L’instinct maternel


RÉSUMÉ
Richard et Jeanne Tavier jouent, depuis de nombreuses années, la comédie du bonheur parfait dans le milieu huppé qu'ils fréquentent. Leur agressivité et leur mépris sont renforcés par le fait qu'ils n'ont jamais pu avoir d'enfant. Edwige, la confidente de Jeanne, l'aide de son mieux en lui procurant conseils et tendresse. Un soir, celle-ci débarque chez elle et lui annonce que Richard s'est rompu le cou en tombant dans l'escalier. Edwige n'est pas dupe mais couvre son amie en l'assurant de son silence. À l'ouverture du testament, le notaire annonce à la veuve que Richard lègue sa fortune à une inconnue. Blessée et dépitée, Jeanne transforme son ressentiment en une boule de fiel qui lui fait perdre la raison. Décidée à retrouver la femme qui a hérité à sa place, elle a bien l'intention de la supprimer.

PRIX
  Prix du roman policier du Festival de Cognac 2002

À PROPOS DE L'AUTEUR
Barbara Abel
Auteur de L’instinct maternel
Depuis toujours, Barbara Abel se passionne pour la littérature et le théâtre. À 15 ans, elle suit les cours de théâtre à l’académie d’Etterbeek, chez Bernard Marbaix, grand comédien belge et professeur émérite. Après avoir obtenu sa licence en Philologie romane à l’ULB, elle part pour Paris où elle écume les cours de théâtre et les castings. Après quelques figurations au cinéma, des spectacles de rue et un nombre hallucinant de petits boulots en tous genres, le cœur la rappelle à Bruxelles où elle s’installe avec son amoureux. Professionnellement, la galère recommence, qu’elle décide de vaincre en écrivant une pièce de théâtre : « L’esquimau qui jardinait ». Lasse de compter sur le désir des autres pour exister, elle monte la pièce avec son compagnon, Gérard Goffaux, aidés de Jacques Viala qui s’occupera de la mise en scène et de Danièla Bisconti qui lui donnera la réplique. La pièce est un succès public et sera jouée à la Samaritaine, au C.C. Jacques Franck et au festival de Spa. Ce qu’il ressort de l’aventure ? Un gout certain pour l’écrit à défaut de contrat dans le théâtre. Barbara Abel se lance pour de bon dans l’écriture : après tout, si jouer seule dans son salon n’a aucun intérêt, personne ne peut l’empêcher d’écrire. Elle rédige un premier roman de 800 pages, une brique pas vraiment publiable en l’état mais dont les qualités littéraires sont indéniables. Elle l’envoie partout, en France, en Belgique et même au Canada, essuie les refus dont certains l’encouragent toutefois à persévérer, s’accroche à ce conseil et persévère en effet. Bien lui en a pris car, après avoir rédigé divers petits textes qui seront publiés dans des revues littéraires, puis deux scénarios de court métrage, elle retente l’aventure du roman et se lance dans l’élaboration d’un « polar ». « L’instinct maternel » obtiendra le prix du festival de Cognac en 2002 et sera publié aux éditions du Masque, très vite suivi par d’autres romans policiers : « Un bel âge pour mourir », « Duelle » et enfin « La mort en écho ».  

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "L’instinct maternel"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 16454 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

La maison des veilles

L’immeuble bruxellois où habite l’inspecteur…

Les éprouvés : Menaces (volume 3)

Richard Lorent a décidément pris le parti d’écrire…

Meurtre dans un oflag

Dans un oflag, deux ennemis de toujours, Albert et Francen, se retrouvent. Tout les sépare…