La semeuse de mots doux


RÉSUMÉ

Au fil d’une analyse, Clément tente de comprendre ce qui a dérapé dans sa vie. Il a besoin de reconstituer le puzzle de son existence pour retrouver l’équilibre.Nour, sa fille de quinze ans, est une porteuse de lumière. Elle l’accompagne de sa joie lorsqu’il rencontre Sophie et son petit Enzo. Ensemble, ils vont composer une nouvelle famille, mais, pour réussir ce pari, Clément doit avoir le courage d’affronter Justin, ce père qu’il n’a pas connu et que sa…



À PROPOS DE L'AUTEUR
Frank Andriat
Auteur de La semeuse de mots doux
Né le 30 mars 1958 à Ixelles, Frank Andriat a fait ses études à l'Athénée Fernand Blum de Schaerbeek, Il y a lancé, en 1973, une revue littéraire, Cyclope qui a publié de nombreux textes d'auteurs belges et étrangers; il a poursuivi ses activités d'animateur de revue à l'Université de Bruxelles où il a fait des études de philologie romane. Cyclope s'est transformé en maison d'édition et a publié des textes de Jean Muno, de Thomas Owen, d'Albert Ayguesparse, de Jacques Crickillon et d'autres écrivains de notre Communauté parmi lesquels André Miguel, JeanPierre Verheggen et Jacques-Gérard Linze. Parallèlement à ces activités, il a collaboré à de nombreuses revues littéraires dont 4 Millions 4, Marginales, Le journal des poètes.En 1980, il est devenu professeur de français à l'Athénée Fernand Blum où il enseigne encore aujourd'hui. Il passe le reste de son temps en Gaume où il écrit.Frank Andriat est entré en littérature, en 1976, avec deux recueils de poèmes, Oiseaux de sang et À la source du regard qui ont été couronnés par l'Académie Royale de Langue et de Littérature françaises. Il s'est ensuite tourné vers le fantastique et a écrit plusieurs nouvelles et des romans policiers avec Smit le Bénédicte, alias Mythic. Dans les années qui ont suivi, il a publié des poèmes, des nouvelles, des récits avant de connaître un beau succès avec le Journal de Jamila, en 1986. Depuis lors, ses livres ont une diffusion plus large, tant auprès des adultes que des adolescents. Outre des romans et des recueils de nouvelles, il a traduit, seul et avec Pilar Zapico, des textes de l'espagnol, Il a aussi écrit un ouvrage sur la bande dessinée en collaboration avec Arnaud de la Croix et, avec ses élèves, un document sur Jean-Jacques Goldman.La consécration populaire de Frank Andriat en milieu scolaire fit suite au très grand succès de son roman La remplaçante paru aux Éditions Memor en 1996. Et voici l'auteur, quatre ans plus tard, à contre cœur, par manque de disponibilité, obligé de décliner les nombreuses demandes de visites dans les classes. Qu'à cela ne tienne, le site internet de Frank Andriat fourmille d'informations pour qui souhaiterait le frôler.En 2000, Frank Andriat a été choisi par l'IBBY, association internationale de littérature pour la jeunesse, pour représenter la Belgique sur sa liste d'honneur.Lisez sur le web : www.frankandriat.com

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "La semeuse de mots doux"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Salsa

