Julie ou la dissolution


RÉSUMÉ
Nouvelle dactylo engagée par une revue scientifique, Julie Malchair va entraîner ses collègues à se libérer des contraintes de la routine et de la vie sociale. Une libération qui se terminera par un festin orgiaque dans les bureaux.


COUPS DE CŒUR ET SÉLECTIONS

PRIX
  Prix Charles Plisnier, 1971

À PROPOS DE L'AUTEUR
Marcel Moreau
Auteur de Julie ou la dissolution
Marcel Moreau, né dans le Borinage. Depuis toujours obsédé de femmes et de mots, allant des unes aux autres, avec détours par les voyages, la société, l’alcool, ce dernier jusqu’en 1990. Fut longtemps correcteur dans la presse parisienne. Se lève chaque jour à 5 heures du matin, réveillé par l’écriture, le soir couché par elle, sonné, ou appelé par l’Amour. Fait grand cas de ses lectrices, leur doit beaucoup. Voudrait mourir soit de Verbe, soit de Vénus. Encore mieux : des deux, d’un seul tenant, si possible. Mû par un rythme inexorable, de possédé. Anticartésien. Creuse l’irrationnel, y descend. Sa passion : éclairer les instincts, leur donner la parole, les «monter» en créativité, en philosophie même. Leur rendre la vue, le flair, l’ouïe. Replacer le corps au centre des activités de l’esprit. Chercheur plutôt que raconteur d’histoires. Poète pour la «musique des mots». Pour en faire «chanter ou danser» le sens. Manuscrits illisibles. Une curiosité, qui enthousiasma Dubuffet, entre autres. Les met au clair sur une vieille machine Olivetti. Ensuite confie le tapuscrit à sa fille, pour saisie sur ordinateur. En 1968, il emménage à Paris. Sort peu, voit peu de monde. Pas de «dîners en ville», a horreur des mondanités. N’apprécie que les rencontres de tonalité sensorielle, exempte d’intellectualisme. Est souvent sollicité – trop – pour des préfaces, ou par des revues. Vit intensément, donc ne connaît pas sérénité. Secondaire, pour lui, la question du bonheur. Il préfère les vertiges. Celui d’aimer, celui d’écrire, et aussi celui qui lui vient de sa passion de la vérité, comme de la liberté. Il décède en avril 2020, à Paris.


NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Publié en 1971, il y a près de 50 ans donc, chez Christian Bourgois, le roman Julie ou la dissolution n’a pas pris une ride et pour cause puisque ce récit entraîne lecteurs et lectrices dans une expérience existentielle quasi universelle à partir d’une réalité relativement banale. À la suite de son personnage, nous sommes entraînés dans des interrogations sur ce que nous sommes, ce qui nous lie aux autres, le sens de nos actes, des interrogations plus charnelles, sensuelles, provocatrices que rationnelles ou cartésiennes.Sur le chemin du travail, le narrateur assiste à un accident de la route, d’apparence faussement banale comme nous le découvrirons bien plus tard, et retrouve ses collègues au bureau : Jacques, Paul et Yvette.…


Karoo

La collection Espace Nord, qui s’attache depuis 1983 à rééditer des œuvres de littérature francophone de Belgique, publie Julie ou la dissolution, suite au décès de son auteur, Marcel Moreau, en avril 2020. 


Hasch travaille à Toutes-Sciences, un magazine scientifique où il est correcteur et aussi malheureux. Il y rencontre Julie Malchaire, dactylo incompétente et paresseuse. Au lieu d’y voir un défaut, Hasch prend l’apathie de Julie comme une action politique, et commence à l’imiter, entraînant ses collègues…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:hasch dissolution roman collègues récit oeuvre monde du travail corps personnage femme effort - "Julie ou la dissolution"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9548 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Le mystère de la femme sans tête

Fin 2020, sur la pelouse d’honneur de la Seconde Guerre mondiale…

Norma, roman

Norma, roman est paru en 2006 aux éditions Luce Wilquin. Lauréat du prix Charles Plisnier en 2007,…