Littérature et homosexualités


RÉSUMÉ

sous la direction d’Alain Dantinne
Indications nov.-déc. 2004


À PROPOS DE L'AUTEUR
Alain Dantinne
Auteur de Littérature et homosexualités
Alain Dantinne est né le 11 octobre 1951 à Namur.Il a entrepris des études de Lettre dans un premier temps, de Philosophie ensuite. Il a enseigné le Français (dans l'enseignement secondaire) et la Philosophie (à la faculté d'Architecture, à Liège). Cette expérience sera consignée dans un récit-essai, 68 rue des Écoles qui paraît en 2019 aux éditions Academia. Il publie un premier recueil à compte d'auteur en 1979. Le suivant paraît aux éditions André De Rache en 1985, avec un avant-propos de Jean-Claude Pirotte. Cinq autres suivront. À partir de l'an 2000, il consacre une plus grande partie de son temps à l'écriture, il se met à écrire des romans, dont un pastiche, Hygiène de l'intestin, publié aux Éd. Labor. La Promesse d'Almache et Brise de Mère trouveront place dans la collection "Plumes du Coq" aux éditions Weyrich. Il écrit régulièrement dans Les Amis de l'Ardenne, la revue de Charleville. En 2020, les éditions de "L'Herbe qui tremble" publient une anthologie de ses principaux poèmes, Amour quelque part le nom d'un fleuve. Fils naturel du Velvet Underground et du surréalisme, Alain Dantinne n'a jamais pu placer ses mots dans les vers cadencés de la poésie élégiaque et, s'il utilise le sonnet ou le rondeau, c'est pour mieux en pervertir la forme, en faire surgir tout le poids de l'Existé. Sa révolte intérieure, son indicible déchirure recherchent de grands espaces telluriques; il prend alors la route, traverse des cordillères, se perd dans des villes gigantesques, où il frotte sa solitude à la peau du monde. La poésie est pour lui le lieu, le seul, de la réconciliation impossible.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Littérature et homosexualités"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10432 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Camille Lemonnier, le « Zola belge », déconstruction d’un poncif littéraire

Les clichés, les lieux communs et les poncifs ont la vie dure et parfois nous polluent. Ils s’imposent à l’esprit, à la bouche et à la plume plus vite que la précision, la complexité et la nuance. Il en est en littérature comme ailleurs. Ainsi Camille Lemonnier ne cesse-t-il pas d’être considéré comme le Zola belge. Comme si, par ces mots, on avait tout dit, de son œuvre. Et cela ne date pas d’aujourd’hui. Dans Camille Lemonnier, le « Zola belge », déconstruction d’un poncif littéraire , le critique Frédéric Saenen, fidèle collaborateur du Carnet et les Instants , explique la genèse de ce lieu commun, met en évidence les mécanismes de sa viralité afin de mieux le défaire et avancer des propositions nouvelles. Faut-il le rappeler, Camille Lemonnier (1844-1913) est un écrivain à l’œuvre riche et variée (critique d’art, romans, contes, récits, etc.) et à l’écriture puissante ; il est l’auteur d’une cinquantaine de livres (plusieurs titres sont réédités dans la collection « Espace Nord »). Frédéric Saenen le tient pour le «  germe et le socle de Nos Lettres  ». Pourtant, au 19e siècle, on le comparait souvent, quand on ne le soupçonnait pas d’en être le plagiaire, à Victor Hugo, Léon Cladel, Jules Barbey d’Aurevilly, Gustave Flaubert. Et bien entendu à Émile Zola, chef de file du mouvement naturaliste, dans lequel Camille Lemonnier s’inscrit en partie, même si, comme le montre Frédéric Saenen, on ne peut l’assigner à un courant littéraire. De là découlera l’appellation de Zola belge. Elle circulera déjà de son vivant, peut-être même dès la parution d’ Un mâle , son roman le plus fameux. Le mot « belge » est d’ailleurs tout aussi important que celui de « Zola » dans ce syntagme car on fera de Lemonnier le premier écrivain belge, et aussi le dernier, si on le considère comme le parangon de l’identité belge. D’ailleurs Frédéric Saenen confirme cette affirmation, tout en précisant, au passage, ce que serait le sillon profond de la littérature belge. Selon lui, il ne s’agirait pas du surréalisme mais de «  l’expression directe des pulsions premières et de l’instinct, qui pousse l’individu au passage de la ligne et au seuil de la tragédie intime.  »Pour déconstruire le poncif de « Zola belge », Frédéric Saenen ne se contente pas de s’interroger sur la manière dont ce dernier s’est forgé et répandu, mais il analyse, à travers la littérature critique, les liens qui unissaient Lemonnier et son collègue français ainsi que leurs œuvres respectives. Aussi, de page en page, remet-il en lumière ce qui est occulté par le cliché : Lemonnier, réaliste décadent, virtuose du style, écrivain de la péri-urbanité, relecteur de la Bible, explorateur halluciné de l’intime, peintre du peuple belge. En refermant Camille Lemonnier, le « Zola belge », déconstruction d’un poncif littéraire , on ne peut que féliciter Frédéric Saenen d’avoir su démontrer, de façon condensée, la grandeur et l’originalité de l’œuvre de Lemonnier. Nous ne pouvons d’ailleurs qu’adhérer à sa proposition de faire de Camille Lemonnier le…

Le roman policier ou la modernité

Le roman policier est à peu près le seul genre qu'ait inventé la littérature moderne. Mais il y a plus étonnant :…