Èl vî ome atôche sès mwins


Èl vî ome atôche XX sès mwins

Ô, mès mwins qui sʼin vont, qui sʼ pièdʼneut come in richot dins lʼ sâbe… Pouqwè vos-in-daléz ? Djʼé co tant dandji dʼ vous. Mès bounès mwins, mès fôtès XX mwins, quʼont tant tayi, fautchi, fouyi, fourtchi, quʼont tant coubʼzaci XX dès pʼtits djambots XX , dès djaubes èt dès bwèches XX , dès satchîyes dè canadas, mès mwins quʼont tant scrît, tant toûrnè dès pâdjes, mès mwins quʼont carèssi, mès mwins quʼont tʼnu lʼ fuzik pou lʼ cache XX èt co – faleut bin – lʼ fuzik pou lʼ guêre, mès vîyès mwins, dures, à tchalons XX , qui nʼ sintint nin dʼdjà lès spènes, dèvʼnûwes si coches XX , toûrnéyes à mwins dʼ makéye, mès mwins quʼont trét dès mousséyes èt dès mousséyes XX , mès mwins quʼont satchi lʼ via, èyʼ édî lʼ bèrbis à fé sès djon.nes, mès mwins quʼont côpè lʼ goyî XX dou pʼtit bèdot, ― faleut co bin. Dès mwins dʼ mémwêre,…


À PROPOS DE L'AUTEUR
Willy Bal
Auteur de Èl vî ome atôche sès mwins


Willy Bal est né le 11 août 1916 à Jamioulx. Tôt attiré par les lettres, le jeune Bal restera toujours proche de ses origines rurales, et sa langue de prédilection sera celle qui lui permettra de dire la fidélité à ses racines. Sa vocation de poète dialectal s'éveille alors qu'il est encore en humanités. Étudiant en philologie romane, c'est tout naturellement qu'il se tourne vers la dialectologie : il consacre à cette discipline son mémoire de licence, puis une thèse de doctorat, tôt achevée et partiellement publiée sous le titre de Lexique du parler de Jamioulx (1949).

S'éveille ainsi une double personnalité de théoricien et de praticien. Ce que Bal ne cessera jamais d'être : auteur d'une étude sur le rude métier de bûcheron, n'aura-t-il pas mis préalablement la main à la cognée? D'un côté une œuvre littéraire abondante : principalement poésie (Oupias d'avri, 1935, Poques èt djârnons, 1957; on rassemblera en 1991 ses Œuvres poétiques wallonnes 1932-1990, mais aussi récits en prose Fauves dèl Tâye-aus-Fréjes èt contes dou Tiène-al-Bije, 1956) et éditions de textes. Sur l'autre versant, une réflexion à propos de la culture régionale et de sa place dans la culture mondiale. Une réflexion qui ne craint pas de s'exprimer dans la langue du cœur (El région dins l'monde, 1936).

Avec Maurice Piron, qui fut son complice, Bal exigera de la poésie wallonne des qualités d'inspiration et de forme à même de la faire dialoguer avec les grandes littératures du monde. D'ailleurs, les expériences qu'il glane dans la littérature dialectale, il les rapproche volontiers d'autres quêtes, comme celles de Péguy de Ramuz et de Pourrat, écrivains-frères à qui il consacre plusieurs études. Bien plus : l'intellectuel, à qui sa foi a insufflé le sens de la responsabilité, refuse de s'enfermer dans quelque bois sacré; sa réflexion finira par porter sur l'importance du mouvement régionaliste dans son ensemble (voir La faillite de 1830? Èlie Baussart, La Terre wallonne et le mouvement régionaliste, 1973).

La guerre et la captivité marqueront profondément l'homme et l'œuvre littéraire. Le premier y sera soumis à l'épreuve de la déchirure, et approfondira ses convictions démocrates ; la seconde y gagnera un souffle et une âpreté dont témoigne Au soya dés leus (1947).

