Justices (tome 2) : Zéro absolu


RÉSUMÉ

En plein été, un blizzard aussi terrible que mystérieux se déchaîne sur Nova City… Mais pour d’obscures raisons, les deux ligues de justiciers sont accusées et mises en prison sans le moindre procès. Comment prouver son innocence alors qu’on est enfermé dans le plus horrible pénitencier de tous les temps ?

Heureusement, Camille ne perd pas espoir. Bravant le froid et les forces de l’ordre, il tente de libérer ses amis et de déjouer le terrible complot dont ils sont victimes. Accompagné de l’ourson P-L, son éternel compagnon, Camille affronte tous les dangers. Mais les deux amis ne sont pas au bout de leurs peines : à Nova City on ne sait jamais à qui on peut faire confiance..




À PROPOS DES AUTEURS
Gihef (Jean-François Baudot)
Illustrateur de Justices (tome 2) : Zéro absolu
Gihef, de son vrai nom Jean-François Baudot, est un dessinateur et scénariste de bande dessinée né en Belgique le 27 mars 1974.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Justices (tome 2) : Zéro absolu"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16311 ) [domains] => Array ( [0] => 9208 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Panique dans la brousse

C'est un beau jour pour la 8ème P.E.A. (traduisez ce sigle inconnu par Patrouille Eléphantesque d'Assaut) qui rentre à…

Les contes classiques en bandes dessinées ! Les lutins de Grimm et autres contes

L’ouvrage reprend les plus grands contes de Perrault, Grimm et Andersen, mis en images par onze dessinateurs. Chacun des auteur est introduit par une page de présentation de sa vie et son œuvre Des contes indémodables qui prennent ici une nouvelle dimension grâce à de jeunes talents de la bande dessinée. Les scénaristes et dessinateurs de cet ouvrage proposent aux jeunes lecteurs une découverte ou une relecture de contes célèbres de Charles Perrault, des frères Grimm et d’Andersen. Cette adaptation graphique apporte une épaisseur nouvelle à ces contes en donnant forme et relief à la noirceur de certains personnages (tels que Barbe Bleue ou le Loup qui s’en prend à la grand-mère du Petit Chaperon rouge), à la dimension poétique et intemporelle des intrigues (dans Le Rossignol ou La Petite fille aux allumettes d’Andersen), et enfin à la morale qui clôt les récits. Images, bulles et récitatifs rendent de ce fait parfaitement hommage à ces contes traditionnels. Ils en en soulignent la modernité en croquant les vices et les angoisses de l’espèce humaine. Le plus de cet ouvrage ? Une page documentaire est consacrée aux différents auteurs et est placée avant les quatre contes mises en images qui leur sont relatifs dans cette « anthologie ». Elle permet au jeune lecteur de resituer l’écrivain dans son époque et précisent…

Au cœur de la montagne

Un jour, Nella est traversée d’un sentiment impérieux : Nonna va bientôt s’éteindre, ses pulsations cardiaques s’affaiblissent, ses respirations sont comptées. Faisant fi des obligations scolaires et de l’autorisation parentale, elle décide alors de se rendre sur la Montagne. Cet endroit où elle a passé une partie de son enfance avant d’être emmenée dans la Vallée ; ce lieu ardu et mystérieux que sa grand-mère, elle, n’a jamais quitté. Le chemin est malaisé, d’autant que le froid et les flocons s’abattent sur l’adolescente, le paysage… et certaines pages de l’album (dans un incroyable rendu graphique !). Nella se réfugie, le temps d’une halte sèche, à l’intérieur de la chapelle du village. Dans une pénombre chargée de prières, de statues, d’incantations, de bougies et de totems, elle aperçoit, accroché à un mur, un ex-voto intriguant l’œil : «  Nella Salvat Torrent  ». Étrange… L’adolescente poursuit sa route à travers une nuit violette, ses foulées rythmées par une comptine sibylline qui commence ainsi : « Une main, deux bottes / trois fourches, quatre pattes / cinq noix dans une poche / coule, coule torrent de roche…  » Rompue, elle parvient enfin dans la demeure de l’aïeule… Trop tard ?«  Pleure, Moineau, pleure / Pleure puis. Tu iras au torrent / Au torrent ? / Tu es sa petite. Tu vas devoir faire ça pour elle  » Quelle est donc la mission dont est chargée Nella ? Et, surtout, quel est le lien puissant qui la ramène sans cesse aux flots impétueux du cours d’eau ? Par le truchement de montagnards (un pêcheur de truites aux jambes d’échassier, le terrible guérisseur chamanique Barbagallo, le chasseur Celestino à la fourrure odorante et d’autres encore), puissantes incarnations des traditions ancrées et du passé vibrant, elle va remonter peu à peu le courant des souvenirs et se rapprocher de la source oubliée…L’univers graphique de Sarah Masson et Michel Squarci impose le respect par une composition très dense et travaillée, ne s’offrant pas de prime abord. Dès lors, une simple lecture se transforme en une expérience délicieusement exigeante, immensément gratifiante. Les yeux se plissent pour percevoir les infinies subtilités illustrées et les caractères blancs du texte. Ils fouillent et détaillent les planches, trouvaille colorée par trouvaille collée. Ils se perdent, se posent, s’écartent, se fixent ; cherchent le fil délicat tissant des images de toute beauté. C’est un voyage initiatique, troublant et nécessaire, tant pour Nella que pour le lecteur qui lui emboîte le pas avec une curiosité déterminée, au cœur de la montagne. Samia Hammami Nella n’a plus le choix. Le vent glacé a dévalé depuis la montagne pour lui souffler la nouvelle : Nonna va mourir. L’adolescente veut revoir sa grand-mère avant qu’il ne soit trop tard. Elle va retrouver les lieux sauvages de sa petite enfance et les traditions des montagnards. Mais si Nella a oublié pourquoi elle a un jour quitté la montagne, celle-ci ne tardera pas à lui…