Le rire de Caïn



DOCUMENT(S) ASSOCIÉ(S)



NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

« Le mot chef-d’œuvre est galvaudé. » C’est sur ce constat sans appel que s’ouvre la préface signée par Jacques De Decker à propos d’un des plus grands livres oubliés des lettres francophones de Belgique. Le rire de Caïn de José-André Lacour (1919-2005) constitue en effet un sommet de la veine autobiographique romancée. Publié à l’enseigne de La table ronde en 1980 – soit à l’époque où le questionnement identitaire se disait encore « Belgitude » à Paris –, ce fort volume se verra couronné par le Grand Prix des Lectrices du magazine Elle. Rien d’étonnant à cette reconnaissance si l’on considère la maestria de Lacour à camper les portraits des femmes qui peuplent son récit, à les mettre en scène dans le spectre…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Le rire de Caïn"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Emprise

Avec Emprise , Manon Terwagne signe son premier roman. Elle a 21 ans et vient de remporter le prix Laure Nobels 2022.…

Amère patrie

Dans le décor hallucinant d'une guerre qui les déchire, deux familles, l'une des Cantons de l'Est et…

Zone de perturbations

Roman érotique. À la mort de son oncle, Herman hérite d'une villa perdue…