Et surtout j’étais blonde






NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Dans le recueil poétique superbement illustré par Marie Boralevi, Corinne Hoex cisèle en des textes aussi percutants que concis un univers trouble gravitant autour de l’enfance, de la condition féminine. Sous la forme de comptines acérées, elle nous plonge dans la loi de la prédation masculine, dans le ballet de la blondeur enfantine et de son saccage. Les exergues d’Annie Ernaux et de Caroline Lamarche donnent le ton de cette éducation/déséducation sentimentale que l’auteure de Ma robe n’est pas froissée, Le grand menu, Le ravissement des femmes déplie en six scansions allant de l’état de grâce à la mise à mort de la nymphette. L’échiquier de la séduction féminine et de la destruction ne ménage aucune issue : toujours déjà écrite, l’histoire distille…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Et surtout j’étais blonde"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9176 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

La maison basse

Recueil de poèmes inspirés du quotidien, de la nature et de l'amour.

Ajoie

Evocation poétique de la vie rêvée de saint Froment, sur le plateau de l'Ajoie. Prix Goncourt de…