Les ombres d'Esver


RÉSUMÉ

Amaryllis, 16 ans, vit seule avec sa mère au domaine d’Esver et étudie la botanique avec le rêve d’en faire son métier. Mais tous ses espoirs d’avenir s’effondrent lorsque les deux femmes reçoivent la lettre de son père annonçant la vente du domaine d’Esver et le mariage qu’il a engagé entre sa fille et un de ses associés.


À PROPOS DE L'AUTEUR
Katia Lanero Zamora
Auteur de Les ombres d'Esver
Katia Lanero Zamora est actuellement conseillère en écriture à la RTBF dans l’unité fiction séries. Elle a notamment publié la trilogie des Chroniques des Hémisphères aux éditions Les Impressions Nouvelles et Les Ombres d'Esver, un roman aux accents gothiques, chez Actu SF. Elle est en outre autrice de plusieurs nouvelles dans plusieurs recueils et du scénario de Doulange, le premier podcast natif de la RTBF.


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Amaryllis, une jeune femme de presque seize ans, vit avec sa mère (Gersande) depuis dix ans dans le domaine d’Esver, « cette prison qu’elle aimait détester » et d’où elle n’est jamais sortie. Les portes d’entrée de cette grande demeure sont en effet scellées et tout tombe en ruines : les marches sont fissurées, les murs grignotés et le lierre s’infiltre sur le sol et les murs.Gersande est un génie de la botanique et passe ses journées à transmettre ses connaissances en fleurs, plantes et légumes à Amaryllis pour qu’elle entre dans la plus prestigieuse école de botanique d’Europe. Elle est obsédée par ses recherches sur l’Aeternalis, une fleur éternelle qui a besoin de soins spécifiques quotidiens, et passe son temps……


AVIS D'UTILISATEURS


8tiret3

En plus de combler parfaitement les attentes du public en respectant les codes génériques de la fantasy, Katia Lanero Zamora a construit un texte riche et profond, où son style soigné sert d'écrin à une intrigue mystérieuse brouillant sans cesse les pistes entre rêve et réalité (ce n’est évidemment pas anodin si Esver est l’anagramme de « rêves »). Une question reste en suspens pendant la quasi-totalité du roman : Amaryllis fait-elle face à un terrible danger ou est-ce la folie qui lui glisse ces idées en tête ?

La grande force du roman réside selon moi dans la profondeur psychologique des deux femmes autour de qui l'histoire se cristallise. Je trouve le personnage de Gersande particulièrement bien construit et je suis personnellement rentré en empathie avec elle, jusqu'à la trouver touchante et admirable. Les deux personnages féminins offrent également l'occasion à l'autrice d'interroger brillamment la place accordée aux femmes dans la société du vingtième siècle naissant, ainsi que dans les sphères scientifiques. Une perspective féministe insérée dans le récit pour donner encore plus de corps aux personnages qui n'est pas pour me déplaire.

Katia Lanero Zamora signe avec ses Ombres d'Esver un roman captivant et dense qui devrait, je pense, ravir à la fois les amateur·rices de la fantasy et les autres qui, comme moi, ne plongent dans le genre qu'occasionnellement.


FIRST:xfirstword - "Les ombres d'Esver"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Salsa

