Les AML récoltent les archives de quarantaine des écrivains



La crise sanitaire du Covid-19 a poussé la Belgique à un confinement de plusieurs semaines. L’opération « Archives de quarantaineArchief » s’est rapidement mise en place pour conserver les traces de ce moment inédit. Les Archives et Musée de la littérature (AML) sont l’une des institutions partenaires du projet. Leur ambition : conserver les archives de confinement des auteurs.

Archives de quarantaineArchief

Dès les débuts du confinement, l’Association des archivistes francophones de Belgique (AAFB) et le Vlaamse Vereniging voor Bibliotheek, Archief & Documentatie (VVBAD) ont initié le projet « Archives de quarantaineArchief » (#AQA pour les réseaux sociaux). Il vise à sauvegarder les récits, les témoignages, les réflexions, les photos… produits par les citoyens, citoyennes et organisations belges pendant cette période singulière de notre Histoire.Le projet s’adresse aux archivistes du royaume, invités à collaborer à la compilation des différentes sources. Un appel est aussi lancé aux citoyen.ne.s pour que leurs différents documents ne se perdent pas et nourrissent les travaux futurs des chercheurs. Les archives constituent en effet de riches sources pour étudier, sous différents angles, les moments que nous traversons.Un site internet accompagne l’opération et met en avant le travail réalisé par chaque institution partenaire.

Les archives des auteurs aux AML

Plusieurs centres d’archives ont rapidement rejoint « Archives de la quarantaineArchief ». Parmi eux : les AML. L’institution compte au nombre de ses missions la collecte, la conservation et la valorisation des archives littéraires et théâtrales. Contribuer au projet en rassemblant les archives de confinement des auteurs semblait donc une démarche logique. Laurence Boudart, la directrice des AML, insiste sur « l’importance du rôle social des archivistes, sorte de gardiens de la mémoire« .Comme Laurence Boudart nous l’explique, les archives d’auteurs prendront toute leur place, naturelle et singulière à la fois, parmi les très nombreuses archives nées du confinement : « Les écrivains font partie de la société, ils en enregistrent dès lors eux aussi, à leur manière, les soubresauts et les crises. Que ces traces servent ensuite de matériaux pour une œuvre de plus lente gestation ou qu’elles ne soient qu’un hapax me semble une question accessoire si l’on analyse les choses du point de vue de l’archive« .Les archives de confinement des auteurs seront conservées aux AML et décrites comme tous les documents reçus par l’institution et inscrits à son catalogue. Mais avec une spécificité : « un mot-clé neuf à ajouter à notre thésaurus : ‘Belgique – confinement’. Ce mot-clé permettra d’opérer une sélection quand, à l’avenir, un chercheur s’intéressera à cette période du point de vue littéraire ou théâtral. Pour les auteurs dont nous conservons déjà des archives, cela apportera un complément« .Ce minutieux travail de description alimentera-t-il un catalogue commun à tous les partenaires du projet? « Je ne sais pas encore s’il y aura un catalogue commun à tous les centres d’archives ou quelque autre initiative collective de valorisation. C’est un projet en cours, dont tous les contours ne sont pas encore définis. Sur le site, conçu comme une plateforme, chaque centre participant peut rendre compte de sa collecte ou diffuser des exemples concrets« . Les documents collectés seront de toute façon consultables aux AML par tous les lecteurs intéressés.

En pratique

Pour mener à bien cet important travail, les AML invitent donc les auteurs et autrices à leur faire parvenir leurs archives de confinement. « Tout auteur peut nous faire parvenir ses productions, qu’elles soient textuelles, visuelles, plastiques, vidéo, sons ou mixtes. Mais cela peut également concerner les institutions théâtrales, avec lesquelles nous collaborons déjà régulièrement : communications propres au confinement, projets de rencontres ou spectacles virtuels…« .Tous les auteurs professionnels (c’est-à-dire ceux qui ont déjà publié au moins un livre à compte d’éditeur) belges francophones peuvent déposer leurs archives, qu’ils travaillent dans le domaine de la bande dessinée, de la littérature générale ou de la littérature pour la jeunesse, en tant qu’écrivains ou illustrateurs. Les institutions littéraires ou théâtrales sont elles aussi concernées.Les documents ainsi collectés contribueront à « créer une sorte de réservoir d’archives à même de témoigner de ce que cette période a représenté pour les auteurs et acteurs du monde littéraire et théâtral belge francophone« .

