Le trou de ver


RÉSUMÉ

Un beau recueil, tournoyant, scintillant, contrasté, où l’auteur, pudique, témoigne une fois de plus d’une sensibilité riche de ses épreuves, à mots comptés au feutre des métaphores.
Gardez-vous du poème. Le verbe sait où il vous mène.

partage
d’hésitations

quand

l’ombre
est
folle
parfois

à
lisser

d’un trait noir

la lunaire lueur
du lac


À PROPOS DES AUTEURS
Patrick Devaux
Auteur de Le trou de ver
Né à Mouscron le 14 juillet 1953, Patrick Devaux éprouve dès l'enfance une attirance très forte pour la poésie. Élevé par ses grands-parents maternels, artisans-entrepreneurs en toiture, lesquels lui ont donné le goût de l'action et de la liberté. Sa rencontre avec la jeune poétesse Kathleen Van Melle, puis avec Paul, le père de celle-ci, qui l'intègre à ses activités littéraires, accélère une motivation vécue dans des conditions extrêmes. Poète discret pour ne pas dire timide, et volontiers enclin à la modestie, Patrick Devaux aborde progressivement dans ses thèmes tous les sujets de vie et de mort, d'ombre et de lumière. Son écriture, d'une lapidaire précision, l'impose rapidement comme une des valeurs sûres de la poésie contemporaine. Reconnu en Belgique, où il participe avec Paul Van Melle à l'aventure du G.R.I.L., il ne tarde pas à l'être dans les autres pays de la francophonie, notamment en France, où il est publié par diverses revues, dont « Les saisons du Poème », l'une des premières à lui ouvrir ses pages. Patrick Devaux est marié, père de deux enfants et grand-père de trois petits-enfants. Une carrière dans le secteur bancaire lui a donné le sens et le plaisir des contacts. Il partage son temps libre entre l'écriture, la peinture et les voyages (surtout en Asie, pays de Bouddha).
Catherine Berael
Illustrateur de Le trou de ver
Catherine Berael est architecte. Elle a rapidement trouvé les limites de la créativité dans l’exercice de sa profession. De tradition familiale, c’est vers le dessin qu’elle s’est tournée pour se ressourcer. Au fil du temps, elle développera des techniques mixtes mélangeant le pastel, l’aquarelle, les crayons de couleur et l’encre de chine. Elle expose depuis une vingtaine d’années en Belgique et en France.


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

La disposition typographique de la page participe-t-elle à la poésie ? Depuis Apollinaire, la question a trouvé réponse. Le trou de ver, dernier recueil de Patrick Devaux, se décline dans l’alignement vertical de vers courts (un mot, une préposition de deux lettres parfois). Il entraîne la lecture dans une verticalité vertigineuse. On ne peut éviter de s’interroger à nouveau ici, au gré des pages dont plusieurs s’ouvrent sur ce qu’on sait des choses.Les rituels poétiques de Devaux, mêlent le banal d’un voyage en voiture à travers la nuit (la buée sur les vitres (…) les deux phares de la voiture (…) un rétroviseur) au surgissement de l’étrange (soudain / une louve / aux yeux jaunes).…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:poème - "Le trou de ver"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9176 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le verbe et le sable

La genèse de ce recueil mérite d'être…

La ville endormie

Thibaut Creppe n’est pas un inconnu au sein du petit monde de la littérature belge. Né en…

Dans les jardins mouillés

Douze poèmes trouvés dans les jardins mouillés entre Arras…