Les filles d’Aphrodite (tome 1) : Mort à la carte


RÉSUMÉ

New York, au milieu des années 30. Lenni et Mona, deux jeunes filles de 20 ans, décident d’ouvrir une agence matrimoniale. Mais certains clients ne viennent pas chercher l’âme soeur à l’agence Aphrodite, mais des contacts pour de louches trafics qui intéressent au plus haut point l’inspecteur Trick, un flic taciturne.

  lire la suite sur  Bela

À PROPOS DE L'AUTEUR
Corine Jamar
Auteur de Les filles d’Aphrodite (tome 1) : Mort à la carte

Née le 18 avril 1962 à Bruxelles

Formation en Arts plastiques au Lycée de Berkendael

Je n’ai pas vraiment de méthode. Je respire un grand coup, puis je plonge. Une fois que j’ai trouvé une idée pour un livre de jeunesse, j’écris le texte, le torture et le triture une semaine. Je le laisse reposer deux ou trois jours, puis je recommence la maltraitance

André Taymans
Illustrateur de Les filles d’Aphrodite (tome 1) : Mort à la carte
À sa sortie de l'atelier BD de Saint-Luc, André Taymans adapte avec J.C. de la Royère L'homme aux Orchidées aux éditions Lefrancq. Entre de nombreux voyages (Sud-Est asiatique, Cordillière des Andes, Amazonie, Amérique du Nord), il reprend des mains de Griffo la série "Munro" qu'il anime le temps d'un album avec J.F. Di Giorgio, aux éditions Dupuis. Toujours sur un scénario de Di Giorgio, il dessine pour les éditions Alpen "Les aventures de Sam Griffith". Avec Gabrielle Borile et Chantal Heuvel, il suit les traces d'"Alex Nora" aux éditions Le Lombard. C'est en 1992 qu'il se lance avec la complicité de Rudi Miel dans "Les aventures de Charlotte" aux éditions Casterman. Le secret des Cornacs est le premier titre de la série sorti en 1993. Il a été prépublié dans le quotidien Le Soir d'avril à mai 1993. En janvier 1994 est publié le deuxième titre Le rocher aux hirondelles, suivi en juin par La perle noire. En 1996 paraît Les cornes de feu. En 1995, Taymans publie, avec la complicité de Di Giorgio, le premier album d'une nouvelle série "Bouchon, le petit cochon" Bouchon et le petit rat Missou, suivi la même année de Sans abri. En 1996 est publié le premier titre des "Aventures de Caroline Baldwin", qui continue à résoudre les énigmes les plus difficiles. Il est également l'auteur de "Mac Namara" paru chez Casterman et le dessinateur des "Filles d'Aphrodite" chez Glénat. (Source : Casterman)

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Les filles d’Aphrodite (tome 1) : Mort à la carte"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Benoît Brisefer : les taxis rouges (tome 1)

Une nouvelle compagnie de taxis a ouvert à Vivejoie-La-Grande, mettant à mal les affaires de monsieur Dussiflard. Il s'agit en réalité d'un complot visant à faire fuir tous les habitants. Benoît Brisefer, jeune garçon doté d'une force surhumaine, mène l'enquête. Avec un carnet de tournage du film adapté de la bande dessinée.…

Klimt

Vienne, 1907. Le peintre Gustav Klimt rend visite aux époux Bloch-Bauer. Ferdinand demande alors à Gustav de réaliser le portrait de sa femme, Adèle ; requête entraînant un flashback. Six ans auparavant, alors que Klimt essuyait des critiques acerbes au sujet de son œuvre La Médecine , il a rencontré ce couple, admirateur de son génie et dont la femme l’a prié de lui ouvrir les portes de son atelier. Au même moment, l’artiste recevait en rêve l’inspiration pour son prochain tableau. C’est par ce prisme que l’on entre dans l’univers de l’artiste : son atelier, ses modèles, sa mère, sa compagne, Émilie, mais aussi ses rêves, ses angoisses, ses sources d’inspiration en somme. L’histoire narrée en bande dessinée par Cornette et Marc-Renier est une tranche de vie, prétexte à l’évocation du peintre, de son style, de son époque et de l’avant-gardisme dont il y faisait preuve. L’idée est en effet plus de mettre en avant ses particularités que de réaliser sa biographie. Le récit est assez simple et aurait peu d’intérêt sans l’aspect « inspiré de faits réels », mais n’en est pas moins cohérent et bien rythmé.Les dessins sont soigneusement détaillés. Le rendu est classique, avec un crayonné assez fort accentuant les sujets principaux. Les travaux de Klimt évoqués sont réinterprétés plutôt que cités et le résultat est réussi et efficace : le redesign des œuvres permet une intégration fluide dans les cases tout en invitant à les découvrir sous un angle neuf.Le récit principal est suivi d’un court cahier didactique sur Gustav Klimt. Il complète la bande dessinée en développant quelques sujets qu’elle évoque. On y voit notamment des reproductions des œuvres évoquées dans l’album. Ainsi, le lecteur a à portée de main de quoi satisfaire sa curiosité, titillée par l’histoire racontée en images et phylactères.La bande dessinée Klimt est une introduction sympathique à l’œuvre de l’artiste. Les connaisseurs n’apprendront probablement pas grand-chose, là où les néophytes apprécieront l’accessibilité du propos et les informations proposées en fin d’ouvrage. Les visuels soignés plairont aux amateurs de bande dessinée traditionnelle, alors que l’histoire…