Li tèlèfone do curè. Le téléphone du curé


RÉSUMÉ
Dans ce dernier texte "majeur" composé en wallon de Tenneville, Rodolphe Dedoyard utilise ici un procédé qui rappelle celui adopté par le pape Jean-Paul Ier, écrivant aux saints du paradis. À défaut de pouvoir dialoguer directement avec le bon Dieu, l'abbé s'adresse lui aussi à ces saints, dont il connaît manifestement bien la vie. Mais Rodolphe Dedoyard et l'écriture, c'est deux ! Il téléphonera donc, à chaque fois qu'il se trouvera dans la dèche.Animé d'une foi à renverser…
  lire la suite sur  Service du Livre Luxembourgeois

À PROPOS DE L'AUTEUR
Rodolphe DEDOYARD
Auteur de Li tèlèfone do curè. Le téléphone du curé
Rodophe Dedoyard est né à Baconfoy (Tenneville) en 1913. Fils unique d'un commerçant en tissus, il a pu, lors des tournées qu'il effectuait en compagnie de son père, observer l'univers qui l'entourait. Il a passé toute sa jeunesse dans son village natal et n'a jamais cessé d'entretenir avec lui des contacts réguliers. Il a occupé diverses charges pastorales à Saint-Léger, Bande, Namur, Bastogne et Nadrin, où il est décédé en 1993.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Li tèlèfone do curè. Le téléphone du curé"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9139 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Li Rantoele - 72 - 72 / ivier 2014-2015

Sommaire • Istwere : djusse divant l’ fén di l’ URSS: Tchanteu d’ rok a Vladivostok par  Jean-Louis De Weirt • Eternåcionå : Berlôrer d’ ene guere…

Douda d'Êwe d'Oûthe

Avril 1830. Toute la Belgique frémit du vent de la révolte qui va renvoyer chez lui l'occupant hollandais. Toute ? Non, car à Oppagne, la vie continue, simplement, entre rudes et braves fermiers.Les Dalrossette sont, eux, plus toûrsiveûs. Ils vont s'employer à dérober aux gentils Lometotoute un trésor dont ces derniers sont dépositaires sans le savoir. Le butin qui est distrait le matin sera de retour le soir même ; Colas et Germaine Lometotoute n'en sauront jamais rien. Il en a fait du chemin pourtant, ce trésor, tout au long de la journée, convoyé par Joseph Dalrossette : d'Oppagne, route de Biron, puis Barvaux, de là jusqu'à Bomal en bètchète, puis Izier. Destination : Grand-Bru, qu'il n'atteindra jamais. Parce que Douda, héros tranquille, malin, courageux, honnête, bon - un héros, quoi ! - va déjouer les projets du malintentionné Joseph.Pour connaître les tours et les détours de ce voyage, vous devrez ouvrir " Douda d' êwe d' Oûthe ". Dans une écriture très proche des pièces de théâtre qu'il a conçues, René Brialmont nous offre un conte, un petit bijou, au…