Plus d’informations



FIRST:archive auteur projet confinement archives de confinement - "Les AML récoltent les archives de quarantaine des écrivains"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 17426 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

ST’ART et la Région bruxelloise lancent l’appel à projets Crea.Brussels

ST’ART et la Région bruxelloise lancent l’appel à projets Crea.Brussels…

Appel aux enseignants et enseignantes de français : participez à l’édition 2021 de « Lisez-vous le belge ? »

Dans le cadre de la prochaine campagne « Lisez-vous le belge ? » qui s’étendra du 1er novembre au 6 décembre, le PILEn (Partenariat Interprofessionnel du Livre et de l’Édition numérique), en partenariat avec l’ABPF (Association belge des professeurs de français), les AML (Archives et Musée de la Littérature), Espace Nord et Objectif plumes, invite les enseignants et enseignantes de français à participer avec leurs classes à cette grande fête du livre belge. Vous recevez un auteur ou une autrice, un ou une bédéiste, ou encore un illustrateur ou une illustratrice en classe ? Vous adaptez un classique de la littérature belge d’hier ou de demain ? Vous lisez ou déclamez « du belge » ? C’est l’occasion de valoriser le travail de vos élèves en leur proposant de participer à notre campagne. Retrouvez dans cet article toutes les conditions et modalités de participation. Quelles écoles sont concernées ? Cet appel s’adresse aux classes des écoles reconnues par la Fédération Wallonie-Bruxelles, tous niveaux et types d’enseignement confondus. En effet, les ressources pédagogiques autour du livre belge sont nombreuses et s’adressent au plus grand nombre. Si vous pensez néanmoins que votre situation requiert des aménagements particuliers, n’hésitez pas à contacter directement le PILEn par mail à l’adresse info@pilen.be afin d’obtenir plus d’informations. Quelles participations sont attendues ? Il vous est proposé d’aborder le livre belge francophone en classe, c’est-à-dire un livre écrit en français par un auteur ou une autrice belge ou édité en Belgique francophone. Pour ce faire, vous trouverez ci-dessous un panel de ressources à exploiter. Nous comptons également sur votre créativité ! Plus précisément, du 1er novembre au 6 décembre, vous êtes invités à faire parvenir par mail au PILEn une photographie témoignant de votre participation. Il peut s’agir d’une image des productions d’élèves (exploitant par exemple l’UAA5 « S’inscrire dans une œuvre culturelle »), d’une mise en scène autour du livre belge, d’une affiche réalisée en classe, etc. Ces photographies seront ensuite relayées sur le compte officiel Instagram de « Lisez-vous le belge ? », au côté des poèmes et illustrations des artistes qui seront mis à l’honneur durant la campagne. Si vous souhaitez développer un projet plus ambitieux autour du livre belge (pièce de théâtre, concours de slam, exposition, etc.), merci de contacter rapidement le PILEn. En outre, vous êtes encouragés à partager les travaux de vos élèves et les projets que vous menez autour du livre belge sur Facebook et Instagram en indiquant le hashtag #Lisezvouslebelge. Le PILEn se fera ensuite un plaisir de partager ces publications en story permanente sur les réseaux sociaux de la campagne. Quelles ressources sont disponibles ? Votre participation peut prendre la forme de projets personnels ou d’exploitation de pistes pédagogiques comprises dans les différentes ressources existantes listées ci-dessous : une sélection de 20 livres jeunesse à découvrir absolument (à paraître sur Objectif plumes) ; un répertoire de classiques de la littérature belge accompagnés d’idées d’activités à réaliser en classe (dossier réalisé par Espace Nord et les AML, à paraître sur Objectif plumes) ; les fiches et sélection « Rebonds » publiées sur Objectif plumes; le concours « Ad@ptez un classique de demain » d’Espace Nord (sur le modèle d’« Ad@ptez un classique») ; le dispositif Auteurs en classe (renforcé cette année !) ; le dispositif Éditeurs en classe; les dossiers pédagogiques d’Espace Nord. Quels avantages pour les classes participantes ? Vous recevrez des fournitures (affiches, marque-pages, textes et illustrations inédits, etc.) qui pourront être intégrées dans vos leçons, ou vous permettront de décorer votre classe et de gâter vos élèves. La visibilité sur nos réseaux pourrait motiver vos élèves à montrer leur créativité. Soutenir le livre belge en participant à cette campagne, c’est une manière de sensibiliser plus largement les jeunes, les adolescents et adolescentes à la création littéraire en Belgique francophone, aux métiers de l’édition et à la culture dans son ensemble. Comment participer ? Il suffit d’envoyer un courriel à l’adresse info@pilen.be (et cem@pilen.be en cc) avant le 24 septembre 2021 avec les informations nécessaires (voir le détail sur le site du PILEn). Retrouvez Lettres Numériques sur Twitter, Facebook et LinkedIn.…