La belle nuit de Zaza la vache





À PROPOS DES AUTEURS
Isabelle Jonniaux
Illustrateur de La belle nuit de Zaza la vache

Isabelle Jonniaux est née à Etterbeek et vit à Bruxelles. Elle signe également des ouvrages pour la jeunesse sous le pseudonyme de Zaza.



NOS EXPERTS EN PARLENT...
ricochet

Zaza la vache en a assez de porter tous les jours sa robe à taches brunes. Une nuit, elle décide de troquer sa robe de tous les jours contre une robe de gala, une robe constellée d’étoiles qu’elle a dénichée dans une boutique. Mais Zaza ne se doute pas de tous les bouleversements que cela va entraîner, car cette robe va faire des jaloux. Entre ciel et plancher des vaches, un album plein…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "La belle nuit de Zaza la vache"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16281 ) [domains] => Array ( [0] => 9534 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

La grande dame et le petit garçon

Elle est grande, très grande. Avec son long manteau et ses robes amples, on dirait une ogresse. Elle habite la maison avec la cage sur le balcon. Devant chez elle, les enfants pressent le pas car elle fait un peu peur. Et elle a toujours un gros sac plein à craquer : est-ce qu'elle y capture des enfants ? Un jour de marché, un petit garçon fait la connaissance de la grande dame. Dans son…

Tout et rien

Un jour, Monsieur Picaillon, l’homme le plus riche de la ville, perdit la clé de son coffre. Ce même jour, Basile-le-fil, l’homme le plus pauvre de la ville, découvrit une chaîne avec une clé au bout... A partir de ce jour-là, leur vie à tous les deux va complètement changer: pour Mr Picaillon,sans clé, plus moyen d’ouvrir le coffre pour avoir de l’argent. Mais pour Basile, qui n’aime qu’entendre Lire la suite Monsieur Picaillon a tout et Basile-le-fil n’a rien. C’est aussi simple que cela et l’histoire joue sur ce binarisme avoir tout / ne rien avoir ; être tout / n’être rien. Dans un univers gris où l’opulence et le manque se ressemblent soit par amas de possessions soit par amas de rebuts, la bascule entre les deux personnages tient à une clef. Une clef d’or ! Comme dans les contes merveilleux, la clef est celle du trésor sous la forme peu poétique d’un coffre-fort. Evidemment, la clef perdue par l’un est retrouvée par l’autre. Le riche appauvri et le pauvre enrichi se retrouvent sur un banc. Monsieur Picaillon récupère sa clef et Basile-le-fil la rend avec soulagement. Dans un livre à l’histoire convenue, le dénouement apporte une originalité. Contrairement à la majorité des contes, il n’y a pas de fin heureuse et les chemins des deux protagonistes se séparent sans modification aucune des comportements ni de l’un ni de l’autre. Basile-le-fil poursuit son chemin, heureux sous son parapluie et Monsieur Picaillon conserve et protège sa maison. En dépit de signe d’adieu empathique de Monsieur Picaillon, seuls les animaux, chat et chien, semblent regretter leur éloignement. Les personnages de la fable, le capitaliste à redingote et haut de forme, le pauvre avec son allure de randonneur scout semblent caricaturaux. La morale quant à elle traduit un état de fait « hélas, tout le monde sait que ceux qui ont tout regardent rarement ceux qui n’ont rien ». Cet album manque d’élan pour engager les enfants à réfléchir et chacun engagé dans sa voie y reste puisque même le hasard n’amène pas de modification. Le message véhiculé contredit les intentions de l’auteure. Danielle Bertrand…