D'abord professeur dans l'enseignement secondaire, Willy Bal rejoint l'université en 1956. Ici encore, l'expérience est vécue sur le mode intense : à la jeune Université Lovanium, au Congo belge, Bal se met à l'étude du monde neuf qu'est l'Afrique. Il en apprend les langues, mais se penche aussi sur le destin des langues romanes qui ont provigné sous l'Équateur, et devient un éminent spécialiste du portugais. En étudiant ces fructueux contacts entre langues et cultures, il fait assurément œuvre de pionnier : ce n'est que récemment que la créolistique ou l'étude du français d'Afrique ont connu le développement prodigieux que l'on sait. Ici encore se marient le souci du détail informé, que Bal tient de sa formation philologique et dialectologique, et les perspectives générales que lui inspire sa personnalité généreuse. D'un côté, un pan important de son œuvre est fait de l'édition et de l'annotation de textes historiques africains (Description du royaume de Congo et des contrées environnantes par Filippo Pigafetta et Duarte Lopes, 1963, Le royaume du Congo aux XVe et XVIe siècles, 1963) ou encore de réflexions étymologiques et lexicologiques (nombre de travaux de détail sur ces faits sont réunis dans Afroromanica Studia, 1979, et dans Africa Romanica, 1988). De l'autre, Bal, un des tout premiers, a su affirmer à ceux qui se soucient de la vie du français que l'avenir de cette langue est en Afrique, et que seul le développement, dans le respect de l'autre, le garantira.

Homme de progrès dans le monde, Bal l'est aussi dans les disciplines qui sont les siennes : il a tôt vu l'intérêt qu'il y avait à appliquer la perspective structuraliste aux études dialectales. Mais il est aussi homme de clarté et de synthèse, comme l'a récemment montré la publication de Limes I (1992). Bal a ainsi su prendre la mesure de tous les acquis de la linguistique romane traditionnelle, cadastrée dans une Introduction aux études de linguistique romane (1966), devenue un classique, et dans un Guide bibliographique de linguistique romane (1978; avec J. Germain), suivi d'une Bibliographie sélective de linguistique romane et française (1991; avec J. Germain, J. Klein, P. Swiggers). Mais chez lui, la synthèse est toujours critique on le voit ainsi militer pour une linguistique humaniste, entendant ne jamais couper la langue de ses déterminations sociales et historiques. En pleine ère formaliste, il est un des premiers en Belgique à réclamer une place pour la sociolinguistique.

En 1965, en effet, Willy Bal rentre dans son pays, à l'Université de Louvain. Membre de la Commission royale de toponymie et de dialectologie, et de la Société de langue et de littérature wallonnes, il est élu le 9 novembre 1968 à l'Académie royale de langue et de littérature françaises. Membre du Conseil international de la langue française, l'éditeur du Dictionnaire de l'ouest-wallon d'Arille Carlier (1991) l'est aussi du Conseil des langues régionales endogènes de la Communauté française de Belgique.

La fidélité aux origines va parfois de pair avec le repli sur des traditions sclérosées, et avec le refus de l'autre : l'autre dans l'espace – l'étranger –, et l'autre dans le temps : l'histoire. Willy Bal fait assurément mentir ce poncif, lui dont la robuste stature évoque le géant Antée, qui reprenait force chaque fois qu'il touchait cette terre dont il était issu : mieux que tout autre, il a montré par sa vie et par son œuvre qu'on ne pouvait vraiment être du monde qu'en étant d'un lieu et d'un temps, et, qu'en échange, l'approfondissement de ce que l'on est ouvre à tout l'homme. Si l'œuvre de Willy Bal est un hymne à la verdeur du terroir, le mot de nostalgie convient donc mal pour décrire une pensée exigeante, toujours tendue vers l'avenir.

Willy Bal est décédé le 18 août 2013



FIRST:mès mwins - "Èl vî ome atôche sès mwins"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 10141 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Cinquyinme dîmègne di Pauque

Li pasquéye si passe dins l’èglîje di Baye. Il èst chîj…

Lès bolèdjîs Pètcheûr do Bork. (Dès djins èt dès mèstîs d’ ayîr.)