Salsa , le dernier roman de Sylvie Godefroid , s’aligne sur Sophie, victime d’un AVC alors qu’elle rejoignait sa fille, Amandine, au café de la Presse à Bruxelles.À l’hôpital, tout le monde la croit dans le coma alors qu’elle est enfermée dans son corps (locked in syndrome). Consciente, elle s’adresse silencieusement à sa fille et lui annonce, notamment, la raison de leur rendez-vous ce matin-là : son intention de quitter la Belgique pour rejoindre son amant, Luis, à Cuba où elle compte s’installer définitivement. Au départ, quand on lit Salsa , on a le sentiment d’être immergé dans l’histoire de Sophie, quinquagénaire fatiguée de sa vie de bourgeoise, en quête d’un émoustillement du corps et des sens.Tout nous pousse à penser que Sophie profite de son état pour se confier à sa fille de 25 ans, lui retracer son parcours, revenir sur cette éducation rigide qui l’a longtemps corsetée.  Dis-leur que j’ai grandi comme une orchidée, j’ai poussé le long d’un tuteur qui m’a toujours maintenue dans l’axe de ce que les autres attendaient de moi. S’ils prenaient le temps de m’ausculter avec délicatesse, ils se rendraient compte que je suis une fleur qui surprend, étonne et qui, parfois, ravit. Dis-leur que je n’ai pas eu de chance avec les hommes. Je n’en ai d’ailleurs pas connu beaucoup ; ma mère m’avait toujours dit de m’en méfier. Mes robes, je les porte proches du corps, mais jamais moulées, un rien au-dessus du genou. Mon maquillage se propose discret. Je suis agréable à regarder mais jamais jolie. Je n’oserais pas.  Sauf qu’à y regarder de plus près, nos convictions de lectrice vacillent. C’est qu’il y a ces inserts, assez tôt dans le récit, dont on ne comprend pas tout de suite ce qu’ils viennent faire là… Des extraits de chroniques judiciaires d’un procès en assise dont l’ouverture est imminente. Puis l’on comprend à demi-mot que nous ne voyons peut-être qu’un seul côté des choses (pour faire écho à la citation de V. Hugo, en exergue de ce livre) et que cette histoire est bien plus complexe qu’il n’y parait, qu’elle recèle, même, de nombreux tiroirs et que les protagonistes ne sont peut-être pas ceux qu’ils prétendent être.Qui est Amandine, par exemple, la prétendue fille de Sophie ?Et Georges ? Est-ce sa meilleure amie comme le prétend Sophie ou son mari retrouvé mort ?Et Marc Mouradi est-il neurochirurgien ou se peut-il qu’il soit plutôt avocat ?Au fil des pages, on découvre Sophie dans un autre genre d’enfermement : la prison où elle est dans l’attente de son procès et où elle a tout le temps pour inventer .Quelle histoire nous raconte Sophie ? Une vie rêvée ? Ses fantasmes ? Mais quelle vérité quand on raconte, quand on se raconte  ?À moins que cette affabulation ne soit là que pour mieux se libérer, s’émanciper ? Car il est bien question de trajectoire de femme dans ce récit aux nombreux niveaux de lecture. Une femme qui, quel que soit le fil narratif déroulé, se voit toujours rattrapée par la solitude et l’enfermement.L’autrice (à moins que ce ne soit la narratrice ?) a beau se jouer de nous, elle offre à Sophie une place d’où elle peut prendre la parole, s’affirmer, et qui sait, s’affranchir pour enfin décider de la tournure de sa vie. Pour que l’on n’ait plus à se demander : n’y a-t-il aucune possibilité d’affranchissement pour les femmes, que la folie ou l’AVC ? Affranchis-toi du carcan de ton patrimoine génétique ! Essaye. L’être humain ne se départit pas d’un tel héritage comme une main experte dépoussière une étagère. Refuse ce postulat. Émancipe-toi ! Tant d’histoires jamais racontées obstruent mes méninges ! Je ne t’ai pas menti sur la vie, j’ai pris certaines libertés. J’ai occulté des travers humains pour te protéger. Amélie Dewez Plus d’informations Temps en apnée, heures élastiques et plongée comateuse pour un rendez-vous manqué. Dans la prison de son corps, Sophie crie au secours. Nul ne l’entend. Ni Amandine, sa fille prostrée à son chevet, ni l’équipe médicale au pronostic pessimiste. Que divulgue Georges, sa confidente ? Où se cache Luis, son amoureux cubain ? Seule, sur son lit d’hôpital, sous la caresse de draps rêches, souvenir d’une plage de sable fin, sa mémoire danse la salsa des robinsons. Entre confidences, délires et procès d’assises, Sylvie Godefroid nous offre un nouveau roman, l’occasion d’une réflexion sur la peur, le manque, le doute, la honte et la culpabilité. L’auteure tisse la trame des relations mère-fille, une odyssée…

Terre de brume : Le choix des élues (tome 2)

