FHW, architectes et Nicolas Ancion, écrivain


RÉSUMÉ

Le livre propose une rencontre entre des architectes à propos d’un projet précis et d’un écrivain. Le texte de Nicolas Ancion s’intitule « Le poète fait construire ».


À PROPOS DE L'AUTEUR
Nicolas Ancion
Auteur de FHW, architectes et Nicolas Ancion, écrivain

Né le 23 mai 1971 à Liège

Licence en Philologie romane, Université de Liège

Scénariste

Un auteur ne grandit jamais. On a beau lui demander de jouer les adultes, il préfère se retirer dans son coin, avec ses mots et ses cahiers, pour réinventer le monde. Depuis six ans, je ne fais plus que ça et c’est contagieux : j’aime partager cette passion avec les lecteurs, des plus jeunes aux plus vieux.

 

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "FHW, architectes et Nicolas Ancion, écrivain"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9631 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Parler en public avec plaisir

Parler n'engage pas que notre tête mais mobilise véritablement…

Tours & Détours. Les plus belles expressions du français de Belgique

« Vous êtes en rac » avec un cadeau ?  Pas de problème, Michel Francard vient à votre secours. Ça ne va pas vous « coûter un pont », et ce n’est pas comme si vous alliez « acheter un chat dans un sac » !!Faut-il présenter l’auteur ?  Michel Francard est linguiste et lexicographe, professeur à l’Université Catholique de Louvain et auteur de plusieurs ouvrages, toujours intéressants, parfois assez techniques, souvent utiles – comme le Dictionnaire des belgicismes , dont un mien ami, Français de naissance mais professionnellement plongé dans le « pot belge » fait grand cas et grand usage. Le présent ouvrage est, pour sa part, très amusant, autant par la thématique abordée que par le style alerte de l’auteur et les illustrations qui ponctuent les différents articles.  Le lecteur, indigène, autochtone ou étranger, y découvrira un florilège des expressions qui font le sel du « parler belge » avec, pour chacune d’entre elles, une information historique (par exemple une attestation chez Boileau ou dans le Littré… ou chez Thomas Gunzig)  ainsi qu’une « explication de texte » rédigée avec humour et virtuosité.  On n’est plus là dans « la chasse aux belgicismes » des années normatives et du complexe d’infériorité par rapport à la norme incarnée par le « beau » français mais bien dans la redécouverte amusée et la réappropriation des spécificités linguistiques de chez nous, qui sont parfois liées au latin, venu à pied du fond des âges, suivant la belle formule de Julos Beaucarne.J’aurais bien envie de vous dire que « je ne vais pas la faire longue », comme l’écrivait Madame de Sévigné dans une lettre du 3 avril 1671 qu’elle adressait à sa fille (non, je ne le savais pas avant d’avoir lu Tours et Détours ), mais il faut quand même que je vous dise encore que la préface de Patrick Adam est très belle et poétique, que la postface vous donnera l’envie de relire le livre, dans le désordre ou dans l’ordre qu’il vous plaira avec l’aide de l’index des expressions.On n’y trouve pas le – devenu – mythique « Je vous dirai quoi » dont j’ignorais absolument qu’il ne fût pas universel, dans les limites de la francophonie évidemment, avant d’avoir vu le film  Bienvenue chez les Ch’tis et le pataquès provoqué par cette expression qui dit pourtant bien ce qu’elle veut dire.En tout cas, n’hésitez pas à faire le tour de ces Tours et Détours.  Un livre à offrir, à vous offrir, à vous faire offrir. Marguerite Roman Baraquîs de kermesse, s'abstenir!C'est du sérieux... mais sans prise de tête.De nombreuses expressions typiques émaillent la parlure des francophones de Belgique. Ces bons vivants pour qui tirer son plan est un réflexe inné, ces pragmatiques qui détestent rester en rac , ces humoristes qui se plaisent à jouer avec les pieds de quelqu'un ont le souci constant de ne pas attraper le gros cou et de conserver…

1944 : La bataille de Normandie : Tome 3 : Tigres sur Villers-Bocage

La bataille de Normandie - tome 3  Le 12 juin 1944, le débarquement est d'ores et déjà une réussite. La première vague de Panzer lancée par Rommel pour rejeter les Alliés à la mer a lamentablement échoué. Les défenseurs allemands sont épuisés tandis que les troupes d'Eisenhower ne cessent de se renforcer. Le point de rupture est atteint et le front germanique craque sous les coups de boutoir de la 7th Armoured Division. Cette unité de vétérans de la guerre dans le désert n'a pas compris qu'on ne se bat pas dans le bocage comme on le ferait dans les dunes. Une compagnie de chars lourds sous le commandement de l'as allemand Mickaël Wittmann va leur apprendre cette dure leçon tactique. Une poignée de Tiger va stopper net cette division britannique à Villers-Bocage. L'engagement blindé décortiqué dans ce troisième opus est devenu depuis aussi mythique que celui de Léonidas à la bataille…