La voix d’une rebelle


RÉSUMÉ

D’aussi loin qu’elle se souvienne, Fatoumata Fathy Sidibé a toujours été féministe. Ce n’était pas par choix, c’était une évidence. “Poudre de piment”, comme la surnommait sa maman, était portée par un sens aigu de la justice.

Des rues de Bamako aux bancs du Parlement bruxellois en passant par le militantisme, c’est son parcours de femme noire, de culture musulmane, laïque, féministe, militante pour les droits humains que raconte la voix d’une rebelle. On y découvre ses actions menées pour la laïcité, pour les droits des femmes, des personnes LGBTI+, ses combats contre le racisme, les discriminations et les dérives du communautarisme.

Fatoumata Fathy Sidibé est aussi l’une des très rares élues de culture musulmane à Bruxelles à avoir eu le courage de prendre position contre l’islamisme. Ce livre est celui d’une femme qui a la force de ses convictions et le courage de les défendre. C’est aussi un plaidoyer pour la liberté, la dignité, la force de dire non. En 2019, Fatoumata Fathy Sidibé a décidé de quitter l’arène politique après dix ans de mandat parlementaire. Il fallait autant de courage pour sortir de la politique que pour y rentrer.


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Fatoumata Fathy Sidibé est une femme noire, de culture musulmane, laïque et féministe qui nous raconte ici son parcours militant pour les droits humains. Très tôt marquée par le contraste des rôles sociaux de l’homme et la femme dans son Mali natal, elle se forge naturellement un caractère de rebelle et de féministe face aux Maliennes prisonnières des traditions et du patriarcatElle arrive en Belgique pour passer son baccalauréat et une licence en journalisme, puis effectue quelques petits boulots avant de s’engager dans le mouvement « Ni Putes Ni soumises », dont elle deviendra la présidente du comité belge en 2006. Telle une amazone, elle ne craint pas de défendre ses convictions et de militer pour des combats qui dérangent : lutte…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:politique femme - "La voix d’une rebelle"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9174 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Tahar Ben Jelloun : le fou, le sage, écrivain public

'L'écrivain public, dans les sociétés traditionnelles, rédige lettres, requêtes et formulaires pour ceux qui ne savent pas écrire. Écrivain engagé dans la mesure où il s'indigne, se révolte contre toutes les injustices infligées aux hommes, aux femmes, aux enfants humiliés, Tahar Ben Jelloun refuse de s'inféoder à un parti politique comme il refuse d'écrire des romans à thèse ; il réaffirme volontiers : "Notre seule identité est et d'être écrivan, notre seul territoire est la littérature" et prête sa plume à tous ceux qui n'ont pas l'usage de la parole. Il est romancier, essayiste, journaliste, poète avant tout. Exilé à Paris, mais exilé aussi au Maroc où il est né en 1944, Tahar Ben Jelloun est un poète nomade, le témoin mobile et l'ambassadeur de deux civilisations.' [Source : 4ème de couverture]…

Charles De Coster

À propos du livre (4e de couverture) Les historiens contemporains des lettres françaises de Belgique…

De l’insulte… aux femmes

Déjà Jacqueline Harpman vomissait la qualification de “pisseuse”…