Magic : une métaphysique du lien


RÉSUMÉ

Interrogeant l’apparition du concept de lien social chez Rousseau et Durkheim, l’auteur avance que, pour comprendre ce qui lie les hommes, il faut peut-être regarder du côté du droit, un droit qui aurait retrouvé sa magie. De Montesquieu à G. Bruno, de G. Tarde à M. Mauss, l’auteur s’attache au droit comme dernière manifestation de la magie dans un monde qui croyait pouvoir s’en passer.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Laurent de Sutter
Auteur de Magic : une métaphysique du lien
Laurent de Sutter est essayiste, éditeur et critique. Il est l'auteur de plus d'une vingtaine de livres traduits dans une douzaine de langues et couronnés de nombreux prix et bourses. Il dirige les collections "Perspectives Critiques" aux Presses Universitaires de France et "Theory Redux" chez Polity Press, chronique sur La Première et dirige le festival Les Rencontres Inattendues. Il enseigne aussi la théorie du droit à la Vrije Universiteit Brussel. On a pu dire de lui qu'il était le "Slavoj Zizek belge", un "pirate de la philosophie et du droit" ou encore "l'enfant terrible de la philosophie francophone contemporaine". "Les Inrocks" ou "Technikart" l'ont souvent fait figurer dans leur top 100 des personnalités culturelles de l'année. Lauréat d’une bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Bourse de création 2021

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Magic : une métaphysique du lien"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9152 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Maya (T. 1). Poussière d'étoiles

Maya est une petite fille qui s’interroge sur le monde…

Jamais content ! 15 nouvelles pas comme les autres

Geert de Kockere poursuit sa lancée en nous offrant un second album composé de quinze histoires pas comme les autres. Et c'est vrai que c'est un genre à part, ces petites histoires à caractère philosophique sorties de la bouche d'animaux qui avec un point de vue décalé réfléchissent sur la vie ou l' illustrent à grands traits. De petits animaux jamais contents de ce qu'ils sont et de ce qu'ils ont. Que ce soit une poule qui se met en tête de pondre des œufs carrés, un mouton qui veut devenir chèvre, un renard angoissé par des poules qui le surveillent, le voyage intérieur d'un poisson dans son bocal, une grenouille qui a le vertige, tous ces animaux donnent à penser au sort de la vie, pas toujours comme on voudrait qu'il soit. C'est le rapport à la réalité qui est ici décliné avec ceux qui ne veulent pas la voir, ceux qui la déforment, ceux qui la subissent, ceux qui la sublime, ceux qui l'angoisse….On retrouve les mêmes ingrédients ( une dose absurde, des fins inattendues, des silences, des perspectives peu communes, des rencontres, de la finesse, des questions sur la vie) que le premier album " tête-à-tête" qui nous avait ébloui mais ce sont davantage des moments introspectifs un pouce plus sombre. Pour la réplique du premier, l'auteur belge s'est associé à Johan Devrome qui, après des études d'art plastiques à Bruges puis d'arts graphiques à Anvers, travaille comme créateur graphique pour la télévision flamande VTM et illustre des livres et magazines destinés à la jeunesse. Ce sont des animaux comme posant sur des décors de tapisserie, à la fois tendres, variés et merveilleusement traversés par des sentiments tels que le doute, la naïveté, la déprime, la colère. Voilà un recueil d'histoires à réfléchir, peut-être…

Du toucher. Essai sur Pierre Guyotat

Le point de départ d’un texte philosophique sur l’écriture…