Salsa , le dernier roman de Sylvie Godefroid , s’aligne sur Sophie, victime d’un AVC alors qu’elle rejoignait sa fille, Amandine, au café de la Presse à Bruxelles.À l’hôpital, tout le monde la croit dans le coma alors qu’elle est enfermée dans son corps (locked in syndrome). Consciente, elle s’adresse silencieusement à sa fille et lui annonce, notamment, la raison de leur rendez-vous ce matin-là : son intention de quitter la Belgique pour rejoindre son amant, Luis, à Cuba où elle compte s’installer définitivement. Au départ, quand on lit Salsa , on a le sentiment d’être immergé dans l’histoire de Sophie, quinquagénaire fatiguée de sa vie de bourgeoise, en quête d’un émoustillement du corps et des sens.Tout nous pousse à penser que Sophie profite de son état pour se confier à sa fille de 25 ans, lui retracer son parcours, revenir sur cette éducation rigide qui l’a longtemps corsetée.  Dis-leur que j’ai grandi comme une orchidée, j’ai poussé le long d’un tuteur qui m’a toujours maintenue dans l’axe de ce que les autres attendaient de moi. S’ils prenaient le temps de m’ausculter avec délicatesse, ils se rendraient compte que je suis une fleur qui surprend, étonne et qui, parfois, ravit. Dis-leur que je n’ai pas eu de chance avec les hommes. Je n’en ai d’ailleurs pas connu beaucoup ; ma mère m’avait toujours dit de m’en méfier. Mes robes, je les porte proches du corps, mais jamais moulées, un rien au-dessus du genou. Mon maquillage se propose discret. Je suis agréable à regarder mais jamais jolie. Je n’oserais pas.  Sauf qu’à y regarder de plus près, nos convictions de lectrice vacillent. C’est qu’il y a ces inserts, assez tôt dans le récit, dont on ne comprend pas tout de suite ce qu’ils viennent faire là… Des extraits de chroniques judiciaires d’un procès en assise dont l’ouverture est imminente. Puis l’on comprend à demi-mot que nous ne voyons peut-être qu’un seul côté des choses (pour faire écho à la citation de V. Hugo, en exergue de ce livre) et que cette histoire est bien plus complexe qu’il n’y parait, qu’elle recèle, même, de nombreux tiroirs et que les protagonistes ne sont peut-être pas ceux qu’ils prétendent être.Qui est Amandine, par exemple, la prétendue fille de Sophie ?Et Georges ? Est-ce sa meilleure amie comme le prétend Sophie ou son mari retrouvé mort ?Et Marc Mouradi est-il neurochirurgien ou se peut-il qu’il soit plutôt avocat ?Au fil des pages, on découvre Sophie dans un autre genre d’enfermement : la prison où elle est dans l’attente de son procès et où elle a tout le temps pour inventer .Quelle histoire nous raconte Sophie ? Une vie rêvée ? Ses fantasmes ? Mais quelle vérité quand on raconte, quand on se raconte  ?À moins que cette affabulation ne soit là que pour mieux se libérer, s’émanciper ? Car il est bien question de trajectoire de femme dans ce récit aux nombreux niveaux de lecture. Une femme qui, quel que soit le fil narratif déroulé, se voit toujours rattrapée par la solitude et l’enfermement.L’autrice (à moins que ce ne soit la narratrice ?) a beau se jouer de nous, elle offre à Sophie une place d’où elle peut prendre la parole, s’affirmer, et qui sait, s’affranchir pour enfin décider de la tournure de sa vie. Pour que l’on n’ait plus à se demander : n’y a-t-il aucune possibilité d’affranchissement pour les femmes, que la folie ou l’AVC ? Affranchis-toi du carcan de ton patrimoine génétique ! Essaye. L’être humain ne se départit pas d’un tel héritage comme une main experte dépoussière une étagère. Refuse ce postulat. Émancipe-toi ! Tant d’histoires jamais racontées obstruent mes méninges ! Je ne t’ai pas menti sur la vie, j’ai pris certaines libertés. J’ai occulté des travers humains pour te protéger. Amélie Dewez Plus d’informations Temps en apnée, heures élastiques et plongée comateuse pour un rendez-vous manqué. Dans la prison de son corps, Sophie crie au secours. Nul ne l’entend. Ni Amandine, sa fille prostrée à son chevet, ni l’équipe médicale au pronostic pessimiste. Que divulgue Georges, sa confidente ? Où se cache Luis, son amoureux cubain ? Seule, sur son lit d’hôpital, sous la caresse de draps rêches, souvenir d’une plage de sable fin, sa mémoire danse la salsa des robinsons. Entre confidences, délires et procès d’assises, Sylvie Godefroid nous offre un nouveau roman, l’occasion d’une réflexion sur la peur, le manque, le doute, la honte et la culpabilité. L’auteure tisse la trame des relations…

Terre de brume : Le choix des élues (tome 2)

