L’autre vie suivi de l’Hymen enchanté



À PROPOS DE L'AUTEUR
Barbara Y. FLAMAND
Auteur de L’autre vie suivi de l’Hymen enchanté
Barbara Y. Flamand est née à Marchienne-au-Pont dans une famille ouvrière, à une époque où les industries minières et sidérurgiques donnaient encore à la région son caractère qui la fit appeler « Le Pays Noir »Les turbulences populaires, les affrontements de classe devaient imprégner l'enfant que fut Barbara. Regarder c'est bien, mieux est de comprendre le mécanisme économique qui actionne toutes les composantes sociales, et l'analyser sous l'angle de la réflexion critique. Poèmes, théâtre, nouvelles, essais, articles, s'inscriront dans une remise en question fondamentale de notre monde. Cependant, son inspiration politique n'est pas réductrice, elle s'insère toujours dans une perspective existentielle dont la ligne de soutien est la condition humaine et le sens de la vie. Nombre de poèmes parlent de situations intimes de la naissance à la mort. L'amour est traité sous toutes ses formes : l'amour des êtres, de la nature, des bêtes, de l'art. Il est fraternel, platonique, tendre, érotique, filial…Elle doit, dit-elle, son équilibre à l'affection qui a enveloppé son enfance et son adolescence, et à la liberté de penser qui lui a toujours été accordée dans son milieu.L'artifice lui étant étranger, elle s'exprime avec les élans du cœur qui, chez elle, s'unissent à la pensée ; portés par son engagement ou ses sentiments, ils atteignent la passion, la véhémence, ou encore, selon les sujets, s'épanchent en tendresse.Quel que soit le genre, poème, nouvelle, théâtre, son écriture se plie au contenu : lyrique, satirique, réaliste, étrange, humoristique, pamphlétaire.Dans sa préface au recueil de nouvelles « Les vertiges de l'innocence », le critique et romancier slovaque Jan Lentcho écrit : « Barbara Y. Flamand n'est en aucun cas, un auteur monothématique, au contraire. Je connais peu de créateurs si expressivement polythématiques dans la littérature moderne. » Et Andrej Slivka, critique tchèque dans « Les nouveaux livres » : « Barbara Y. Flamand est connue comme poétesse de l'histoire contemporaine. Elle ne cesse d'accuser l'injustice et de se révolter. Ses recueils abordent une diversité de sujets sous des angles différents : de la vision cosmique au propos intime. L'auteur traque le sens et tente de porter les réalités vécues à une dimension supérieure. »

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "L’autre vie suivi de l’Hymen enchanté"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10367 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Histoires singulières

Ah qu’il doit être bon de n’avoir jamais lu Muno, pour pouvoir enfin le découvrir. Avec Histoires singulières , «Espace Nord» ouvre cette porte au jeune lecteur, ou rend le sourire à l’étourdi qui avait prêté son édition de Jacques Antoine et qui, comme de juste, ne l’avait jamais récupérée. Enfoncez-la, cette porte, pour vous perdre dans les brumes délicieuses ; entrez dans cette gare qui semble abandonnée, qui ne figure sur aucune carte ; tombez amoureux de femmes évanescentes. Les dix nouvelles de ce recueil racontent des histoires d’hommes pris au piège de leur solitude, de leur ennui, des hommes qui, au creux de leur existence insignifiante, de la banalité et de la monotonie, découvrent un jour une brèche, et s’y engouffrent tout entier. Celui-ci travaille dans une agence de voyage mais ne voyage pas. Il se laisse hypnotiser par l’immobilité d’iguanes exposés dans la vitrine d’un libraire. Et l’on assiste peu à peu au « brusque surgissement du rêve dans le réel ». Celui-là, dans un bar du bout de la digue où il fait traîner ses heures de chômage, rencontre un gant de femme, oublié dans la fente de la banquette, et entame avec lui une irrésistible histoire d’amour : « On s’envoyait les doigts en l’air, on s’empaumait jusqu’à l’extase ». Cet autre, dans son appartement de bord de mer, aperçoit chaque matin une chaise vide sur la plage déserte. Le temps qu’il se retourne, elle a disparu. Il va alors se mettre en chasse pour la voir disparaître . Muno nous entraîne dans des villes qui se déplient et s’ouvrent en d’oniriques labyrinthes, il jette des ponts infinis sur des mers grisâtres ; bien souvent chez lui c’est le « réel » qui copie la fiction. Et si son univers nous déroute, c’est parce que ses histoires nous laissent tant de place à nous, les lecteurs. Nous nous égarons avec ses personnages qui nous ressemblent dans ces parenthèses où le temps n’existe plus, où l’on est à la fois le petit enfant naïf et le vieil homme si près de mourir, dans ce monde d’horloges déréglées, d’espace sans borne. Car chez Muno, tout est lié à ces frontières, qui sont poreuses, entre le quotidien et l’impensable. Ses héros passent ce qui reste une muraille pour les autres. Il y a du Cortazar chez Muno, du Poe, mais avec de l’humour – car on ne peut imaginer Jean Muno sans le rire, ou le sourire en coin. Entre deux chaises, toujours : au mitan du tragique et du comique, dans cette zone baroque où l’on retrouve tant d’artistes et d’auteurs belges. N’oublions pas que le fils du poète Constant Burniaux, au moment de se choisir un nom de plume – de définir son identité – a opté pour le nom du village gaumais minuscule, non loin de la frontière française, où il allait passer ses vacances étant enfant. Plus qu’un nom, c’est un univers. Quant à la langue, elle mérite qu’on s’y attarde. En effet, si ces nouvelles, qui nous tirent hors du monde, semblent façonnées pour être lues dans le calme et l’isolement, il n’est rien de dire qu’elles connaissent aussi la musique, et appellent souvent la haute voix : « pulpe à pulpe, on se palpait semi-pâmés » ; « nu dans une bulle bleue » ; « le monde est peuplé de crimes inaccomplis ». Et l’on songe à Verlaine, et à son rêve étrange et pénétrant…Dans son excellente postface, Thomas Vandormael nous permet de remettre l’œuvre de Muno dans son contexte, et d’en saisir l’originalité dans ce territoire parfois trop balisé qu’est le fantastique. En 1979, Histoires singulières recevait le prix Rossel.…

La Pologne & autres récits de l'est

Quoi de commun entre des guerres cosmicomiques…

Les blondes à forte poitrine

Clap première : « Ce soir aussi, elle…