enfants en 1965. Les premiers titres paraissent à l’école des loisirs. Quelques-uns de ces albums sont devenus des classiques, notamment : La mère Framboise (texte de Maurice Carême), Petit doux n’a pas peur (La Martinière). Plusieurs titres ont été traduits en plusieurs langues. Lauréate d'une Bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Résidence, 2013 et 2015


NOS EXPERTS EN PARLENT...
ricochet

Réédition - Elles sont belles les fraises qui poussent l'été au jardin ! Elles sont bonnes à manger. Pour se régaler toute l'année, les gourmands ont inventé mille et unes manières de les accomoder. Du jardin à la table, voici des fraises sous toutes les formes.


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:fraise jardin - "Miam les fraises !"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 9536 ) [domains] => Array ( [0] => 9930 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Zoé et Théo (tome 29) : Zoé et Théo jardinent

Zoé veut que maman l'aide à déterrer les carottes, mais elle n'a pas le temps. Papa et Théo sont aussi occupés, et Zoé se met à bouder. Heureusement,…

Kakao et les fourmis

Kakao et Bubu ont cueilli des fraises mais elles ont disparu du panier. Kakao suspecte son ami…

Vent d’hiver. Petites histoires pour réchauffer les jours froids

Quelle que soit sa rigueur, on le trouve toujours trop long, trop froid, trop déprimant. L’hiver suscite peu notre enthousiasme : on peste lorsqu’il s’installe et on ne le célèbre que quand il disparaît. On tente même de le chasser à coup de carnavals, de le mater à force de proverbes, c’est dire ! La neige et ses jolis flocons n’emportent pas notre adhésion non plus. Certes, on s’en réjoui durant une séance de luge, elle intrigue par son atmosphère magiquement ouatée, on la contemple bien au chaud  derrière une fenêtre, mais elle nous hérisse sous les pneus, nous désole en flaques boueuses, nous brûle par ses gerçures. Décidément, l’hiver est la mal aimée de nos saisons. Ce qui est assez injuste pour lui car «  [il] est comme tout le monde. / Il n’aime pas le froid. / Mais c’est son boulot, voilà. / À l’école, il voulait faire printemps, / mais c’est un métier plutôt rare  ». De plus, «  [d]es quatre saisons, l’hiver est celle qui raconte le plus d’histoires. / Ce sont les mois où on a envie de se serrer les uns contre les autres. C’est sans doute une explication  ». Cela paraît un prétexte parfait pour Carl Norac qui nous offre à envisager ce temps de ralentissement, de calme et de préparation, à la lorgnette d’historiettes amusantes, inattendues et poétiques. Dans Vent d’hiver , on croise notamment une maman aux joues goûts framboise et fraise, des Finlandais aux fesses bleues, un bonnet réceptacle de pensées, un skieur en habit d’ours, un bonhomme de neige affreusement maussade. Et le plus attachant d’entre tous ces personnages parfois farfelus est monsieur-madame (selon les pages) Hiver, un être solitaire, rêveur, résigné, facétieux et amusé : «  On dit que l’hiver est triste, mais on se trompe. Il rigole beaucoup. Par exemple, si vous allez près d’un étang gelé, souvent vous entendez un craquement. Craquement, c’est seulement quand l’hiver a trop envie de rire. Il craque de rire. Il s’éclate.  » Qui l’eût cru ? Comme de coutume, la prose, rêveusement décalée, tout à fait personnelle, de Norac chatouille l’esprit du lecteur, petit ou grand.La découverte de ce livre se niche sans doute dans les dessins de la Gantoise Gerda Dendooven. Le public francophone la connaît (peut-être) un peu moins, alors qu’elle est une mine admirable du paysage graphique flamand, en ébullition hallucinante. Le trait de Gerda souffle comme le vent hivernal : de façon saisissante, un peu piquante, brute. À l’aide d’une palette réduite (essentiellement, du bleu, du blanc, du rouge), elle crée un univers vif, un brin désuet (elle aurait pu illustrer La semaine de Suzette ou un almanach du début du 20e siècle), très évocateur tout en s’inscrivant en résonnance avec une tradition flamande affirmée (planent les ombres indistinctes des Breughel, des Permeke et autres Masereel). Quelle joie pour nous que le Poète national de Belgique / Dichter des Vaderlands multiplie ces collaborations sans-frontières ( Vent d’hiver est déjà le treizième de ses opus illustrés par un talent du Nord) ! À présent, nous avons le cœur à chanter : « Oh ! Vive le vent, vive le vent… » Samia Hammami Au travers de courts textes poétiques, tour à tour drôles ou oniriques, l'auteur raconte les aventures de personnages représentant des saisons autour du thème central de la période hivernale. Ce livre rassemble de petits textes poétiques, tour à tour drôles ou oniriques, sur l’hiver. Le mariage puis le divorce de Madame Hiver et de Monsieur Printemps, les péripéties d’un bonhomme de neige au mauvais caractère, un hiver peu pressé de laisser sa place, l’invention du rhume… autant d’aventures qui parlent de saisons, de neige, de froid… à se raconter au coin du feu ! Car comme le dit l‘auteur dans une…