Dans ce deuxième tome de Brume , Le choix des élues , Héra et Intissar poursuivent leur quête d’une solution pour sauver leur monde entamée dans le Tome 1 , Le sanctuaire des Dieux . Héra et Intissar pénètrent à présent dans le cœur de la montagne et recherchent les Semeurs qui pourront, du moins le pensent-elles, les aider à lutter contre la Brume toxique qui détruit leur monde. En réalité, les Semeurs se trouvent être une société misogyne et xénophobe, société que nos héroïnes affronteront et qui leur apportera deux alliées primordiales rencontrées lorsqu’elles sont faites prisonnières. Ensemble, elles chercheront le chemin permettant de découvrir l’arme capable de vaincre la brume. Lire aussi : notre recension de  Terre de brume I, Le sanctuaire des dieux Ce second tome démarre tambour battant. Nous sommes littéralement happés par l’intrigue et Cindy Van Wilder n’épargne personne, ni ses personnages, ni ses lectrices et lecteurs. L’urgence est palpable dès les premières pages. La Brume prend place dans le corps blessé d’Intissar et se révèle plus maléfique et manipulatrice qu’auparavant. Elle est une des voix de ce livre. Au côté de la voix principale du duo Intissar et Héra, on retrouve celle d’un conteur faisant apparaitre en filigrane l’histoire du Dieux du feu Aïstos. Un personnage essentiel par la suite. Pour finir, on suit Saraï qui apporte une autre voix au périple de nos deux héroïnes.Cindy Van Wilder nous régale avec le dernier tome de ce diptyque. L’écriture est rapide et scande l’urgence de la situation, la survie de Mirar est en jeu. On retrouve, comme dans certains autres romans de l’autrice, l’idée de magie, mais aussi la mythologie (celle de Mirar) et le côté post-apocalyptique qui n’est pas sans rappeler l’urgence écologique face à laquelle nous nous trouvons nous-mêmes. Le duo Intissar/ Héra est beau : de jeunes femmes fortes, rebelles et prêtes à se faire entendre. En plus d’offrir un fabuleux diptyque de fantasy, la plume de Cindy Van Wilder est aussi inclusive et cela mérite d’être souligné. Ses écrits participent de la visibilité, de la tolérance, nécessaires aujourd’hui dans nos sociétés pour les minorités culturelles et de genre. Cindy Van Wilder parle donc d’«  empowerment  » des femmes, d’amours homosexuelles, de transgenres et par le biais de ses romans, sait se faire le reflet de la société telle qu’elle est. Hélène Théroux Héra et Intissar ont pénétré au cœur de la montagne dans l’espoir de trouver les Semeurs et de pouvoir les convaincre de se joindre à elles dans leur lutte contre la Brume. Mais dans la société qu’elles découvrent, être étrangères et être des femmes n’est pas un atout. Très vite, Héra et Intissar sont mises au cachot. Tandis qu’Intissar se bat contre la Brume qui consume son esprit depuis l’attaque de Scyll, Héra s’allie à deux autres prisonniers qui…

Absolution

Michel ne sait plus que faire. Son épouse, Léa, s’éloigne à grands pas de lui sans se retourner. Elle ne jure plus que par ses cours de yoga dont elle dit qu’ils lui font le plus grand bien, quittant la maison de plus en plus souvent. Depuis une fausse couche, elle ne cesse de se culpabiliser, et ne trouve aucun répit. Il est loin les temps de l’amour fou, et Michel se retrouve seul face à lui-même, souvent un verre à la main. Reste son métier de policier, qui l’occupe tout entier, sans doute trop, mais c’est sa passion première. Aussi se sent-t-il revivre quand il est appelé sur la scène d’un crime, chose rare à Ciney, sa petite ville de province. Le cadavre retrouvé est mis en scène devant une croix, il affiche des signes troublants. La victime est un magistrat siégeant au tribunal d’application des peines et qui habitait la ville. Il ne se remettait pas d’avoir contribué à libérer un malfrat qui s’en était pris à une femme enceinte, celle dont la tombe a servi pour la mise en scène macabre. Débute alors une enquête laborieuse, aux indices minimes. Michel peut compter sur la collaboration sans faille d’Alex, sa belle coéquipière et complice. Nouvelle venue dans l’équipe, et seule femme, elle est au centre de tous les regards. La tension monte d’un cran lorsqu’un deuxième cadavre est découvert, suivi d’un autre encore. Et toujours assortis du même cérémonial sordide. Entre les victimes, le seul point commun tient à la culpabilité profonde. Toutes ont annoncé à leurs proches l’imminence d’un voyage, la perspective de jours meilleurs, avant de disparaître des radars puis d’être retrouvées assassinées de façon atroce. Il faudra la ténacité de toute l’équipe pour venir à bout du mystère. Mais une fois le repère du tueur identifié, il restera à neutraliser un homme qui n’a plus rien à perdre et qui s’est préparé au pire… Ludovic Pierard manie le suspense avec talent. Placé sous tension permanente, le récit se nourrit généreusement de la dynamique interne de ses personnages. Celle du désarroi de Michel, de son couple à la dérive, du jeu de séduction qui se déploie entre lui et Alex en marge d’une énigme policière de haut vol qui passe au peigne fin les mécanismes sectaires. Pour amplifier ces jeux relationnels, l’auteur multiplie les points de vue, entrecoupant le récit des faits de séquences où les protagonistes, assassin y compris, livrent leur point de vue dans un forme de monologue intérieur. Le tout sur fond de morceaux du groupe de rock britannique Muse dont le texte traduit, en accord avec les thématiques développées, scande l’évolution du récit.Profondément enraciné dans la région cinacienne où vit l’auteur, Absolution en fait battre le cœur, nous menant de bistrot en restaurant, célébrant un art de vivre bon enfant qui ne tient pas qu’à sa bière locale. Un contrepoint bienvenu pour reprendre haleine à la lecture de ce thriller envolé et envoûtant que les amateurs…