Li nwârôde, par Jean-Luc Fauconnier


Singulière, originale, indépendante, telle apparaît de prime abord l’héroïne de ce livre plaisant et enlevé. Noiraude, elle détonne par ce trait physique dans une famille dont tous les membres, ses parents et ses trois sœurs cadettes, sont blonds comme les blés. Son caractère indépendant, volontaire est tout à l’opposé de celui de sa mère, apathique, soucieuse seulement de cultiver avec modération les quelques arts d’agrément qu’elle a appris en même temps que les bonnes manières dans l’internat religieux dont elle fut retirée, avant la fin de ses études, pour un mariage précipité avec un homme costaud, stokas´, et bon vivant.
L’auteur tire de l’opposition entre ces deux conjoints tout à fait imprévus des effets comiques du meilleur aloi. Une sorte de goguenardise empreint, d’ailleurs, tout le récit.
Voyez, par exemple, la scène de la visite au cours de laquelle se fera la proposition de mariage, dont nous ne citerons que le portrait…



FIRST:xfirstword - "Li nwârôde, par Jean-Luc Fauconnier"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le poison vert

Dessins d'Edouard Aidans sur un scénario de Greg. Couverture de Hermann.

La Valse du Pont suspendu

Prix Margueritte van de Wiele 2002. "Elle tourna brusquement les talons pour se jeter dans la volée d’escaliers et fuir le regard de sa fille. Elle se sentait exaspérée, incomprise de tous.…