LE CANON DE LA BONNE HUMEUR



À PROPOS DE L'AUTEUR
Daniel Henrotin (Dany)
Auteur de LE CANON DE LA BONNE HUMEUR
Ce qui caractérise le mieux la carrière de DANY, c'est la diversité.« OLIVIER RAMEAU » tout d'abord, qu'il crée avec GREG , est une série délicieusement onirique où fantaisie et l'humour se mélange pour notre plus grand bonheur.Dans un style tout différent, très réaliste, il nous offre « HISTOIRE SANS HEROS » sur un scénario de JEAN VAN HAMME. Un récit d'une densité remarquable qui connaîtra une suite tout aussi passionnante : « VINGT ANS APRES ».Viennent ensuite les fameux recueils de gags coquins « CA VOUS INTERESSE ? » etc… où DANY nous prouve son talent exceptionnel pour dessiner les jolies filles déshabillées.C'est très sexy et surtout très drôle.Pour « EQUATOR », série d'aventures se passant en Afrique, DANY se sert admirablement de toutes la documentation et de toutes les émotions qu'il a accumulées tout au long de ses nombreux voyages autour du monde.Il vient de surprendre une fois de plus son public en publiant l'histoire fantastique d'un voyage dans la Roumanie d'aujourd'hui sur les traces de DRACULA : « TRANSYLVANIA », sur un scénario d'YVES H.Et ce n'est pas fini ! Cette fois avec son ami ARLESTON, il dessine actuellement « LES GUERRIERES DE TROY » où il aborde pour la première fois l'héroic-fantaisy. Un régal

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "LE CANON DE LA BONNE HUMEUR"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Klimt

Vienne, 1907. Le peintre Gustav Klimt rend visite aux époux Bloch-Bauer. Ferdinand demande alors à Gustav de réaliser le portrait de sa femme, Adèle ; requête entraînant un flashback. Six ans auparavant, alors que Klimt essuyait des critiques acerbes au sujet de son œuvre La Médecine , il a rencontré ce couple, admirateur de son génie et dont la femme l’a prié de lui ouvrir les portes de son atelier. Au même moment, l’artiste recevait en rêve l’inspiration pour son prochain tableau. C’est par ce prisme que l’on entre dans l’univers de l’artiste : son atelier, ses modèles, sa mère, sa compagne, Émilie, mais aussi ses rêves, ses angoisses, ses sources d’inspiration en somme. L’histoire narrée en bande dessinée par Cornette et Marc-Renier est une tranche de vie, prétexte à l’évocation du peintre, de son style, de son époque et de l’avant-gardisme dont il y faisait preuve. L’idée est en effet plus de mettre en avant ses particularités que de réaliser sa biographie. Le récit est assez simple et aurait peu d’intérêt sans l’aspect « inspiré de faits réels », mais n’en est pas moins cohérent et bien rythmé.Les dessins sont soigneusement détaillés. Le rendu est classique, avec un crayonné assez fort accentuant les sujets principaux. Les travaux de Klimt évoqués sont réinterprétés plutôt que cités et le résultat est réussi et efficace : le redesign des œuvres permet une intégration fluide dans les cases tout en invitant à les découvrir sous un angle neuf.Le récit principal est suivi d’un court cahier didactique sur Gustav Klimt. Il complète la bande dessinée en développant quelques sujets qu’elle évoque. On y voit notamment des reproductions des œuvres évoquées dans l’album. Ainsi, le lecteur a à portée de main de quoi satisfaire sa curiosité, titillée par l’histoire racontée en images et phylactères.La bande dessinée Klimt est une introduction sympathique à l’œuvre de l’artiste. Les connaisseurs n’apprendront probablement pas grand-chose, là où les néophytes apprécieront l’accessibilité du propos et les informations proposées en fin d’ouvrage. Les visuels soignés plairont aux amateurs de bande dessinée traditionnelle, alors que l’histoire…

L'étrange héritage

Le riche et excentrique Constantin Philibert laisse à ses trois neveux un curieux testament.…