Dans ce deuxième tome de Brume , Le choix des élues , Héra et Intissar poursuivent leur quête d’une solution pour sauver leur monde entamée dans le Tome 1 , Le sanctuaire des Dieux . Héra et Intissar pénètrent à présent dans le cœur de la montagne et recherchent les Semeurs qui pourront, du moins le pensent-elles, les aider à lutter contre la Brume toxique qui détruit leur monde. En réalité, les Semeurs se trouvent être une société misogyne et xénophobe, société que nos héroïnes affronteront et qui leur apportera deux alliées primordiales rencontrées lorsqu’elles sont faites prisonnières. Ensemble, elles chercheront le chemin permettant de découvrir l’arme capable de vaincre la brume. Lire aussi : notre recension de  Terre de brume I, Le sanctuaire des dieux Ce second tome démarre tambour battant. Nous sommes littéralement happés par l’intrigue et Cindy Van Wilder n’épargne personne, ni ses personnages, ni ses lectrices et lecteurs. L’urgence est palpable dès les premières pages. La Brume prend place dans le corps blessé d’Intissar et se révèle plus maléfique et manipulatrice qu’auparavant. Elle est une des voix de ce livre. Au côté de la voix principale du duo Intissar et Héra, on retrouve celle d’un conteur faisant apparaitre en filigrane l’histoire du Dieux du feu Aïstos. Un personnage essentiel par la suite. Pour finir, on suit Saraï qui apporte une autre voix au périple de nos deux héroïnes.Cindy Van Wilder nous régale avec le dernier tome de ce diptyque. L’écriture est rapide et scande l’urgence de la situation, la survie de Mirar est en jeu. On retrouve, comme dans certains autres romans de l’autrice, l’idée de magie, mais aussi la mythologie (celle de Mirar) et le côté post-apocalyptique qui n’est pas sans rappeler l’urgence écologique face à laquelle nous nous trouvons nous-mêmes. Le duo Intissar/ Héra est beau : de jeunes femmes fortes, rebelles et prêtes à se faire entendre. En plus d’offrir un fabuleux diptyque de fantasy, la plume de Cindy Van Wilder est aussi inclusive et cela mérite d’être souligné. Ses écrits participent de la visibilité, de la tolérance, nécessaires aujourd’hui dans nos sociétés pour les minorités culturelles et de genre. Cindy Van Wilder parle donc d’«  empowerment  » des femmes, d’amours homosexuelles, de transgenres et par le biais de ses romans, sait se faire le reflet de la société telle qu’elle est. Hélène Théroux Héra et Intissar ont pénétré au cœur de la montagne dans l’espoir de trouver les Semeurs et de pouvoir les convaincre de se joindre à elles dans leur lutte contre la Brume. Mais dans la société qu’elles découvrent, être étrangères et être des femmes n’est pas un atout. Très vite, Héra et Intissar sont mises au cachot. Tandis qu’Intissar se bat contre la Brume qui consume son esprit depuis l’attaque de Scyll, Héra s’allie à deux autres prisonniers qui lui ont révélé une rumeur…

La Nouvelle Carthage

La Nouvelle Carthage, c’est Anvers à la fin du xixe siècle. Dans ce milieu d’opulence et de haine du pauvre, le jeune Laurent Paridael grandit au sein d’une bourgeoisie qui ne répond ni à ses goûts ni à son sens de la justice. Il se tourne alors vers le peuple et se rapproche des ouvriers, des marginaux et des parias. Seule sa cousine Gina, à la beauté et à la grâce séduisantes, pourrait adoucir son tempérament rebelle, mais elle lui préfère la fortune d’un gros industriel, le sinistre Béjart, auquel l’auteur prête tous les vices d’un capitalisme féroce et sans scrupules.La Nouvelle Carthage, c’est Anvers à la fin du xixe siècle. Dans ce milieu d’opulence et de haine du pauvre, le jeune Laurent Paridael grandit au sein d’une bourgeoisie qui ne répond ni à ses goûts ni à son sens de la justice. Il se tourne alors vers le peuple et se rapproche des ouvriers, des marginaux et des parias. Seule sa cousine Gina, à la beauté et à la grâce séduisantes, pourrait adoucir son tempérament rebelle, mais elle lui préfère la fortune d’un gros industriel, le sinistre Béjart, auquel l’auteur prête tous les vices d’un capitalisme féroce…