Les prix Babelio 2020 : les sélections



Babelio a lancé la deuxième édition de ses prix littéraires avec la publication de ses sélections couvrant dix catégories différentes. Deux auteurs belges figurent parmi les 100 titres sélectionnés.

Les prix Babelio

Réseau social francophone dédié au livre, Babelio a créé ses propres prix littéraires en 2019. Ils couvrent dix catégories : littérature française, littérature étrangère (en traduction), polar et thriller, jeunesse, bande dessinée, manga, jeune adulte, imaginaire, roman d’amour et non-fiction. La désignation des lauréats s’établit en deux tours. Tout d’abord, dix livres sont sélectionnés dans chacune des catégories. Ces sélections sont constituées des 10 livres les plus populaires sur le site de Babelio, c’est à dire ceux qui ont été les plus ajoutés dans les bibliothèques des lecteurs et qui ont été les plus appréciés/les mieux notés. Cette première sélection une fois établie, les membres de la communauté sont invités à voter pour leur livre favori dans chacune des catégories. En 2019, ils étaient 6.000 votants.

Les sélections dans la catégorie Polar et thriller

Dans la catégorie Polar et thriller, le dernier roman de Barbara Abel, Et les vivants autour (éditions Belfond), est l’un des dix titres retenus. Il raconte l’histoire d’une famille qui se déchire autour de Jeanne, une jeune femme allongée depuis quatre ans dans un hopital, en état végétatif.



FIRST:catégorie - "Les prix Babelio 2020 : les sélections"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Traité de défense – contre les pervers narcissiques – à destination des jeunes filles – de la noblesse

Pour Karoo, Thibault Scohier part à la découverte de la sélection 2016-2017 du prix des Lycéens de littérature : voici Explosion de particules de Valentine de le Court. Pour Karoo, Thibault Scohier part à la découverte de la sélection 2016-2017 du prix des Lycéens de littérature : voici Explosion de particules de Valentine de le Court. Difficile de parler d’ Explosion de particules de Valentine de le Court. Avant tout parce qu’il s’agit d’un premier roman et que toute personne dotée d’un tempérament créatif sait à quel point les critiques peuvent être dévastatrices. Je commencerai par dire, par honnêteté, que le livre n’a visiblement pas été écrit pour moi et qu’il pouvait difficilement me toucher. Maintenant que cette prémisse est établie, je peux aborder le problème sans réserve. Explosion de particules , c’est l’histoire de Juliette, une jeune femme issue de l’aristocratie, qui assiste à ses propres funérailles. Elle est morte, sans se souvenir de quoi, et réduite à l’état d’esprit elle se remémore différents épisodes de sa vie tout au long de la cérémonie. Le livre n’est pas à proprement parler un roman et il serait en fait difficile de le classer dans une catégorie littéraire bien définie. Son côté « bric-à-brac » est l’une des choses qui m’a perdu. Sa première partie est constituée des souvenirs de Juliette et se concentre sur la décrépitude de la noblesse belge – c’est, étrangement, la plus agréable à lire, parce qu’on sent une vraie tendresse de l’auteure pour ce milieu moribond et d’une certaine manière magnifique. La seconde se concentre sur sa relation avec Marc, archétype du pervers narcissique qui attire Juliette dans ses filets et la fait dépérir. La troisième est une mini-intrigue policière sur les causes de la mort de la jeune femme. Les chapitres sont, qui plus est, entrecoupés d’une galerie de portraits des membres de sa famille ; ceux-ci n’ont aucun intérêt en eux-mêmes, n’éclairant presque jamais le cours central de l’histoire. Si le style de Valentine de le Court était splendide, mes remarques seraient réduites au simple murmure du pinaillage. Malheureusement, il est parfaitement académique et, sans être pauvre, il trébuche quand il essaie de décoller de sa normalité. La narration étant complètement éclatée par la forme de l’ouvrage, il reste l’histoire. Celle d’une jeune fille innocente qui tombe amoureuse d’un maniaque, qui souffre et finira par se libérer grâce à l’intervention de Gabriel, un ami bien intentionné. Le but d’ Explosion de particules est en fait de développer une théorie psychologique, celle du pervers narcissique, manipulateur hors pair, capable de transformer l’existence d’une femme en enfer kafkaïen. Et, s’il est clair que l’intention de Valentine de le Court est louable – prévenir ses lectrices des dangers potentiels de pareilles relations –, elle n’est absolument pas littéraire. Écrire un roman n’a rien à voir avec la pure prévention, avec un but purement utilitariste ; écrire une fiction n’est pas écrire un traité psychologique ou un essai sur les risques de la perversion narcissique. C’est ici que le projet échoue, parce que les personnages sont subordonnés à l’objectif du livre. Juliette n’a que deux dimensions : son statut nobiliaire, revendiqué par l’auteur qui place en exergue du livre une citation d’Alphonse Allais, « Il est toujours avantageux de porter un titre nobiliaire. Être de quelque chose, ça pose un homme, comme être de garenne ça pose un lapin » 1 ; et son statut de victime de Marc. Toute sa personnalité est construite à partir de ces deux données et on ne gardera jamais l’impression, en refermant le livre, qu’elle existe bel et bien au-delà des pages. Il en va de même pour Marc. À part une très rapide présentation de sa famille, et de sa mère en particulier qui semble être à l’origine de son comportement, on ne chercha jamais à comprendre pourquoi il est mauvais. 71pfqpc3v0l La réduction du problème de l’existence à celui de la psychologie me semble symptomatique de l’époque, et Explosion de particules le décrit involontairement. Juliette est prisonnière des attentes sociales qui pèsent sur elle. Sa famille veut la voir se marier et respecter une certaine forme de morale aristocratique. Ses amies veulent qu’elle s’amuse et qu’elle soit une femme « branchée ». Tiraillée entre ses allégeances contradictoires, Juliette est un exemple d’individu frappé par le vide. Son dialogue existentiel n’évoque que l’absence et le manque, et seules sa passion pour le violon et son amitié pour Gabriel parviennent à les contrecarrer. Or, si ce vide est un des éléments qui font d’elle une proie idéale pour Marc, l’auteure n’essaie jamais de remettre en question ce flétrissement, entretenu par le faste en toc des sorties des progénitures de la noblesse bruxelloise. Valentine de le Court rate également l’enseignement principal de sa propre théorie : si Marc peut exister et si Juliette peut souffrir, c’est surtout parce que les gens autour d’eux sont soit affreusement superficiels, soit affreusement hypocrites. Toute la stratégie de manipulation de Marc se base sur la complicité passive de la société. Pourtant la solution des tourments de Juliette viendra de deux vains clichés : l’ami éclairé qui est en réalité son véritable amour évidemment impossible et une révélation de la vérité à ses amis qui se retournent finalement contre le vil manipulateur. La scène de cette révélation est sans doute la plus faible de l’ouvrage, elle ressemble à la fin d’un mauvais dessin animé : Marc révèle son plan diabolique à Juliette dans une alcôve, pendant que ses amis l’écoutent derrière un rideau et découvrent ainsi l’atrocité de ses mensonges. Il est puni pour son péché d’orgueil mais les « amis » en question ne le seront jamais pour leur pêché de bêtise, pour avoir cru un beau parleur plutôt qu’une fille qu’ils connaissaient depuis très longtemps. Peut-être certaines personnes trouveront-elles dans la lecture de l’ Explosion de particules une leçon salutaire ; peut-être frémiront-elles de la descente en enfer de Juliette et de l’ultime retournement de situation (quoique fort prévisible) à la fin de l’ouvrage. Mais Valentine de le Court n’a pas su transcender son sujet, dépasser le simple cadre de la psychologie appliquée pour vraiment faire de la littérature et toucher à ce qui fait que notre société peut produire et entretenir des personnages aussi esseulés que Juliette et aussi délétères que Marc. Sans doute l’auteure n’avait-elle pas cette intention… Mais, et c’est un point de vue fort subjectif, je crois qu’un livre mérite d’être publié s’il participe, même très humblement, à notre compréhension de l’existence ou s’il parvient à nous nourrir esthétiquement. Aucun de ces deux objectifs n’est ici rempli.…

