Les Créoles portugais d’Afrique : quelques échos d’une Romania subsaharienne


En 1434, le navigateur portugais Gil Eanes double le Cap Bojador (également appelé Boujdour), situé dans l’actuel Sahara occidental et qui, à l’époque, marquait pour les Européens de l’Ouest les limites méridionales du monde connu. Dans les années qui suivent, les marins lusitaniens, cherchant à ouvrir une route maritime vers les Indes, vont progressivement reconnaître les côtes de la partie occidentale de l’Afrique subsaharienne, atteignant finalement le Cap de Bonne Espérance (à l’extrémité Sud du continent) en 1488. Tout au long de ce parcours, les Portugais entrent en contact pour la première fois avec de nombreux peuples et cultures, fondent des comptoirs sur les côtes africaines et développent des relations politiques et commerciales avec maints États locaux, qui leur fournissent notamment ivoire et esclaves en échange de produits manufacturés (tels que perles de verre ou pagnes tissés). Ces échanges commerciaux et ces contacts désormais réguliers entre…

  lire la suite sur  REVUES.BE


FIRST:maïs capverdien enfant ka femme - "Les Créoles portugais d’Afrique : quelques échos d’une Romania subsaharienne"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => )

Ceci pourrait également vous intéresser...