Love hôtel



À PROPOS DE L'AUTEUR
Benoît Peeters
Auteur de Love hôtel
Benoît Peeters est né à Paris en 1956. Après une licence de philosophie à la Sorbonne, il a préparé le diplôme de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales sous la direction de Roland Barthes. Son premier roman, Omnibus, est paru aux éditions de Minuit en 1976. Hommage à Borges et Agatha Christie, La Bibliothèque de Villers est d’abord parue chez Robert Laffont en 1980. Depuis 1982, Benoît Peeters s’est consacré entièrement à l’écriture, multipliant les travaux dans les domaines du scénario, de la critique, de l’édition et de la conception d’expositions. Spécialiste d’Hergé, il a publié trois ouvrages devenus classiques : Le Monde d’Hergé, Hergé fils de Tintin et Lire Tintin, les bijoux ravis. Théoricien et critique, il est l’auteur Lire la bande dessinée et de nombreux essais sur Paul Valéry‚ Hitchcock, Nadar, Töpffer et Chris Ware. Une longue complicité avec le dessinateur François Schuiten lui a permis de construire avec lui le cycle des Cités obscures. Il a récemment publié chez Flammarion la première biographie du philosophe Jacques Derrida, l’accompagnant de Trois ans avec Derrida, les carnets d’un biographe.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Love hôtel"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

CHAMPS DE BATAILLE

Éric Derkenne a fait du visage le théâtre de ses précises opérations.Jour après jour cerné de lignes ombrageuses, le siège du combat se disloque en de sombres cavités. Les yeux, les oreilles, les narines, la bouche sont autant de gouffres que l'artiste sonde inlassablement et qui emportent celui qui les scrute dans des tourbillons vertigineux. Les têtes prennent corps et dans ce bataillon de figures totémiques, chaque soldat se distingue grâce à une infinité de détails graphiques.Parti d'un bigbang de formes colorées et isolées dans l'espace, Éric Derkenne a mis en place au fil des ans une méthode précise et immuable, un réseau de circonvolutions de cercles et de serpentins qui envahit la feuille blanche, donnant naissance à d'énigmatiques portraits. Tel une « dentellière du stylo à bille », il s'est abîmé avec application dans ce lent ouvrage de tissage, d'entrelacement de lignes, ceignant sa propre image, par maints assauts répétés. À l'identité qui défaille, Éric Derkenne a répondu…

L’homme-armée

Il est des œuvres qui nous désarçonnent, décillent nos yeux blasés, plantent en nous…