Ethnographie gourmande de la Ducasse montoise

[p. 243  version papier]  Dissipons un malentendu…

Aspects inconnus et méconnus de la contrefaçon en Belgique

À propos du livre La contrefaçon belge des livres à l'époque romantique est quasiment inconnue. Née au lendemain de la séparation de la Belgique d'avec la France et de son rattachement à la Hollande, poursuivie après l'indépendance belge conquise à la suite de la révolution de 1830, cette industrie colossale, parfaitement licite en raison des législations nationales et internationales d'alors, eut à son actif, sans que leurs auteurs ou leurs ayants droit pussent s'y opposer, la reproduction, la traduction, l'adaptation des ouvrages étrangers, principalement français, qu'ils fussent littéraires, religieux, scientifiques, artistiques, politiques, historiques, militaires, musicaux, ou qu'ils traitassent de cuisine, de jeux de société, de typographie, d'archéologie, etc. Ce sont toutes les facettes de la «contrefaçon» belge que recense ce livre, divisé en une introduction, vingt chapitres abondamment illustrés de catalogues et de textes publicitaires d'époque, et trois annexes. Compte tenu de l'importance capitale du sujet, cet ouvrage interpellera tant le monde de la librairie que celui des bibliophiles, des bibliographes, des philologues, des économistes, des juristes, des scientifiques, des sociologues, des chercheurs, enfin : de tous ceux qui, de près ou de loin, érudits ou néophytes, s'intéressent au romantisme et à la Belgique de 1814 à 1855, lorsque ses éditions, souvent très soignées et vendues à des prix défiant toute concurrence, étaient répandues dans le monde entier et y propageaient les langues étrangères, au premier rang desquelles figure le français. L'auteur étudie depuis 1973 cet inépuisable et passionnant sujet, auquel il a déjà consacré dans le Bulletin de l'Académie royale de langue et de littérature françaises trois études. Son livre, le premier à traiter de façon globale de la contrefaçon belge, est la somme de ces années…