(En wallon de Saint-Hubert) Prumîre jènèrâcion Mu grand pére , Félicyin Josèf Pètcheûr, è vnu ô monde lu 5 do mwès d’ mê an 1845. Sès parints èstint Jean Josèf Alècsis (03.06.1798) èt Marie Thérèse Beaupré (15.01.1807). Duvè sès dîj ans, il alèt a scole pa l’ roûwe d’ Hamêde. Lu frére du s’ mére Nicolas Josèf Beaupré (30.01.1821) èt s’ fème, Marie Léyopoldine Jacques (25.03.1825), èstint cinsîs èt i dmorint o numèro 33 èt leûs stôles o numèro 35 du ç’ voye la ; asteûre c’ èst l’ mutuèle catolike. Lu 16 do mwès d’ mârs an 1856, sa tante Marie Léyopoldine Jacques donèt l’ djoû a one pètite bwêçale : Marie Augustine Beaupré. An alant ou an rvènant du scole, mu grand pére alèt bèrcè su ptite couzine. Sovint, i dmandèt : « vos m’ l’ ordrez, ma tante ? » Couzin èt couzine ont créchi asson.ne, i djouwint asson.ne, il ont stî o bal asson.ne… Èlle a cand min.me oyu l’ tins d’alè a scole jusk’ a sêze ans. Lî a t’ on ordè ? Ou putônt, s’ ont-i vèyu volti ? Cand il a oyu trante ans èt lèye dîj noûf, i s’ont mariè lu 16 do mwès d’ jun an 1875. Il ont oyu catônrze èfants inture 1876 èt 1902. Sèt’ valèts èt sèt’ bwêçales, totes lès bwêçales ont stî costîres et tos lès valèts ont passè o for po-z-aprinde lu mustî. Dj’ ê atindu on djoû mon.nonke Jules dîre a m’ pére : ─ C’ èst nin po ça sés’, mês nosse mére, èlle èstèt todi ôtrumint ! Félicyin, mu grand pére, èstèt cinsî. Lu façade dol cinse su stindèt do numèro swaçante sèt’ o numèro sèptante sèt’ al roûwe do Mont. Inture lu numèro swaçante noûf èt l’ numèro sèptante èt yonk, i gn-avèt on passadje ki minèt al coûr padrî avou lès stôles, one pètite grègne, lès gurnis èt l’ ancènî. Lès couchèts èt lès bièsses a plumes (pouyes, canards…) dol cinse s’ î porminint a l’ lache. Come dins totes lès cinses du ç’ tins la, o drî dol môjon sèptante sèt’, i gn-avèt on gros forni. Mu grand mére î cujèt l’ pwin. Lès famîyes Pètcheûr, Beaupré, Félix èt aparintéyes avint chacune dupus d’ dîj èfants. Ptit a ptit mu grand mére a cû l’ pwin po totes cès famîyes la èt po lès cis ki vlint do pwin da Marie Féliciyin k’ èstèt si bon. Al comune, èlle èstèt min.me ransègnéye come « boulangère ». Do ç’ tins la, lès fors èstint dès fors a bwès. Po-z-alumè l’ feû, i s’ sièrvèt d’ fagots bin sètchs fêts avou dès coches du sapin. Dès bwès d’ cwade findus tènes èt bin sètchs ossi, dès chunes, brûlint a fére on feû du tos lès djâles. Cand i n’ dumorèt pus k’ dès sanes èt dès ptites bréjes, lu bolèdjî rutirèt totes cès sanes èt cès ptites bréjes la avou on grand rôve du fyinr. I lès rôvlèt dins on grand batch dumi rond k’ on lumèt l’ ètoufwâr. Lu for èstant bin tchônd, on plèt afornè lès pwins. Po fêre lès fagots èt lès cwades du bwès, lu bolèdjî fèt martchî avou on bokion sins ovrâdje. I payèt mitan an sous èt mitan avou dès pwins d’ deûs kilos. Onk dès bokions èstèt on pôn tourciveûs èt il avèt l’ toûr d’ amantchè lès chunes du crèsse po fére dès vûdes inture zèles ; insi, i falèt mwins’ du chunes èt mwins’ du tins po fére one cwade. I gangnèt dès deûs costès. Mu grand pére, ki n’ èstèt nin pus bièsse ku l’ bokion, lî dit on djoû : ─ I m’ son.ne la Lèyon, ku t’ fês bramint dès trôns dins tès cwades ! ─ Bin choûte bin la Féliciyin, i m’ son.ne ku t’ fês bramint dès trons dins tès pwins ossi, sés’ ! On ptit vwèsin, Lèyon, vlèt duvnu bolèdjî ossi. Il avèt vnu trovu m’ grand pére : ─ Dju vourè bin travayè o for avou vos, Félicyin, po-z-aprinde lu mèstî. ─ Tu n’ vous pus ‘nn-alè a scole ? ─ Nèni hin ! Dj’ è sé ddja dpus k’ lès mêsses ! Dju l’s-ènn-î aprindrè bin ! Dupouy çu djoû la, il èstèt o for dol pikète do djoû jusk’ al nwâre nut’. Mês mu grand pére nu l’ lèyèt nin alè