La Lucarne




À PROPOS DE L'AUTRICE
Jacqueline Harpman
Autrice de La Lucarne
Née à Bruxelles, le 5 juillet 1929. Séjour au Maroc de 1940 à 1945. Candidature en médecine en 1951. Epouse de Pierre Puttemans, architecte, urbaniste, poète et critique d'art. Deux filles, études d'Histoire et de Polytechnique, mariées, mères de famille. Psychanalyse: Licence en psychologie à l'Université Libre de Bruxelles, en 1970. avec mémoire consacré au "Pronostic à l'aveugle sur des Rorschach de malades psychiatriques, avec comparaisons des tests en fonction de l'évolution des malades" dirigé par Mme Robaye. Psychologue clinicienne à l'Institut Fond'Roy, de 1968 à 1976. Entrée à la Société Belge de Psychanalyse en 1976. Full Member de la Société Belge de Psychanalyse et de l'Association Psychanalytique Internationale en 1987. Publications dans la Revue Belge de Psychanalyse et dans les Cahiers de Psychologie Clinique. Littérature: Romans et nouvelles. Bon, je vais faire un effort: J'ai commencé mon premier roman en 1940, à onze ans, alors que la famille partait pour le Maroc. Je me souviens parfaitement de son contenu: une petite fille, seule dans la maison, voyait tout à coup un rai de lumière sous la porte de sa chambre, et avait peur. Cela a fait une demi page de cahier d'écolier, puis mon inspiration s'est tarie. J'ignore tout à fait ce qui aurait suivi. A treize ans, dans un autre cahier, j'ai rédigé les projets des romans que j'écrirais quand je serais grande et que j'aurais acquis la maturité d'esprit nécessaire. Je pense qu'il y en avait vingt à vingt-cinq. J'ai perdu le cahier et je n'ai aucun souvenir de ce qui devait, plus tard, remplir ma vie d'adulte. Entre quatorze et seize ans, j'ai écrit une pièce de Marivaux - en moins bon - une nouvelle de Poe - en moins bon - un roman de Colette - en moins bon. Je n'étais, clairement, pas du genre précoce. Mais j'ai continué. Mon professeur de français, mademoiselle Barthe, m'a dit, des décennies plus tard, que plagier est la meilleure façon d'apprendre à écrire: j'ai été très fière d'avoir trouvé cela toute seule. Je suis une preuve vivante que l'obstination paie puisque à trente ans j'ai quand même fait quelque chose qu'un éditeur a jugé propre à être publié. Ce qui devrait faire de moi un parangon des valeurs morales. Bizarrement ce n'est pas ainsi que, le plus souvent, on me décrit.  


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

« Les Thébains sont sûrs qu’il y a, à propos de tout, une idée déjà faite, bien rangée à sa place, on va la chercher, on l’applique et on ne s’in­terroge pas. Il suffisait que le Sphinx leur dise qu’il s’agissait d’une énigme, c’est-à-dire que la place de la réponse n’était pas connue, pour que, affolés, ils s’égarent, se cognent, trébuchent et ne trouvent rien. » Comme je refuse de croire qu’il en est de même pour les lecteurs du Carnet et les Ins­tants, je me permets d’éviter de raconter le livre de Jacqueline Harpman. l’idée de chro­nique littéraire n’entraînant pas nécessaire­ment celle de résumé.

Pas envie de raconter ces histoires de femmes qui se révoltent ou assument leur destin. Pas envie — en tout cas —…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:femme - "La Lucarne"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10367 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Au fond un jardinet étouffé

Chaque fin d’année, depuis onze ans, l’éditeur bruxellois Maelström…

Histoires singulières

Ah qu’il doit être bon de n’avoir jamais lu Muno, pour pouvoir enfin le découvrir. Avec Histoires singulières , «Espace Nord» ouvre cette porte au jeune lecteur, ou rend le sourire à l’étourdi qui avait prêté son édition de Jacques Antoine et qui, comme de juste, ne l’avait jamais récupérée. Enfoncez-la, cette porte, pour vous perdre dans les brumes délicieuses ; entrez dans cette gare qui semble abandonnée, qui ne figure sur aucune carte ; tombez amoureux de femmes évanescentes. Les dix nouvelles de ce recueil racontent des histoires d’hommes pris au piège de leur solitude, de leur ennui, des hommes qui, au creux de leur existence insignifiante, de la banalité et de la monotonie, découvrent un jour une brèche, et s’y engouffrent tout entier. Celui-ci travaille dans une agence de voyage mais ne voyage pas. Il se laisse hypnotiser par l’immobilité d’iguanes exposés dans la vitrine d’un libraire. Et l’on assiste peu à peu au « brusque surgissement du rêve dans le réel ». Celui-là, dans un bar du bout de la digue où il fait traîner ses heures de chômage, rencontre un gant de femme, oublié dans la fente de la banquette, et entame avec lui une irrésistible histoire d’amour : « On s’envoyait les doigts en l’air, on s’empaumait jusqu’à l’extase ». Cet autre, dans son appartement de bord de mer, aperçoit chaque matin une chaise vide sur la plage déserte. Le temps qu’il se retourne, elle a disparu. Il va alors se mettre en chasse pour la voir disparaître . Muno nous entraîne dans des villes qui se déplient et s’ouvrent en d’oniriques labyrinthes, il jette des ponts infinis sur des mers grisâtres ; bien souvent chez lui c’est le « réel » qui copie la fiction. Et si son univers nous déroute, c’est parce que ses histoires nous laissent tant de place à nous, les lecteurs. Nous nous égarons avec ses personnages qui nous ressemblent dans ces parenthèses où le temps n’existe plus, où l’on est à la fois le petit enfant naïf et le vieil homme si près de mourir, dans ce monde d’horloges déréglées, d’espace sans borne. Car chez Muno, tout est lié à ces frontières, qui sont poreuses, entre le quotidien et l’impensable. Ses héros passent ce qui reste une muraille pour les autres. Il y a du Cortazar chez Muno, du Poe, mais avec de l’humour – car on ne peut imaginer Jean Muno sans le rire, ou le sourire en coin. Entre deux chaises, toujours : au mitan du tragique et du comique, dans cette zone baroque où l’on retrouve tant d’artistes et d’auteurs belges. N’oublions pas que le fils du poète Constant Burniaux, au moment de se choisir un nom de plume – de définir son identité – a opté pour le nom du village gaumais minuscule, non loin de la frontière française, où il allait passer ses vacances étant enfant. Plus qu’un nom, c’est un univers. Quant à la langue, elle mérite qu’on s’y attarde. En effet, si ces nouvelles, qui nous tirent hors du monde, semblent façonnées pour être lues dans le calme et l’isolement, il n’est rien de dire qu’elles connaissent aussi la musique, et appellent souvent la haute voix : « pulpe à pulpe, on se palpait semi-pâmés » ; « nu dans une bulle bleue » ; « le monde est peuplé de crimes inaccomplis ». Et l’on songe à Verlaine, et à son rêve étrange et pénétrant…Dans son excellente postface, Thomas Vandormael nous permet de remettre l’œuvre de Muno dans son contexte, et d’en saisir l’originalité dans ce territoire parfois trop balisé qu’est le fantastique. En 1979, Histoires singulières recevait le prix Rossel.…

Plus de lumière !

Luc Baba s’est glissé dans le sillage de treize auteurs et deux autrices (que l’on n’aurait pas qualifiée de…