L’été des rats




NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Le Bugue, petite ville du Sud-Ouest français, août 1955. « Un industriel à l’hôtel, un dentiste dans le village, un pharmacien à l’hôtel, un curé dans le village […] ». C’est ainsi que commence la dernière strophe d’un poème de Jacques Prévert, couché dans le Livre d’Or du Vieux Manoir, résidence périgordine de luxe pour séniors, où l’auteure séjourna durant cet été – l’été des rats –particulièrement étouffant. Dévoilée dès les premières pages du livre, cette rengaine réapparait ci et là, comme le fil conducteur de l’intrigue que l’on décode peu à peu.Été 2010. Blanche Fanlac, sexagénaire depuis peu, fraichement larguée par un mari délaissé, qui a trouvé consolation dans des bras plus accueillants…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:été lecteur - "L’été des rats"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

J’ai perdu mon roman

Laura TINARD , J’ai perdu mon roman , Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2022, 320 p., 19,5…

Les bons offices

On ne soulignera jamais assez combien la littérature francophone de Belgique, lorsqu’elle est…

La disparue de l’île Monsin

Plus encore que dans ses nombreux romans précédents, Armel Job a apporté des accents…