ôtoû dès pôsses. Pocwè ? Pace ku chake cônp k’ on dzèt a Lèyon d’ alè s’ lavè, i rèspondèt : ─ I gn-a k’ lès niches ki s’ lavant ! On djoû k’ Lèyon fèt co s’ tièsse du vèrbok èt n’ vlèt nin s’ runètchè, mu grand pére lî dit : ─ T’ ès cand min.me on singulier, sés’, Lèyon ! ─ Ây, èt vos, on plurièl, Félicyin ! Deûzime jènèrâcion Cand l’ pus vî dès-èfants, Josèf (19.07.1876) a oyu doze/trêze ans, lu mére l’ a voyè come mitron amon Buck, bolèdjî so l’ place do Martchî. O cminçmint, il a surtout sièrvu a chovè l’ atelier mês ptit a ptit, come il èstèt malignant èt fwârt, il a vitmint apris l’ mèsti èt sès finèsses. A kinze ans, il a rintrè al môjon èt c’ èst li k’ a fêt rotè l’ bolèdjrîe an êdant Marie. Il ont agrandi l’ forni èt drovu on magazin. Lu pére a achtè on ptit tchfô èt one camionète cand Josèf a oyu l’ âdje du fére dès tournéyes dins lès viyâdjes. Ça duvnèt one vrê bolèdjrîe, çu n’ èstèt pus on forni po cûre pou leû famîye èt lès parints. A pôrti du ç’ momint la, mu grand pére a pris s’ pôrt dins l’ bolèdjrîe, surtout tins d’ l’ iviyinr. Lès djon.nes djins ont cmincè a su rtrovu o for al cîze po î djouwè ôs côtes ou fére dès toûrs du fwace ku mon.nonke Josèf gangnèt todi vu k’ il èstèt l’ pus fwârt. Sayez du v’ coûtchè so on satch du farine du çant kilos èt du v’ rulèvè avou ! Josèf èstèt l’ seûl al rèyussi. Du ç’tins la, cand l’ arméye fèt lès maneûves, lès djins duvint, dins totes lès mojons, vûdè lu prumîre place ki donèt so l’ voye èt î stinde one coûtche du paye po lodjè lès sôndârds èt l’ vaye, duvèt nouri tos lès omes. Come mu grand mére èstèt bolèdjîre so lès lisses dol comune, èle duvèt forni ostant d’ pwins. On houkèt m’ pére ki ruvnè êdè Josèf tote lu duréye dès maneûves. Il a dmorè o for jusk’ an mile noûf çant sèt’, cand li ossi s’ a mariè. Dj’ î rvinrans ! Lu deûzime èfant èstèt one bwêçale : Irma Marie Lèyopoldine Constantine (12.02.1878). Su vîe a stî coûte mês fwart eûreûse lès vint’ chî prumîres anéyes tins k’ èle vikèt avoû ses parints mês su mariâdje a sti on calvêre k’ a durèt onze ans. Èlle avèt tumè so on mèchant ome ki l’ batèt, èle a stî ancinte cink côps mês n’ a oyu k’ deûs èfants vicants télmint ku l’ fôn Emile Bènwèt, s’n-ome, lu fèt sofru. Po bin v’ mostrè k’ il avèt oyu on cônp d’ martê d’ trop èt ki n’ èstèt nin come on-ônte, cwabjî d’ mèstî, il avèt fêt deûs êles an cûr, su lès avèt amantchè so l’ dos, pus avèt stî lès sayè al sucayîre an sôntant do dzeû dol carîre. Tumè come one masse jusk’ o fond, i s’ ènn-avèt tirè avou mwintes cwaches èt one djambe casséye. On lî avèt ramantchè avou deûs tènes plantchètes fwart sèréyes avou one bande. Il a chalè tote su vîe èt rotè avou one cane ki s’ avèt ctayè dins one brantche du bèyônle. Ça n’ l’a nin aspètchè du bate sa fème, tante Irma. Èlle è ratindu famîye po l’ prumî cônp avant l’ mariyâdje. Du ç’ tins la, c’ èstèt one târe, èlle alèt èsse mostréye do dègt tote su vîe èt l’ èfant srè trêtè d’ bastârdè pus tôrd, dins l’ coûr dol sucole. Lès seûrs Bènwèt, k’ èstint dol « Ligue dès fèmes », ont sayè du sôvè l’ oneûr. Èles ont amènadjè Emile èt Irma dins one môjon a Bressoux. La, è vnu ô monde one pètite Juliène ki n’ a vikè ku deûs ans. Après twas/catre ans, il ont ruvnu o Bork. I dmorint o numèro sèptant twas dol roûwe do Mont. On djoû, mu pére passe duvant l’ môjon avou lu tchfô èt l’ bagnon, il atind ma tante Irma ki crîe o scoûrs, il arète lu tchfô èt mousse al môjon po foute one dèguèzine a Bènwèt. O prumî cônp d’ pougne, il sutint. Mês Bènwèt su rlève avou on bokèt d’ jate casséye dins l’…

Ègzistè, po cwè fè ?

─ Tchofile, to pôrès m’ dîre pocwè èst-ç’ k’ on-z-a vnu ô monde ? Dimeûre…