L'envers


RÉSUMÉ

En 2007, je suis retournée dans les Cévennes, entre autres pour y écrire « courir.
J’étais enceinte, j’ai peu couru, et si j’ai beaucoup écrit, contre toute attente, ce sont d’autres textes qui ont surgi. Depuis, je dois bien avouer que « l’envers » envahit tous mes replis.
2008 a exploré l’immobile, un peu contre mon gré. La lenteur, en profondeur. La mémoire, son moteur.
J’ai continué d’écrire, des bouts de tout, des tous en bouts.
Fruit d’un temps élastique…

  lire la suite sur  Bela

À PROPOS DE L'AUTEUR
Anne Penders
Auteur de L'envers
Auteure, artiste, historienne de l’art, anne penders triture le texte, l’image, le son, l’archive… Quel que soit le medium, elle appelle ça “écrire”. Poétique et politique, son travail polymorphe interroge la notion même de position dans un monde troublé : il exhume, pointe du doigt, donne à voir, toujours comme « à travers ». Elle a écrit une thèse de doctorat sur les concepts de déplacement et de voyage dans la mouvance du Land Art, des romans, de la poésie en prose, des articles scientifiques et d’autres moins. A ce jour, une quinzaine d’ouvrages, très nombreux films courts, ainsi qu’une douzaine de créations sonores. Après de nombreuses années consacrées à une certaine idée de la Chine (2001-2014), elle a focalisé ton travail « sur, autour, à partir » de la Grèce (2012-2020…).  Dans ce sillage, elle poursuit actuellement une collaboration avec une biologiste moléculaire rencontrée à Athènes. En attendant la prochaine étape, elle vit à Bruxelles où elle développe deux projets polymorphes aux croisement d’archives personnelles et de nouvelles recherches : « North America Backwards » et « shelter / nos échelles ». Lauréate d’une bourse de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Bourse d'appoint 2021

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:écrit - "L'envers"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9176 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Dans nos mains silencieuses

Pierre TREFOIS (Textes), Valentine DE CORDIER , S’élever aux signes , Éranthis, 2018, 25 p., 12 €, ISBN : 9782874830167Les deux petits volumes que publient coup sur coup les éditions Éranthis ont quelque chose d’un polyptique littéraire qui unirait, dans un même mouvement scriptural et pictural, deux  livres pourtant distincts. Le lien entre ceux-ci ? Les «  mains silencieuses  » de l’artiste, celles en l’occurrence de Pierre Tréfois qui, dans S’élever aux signes , met en quelque sorte sa plume au service des toiles de Valentine De Cordier et dans l’autre, se fait illustrateur des écrits intimes de Véronique Wautier. La maquette agréable et sobre choisie par l’éditeur (format, grain du papier de couverture, rendu des illustrations, …) fait de ces deux minces recueils des objets que l’on se plaît à feuilleter, à ouvrir, l’espace d’une ou deux minutes, pour y picorer une image, un fragment, un mot. Une mélodie aussi puisque dans le premier, chaque texte, en regard d’une peinture, est accompagné d’une référence à une chanson, à un musicien (Keith Jarret, Pink Floyd, Leos Janacek, …) comme pour ajouter une dimension sonore aux résonances qui s’établissent entre écrit et image. Dans S’élever aux signes , les brefs poèmes de Pierre Tréfois seraient comme des débuts d’histoires suggérées par les œuvres de Valentine De Cordier à l’instar du beau poème intitulé La touche rupestre sur une musique de Léonard Cohen, C’était en quelque sorte le prix de la location : chaque voyageur devait ajouter son pigment personnel à la fresque murale qui hallucinait la chambre. Ils y passèrent la nuit et se quittèrent à l’aube, sans s’être touchés. Elle retourna à San Francisco, lui à Ottawa, des vertiges plein de fêlures, Summer  of Love et vague à l’âme en bandoulière. Le second volet de ce diptyque éditorial est marqué par l’écriture parcimonieuse de Véronique Wautier qui dit l’écho du silence au moment de l’écriture mais aussi la complicité ainsi que l’étreinte avec l’autre, essentielles au moment de la création, j’ai besoin quand j’écris que tu te penches sur ma feuille   il y a ce tu dans l’écriture sans lequel je ne trouve pas l’usage des mots Cet autre sans qui, toute tentative de mettre en mots ce qui est « tu » semble bien vain. Car c’est au fond, l’artiste, musicien, peintre ou écrivain, qui, dans le dénuement de l’échange, redessine les portées de sa partition…

Le Temps suivi de Notre-Dame

Il est une des modalités de la lecture qu’Umberco Eco regrettait mais…

Une longue dissonance

« j’ai l’air de fragmenter comme ça, en réalité j’unis » Ch. DotremontCeux qui ont eu l’occasion…