Don Juan


RÉSUMÉ
Dans un cadre carnavalesque où tout n’est que masques, fables et mensonges, du don Juan mythique, il ne reste plus qu’un bourgeois affublé de tics nerveux, médiocre, blême et gringalet. Déguisé en don Juan, il s’égare un soir dans un lupanar du nom de Babylone. Il s’efforce de se conformer à la légende de son personnage et séduit Olympia, incarnation de la Beauté. Or, il s’avère que la belle Olympia n’est autre qu’une horrible septuagénaire syphilitique qui revêt les traits…
  lire la suite sur  Espace Nord

À PROPOS DE L'AUTEUR
Michel de Ghelderode
Auteur de Don Juan
Auteur de quatre-vingts pièces, d’une centaine de contes et de poèmes, Michel de Ghelderode (Bruxelles, 1898-1962) a connu un immense succès auprès du public avec La Balade du Grand Macabre, Mademoiselle Jaïre et Barabbas. Ses pièces triomphent à Paris dans les années 1947-1953 et Ghelderode meurt au moment où l’Académie suédoise avait décidé de lui décerner le prix Nobel.

AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:xfirstword - "Don Juan"
stdClass Object ( [audiences] => [domains] => Array ( [0] => 9212 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Les Flaireurs suivi de Pan

Avant-propos de Georges Sion Introduction…

Facteur humain

Comment raconter le monde et notre époque ? En le contant ! Tel est le pari artistique de Thierry…

Bruxelles, printemps noir suivi de Scandaleuses suivi de 1953

Conçues à des moments et dans des contextes bien différents, les trois pièces ici rassemblées témoignent du parcours théâtral de Jean-Marie Piemme, de son évolution et de la diversité de son travail. Créée par Philippe Sireuil au Théâtre des Martyrs, Bruxelles, printemps noir prend pour thème les attentats de Bruxelles du 22 mars 2016. Jean-Marie Piemme avait conçu une fiction sur le thème des attentats avant que n’aient lieu ceux de Bruxelles et il a réécrit son texte en tenant compte de cette nouvelle réalité traumatique et des multiples réactions qu’elle a engendrées. Scandaleuses (1994), sa cinquième pièce, gravite autour du personnage d’Anna, actrice passionnée d’elle-même autant que de son art, qui vit au rythme de ses caprices, mais aussi de son profond désir d’absolu. Jean-Marie Piemme entraîne ici le spectateur dans une méditation sur la théâtralité inhérente à toute existence humaine. Dans 1953, écrite quatre ans plus tard, la réflexion sur le théâtre passe à l’arrière-plan, au profit d’une interrogation sur l’histoire de l’après-guerre en Belgique et sur la complexité des « chemins…