De la terre dans mes poches



À PROPOS DES AUTEURS
Françoise Lison-Leroy
Autrice de De la terre dans mes poches

Née le 6 octobre 1951 à Wodecq.

La poésie demeure ma terre natale. Avec elle, je tente de dire la même petite chose, neuve, essentielle, qui a toute ma ferveur.



NOS EXPERTS EN PARLENT...
Le Carnet et les Instants

Un grand carnet souple, Tous mes cailloux, un petit livret coloré, De la terre dans mes poches, et nous voilà plongés dans les sons et les odeurs des mots de Françoise Lison-Leroy accompagnés des dessins de Matild Gros et de Raphaël Decoster. Des univers graphiques entourant les poèmes de Françoise Lison-Leroy que l’on rencontre dans le catalogue de la maison d’édition Cotcotcot. La matière, terre, pierre et cailloux, est le sujet principal de ce premier livret et ce premier carnet entamant de nouvelles collections.Dans De la terre plein mes poches, collection « Matière vivante », Matild Gros dessine les mots de Jean Jardinier, poème ricochant dans les souvenirs…


ricochet

C’est l’histoire d’un enfant heureux de jouer avec de la terre. Il la cache dans ses poches pour jardiner à la maison et naïvement faire « pousser des pommes et des cailloux ». Ode à la terre nourricière, l’album célèbre le bonheur simple de toucher cet élément. Inspiré d’une anecdote vécue par l’autrice avec son fils, ce poème bien contemporain est précédemment…


AVIS D'UTILISATEURS

FIRST:terre caillou poème poche dessin collection - "De la terre dans mes poches"
stdClass Object ( [audiences] => Array ( [0] => 16281 ) [domains] => Array ( [0] => 9534 ) )

Ceci pourrait également vous intéresser...

Quand Hadda reviendra-t-elle ?

Que disent de nous les lieux que nous abandonnons ? Que dit un foyer…

Dors bien, Rosalie

Les éditions du Pépin nous proposent la version française d'un album édité en 2002 chez l'éditeur flamand De Eenhoorn. La mission du marchand de sable est connue : mettre en sommeil les enfants à l'heure du coucher. De son nuage, le marchand de sable sous les traits de la lune saupoudre la terre avec ses grains. Et cela marche sauf pour Rosalie, une jeune canne, qui échappe à cette pluie de grains en s'abritant sous une feuille de rhubarbe puis sous une gamelle. Rosalie s'amuse alors avec sa trottinette, mange des biscuits, se construit une tente d'indien avec un doudou... Ce n'est vraiment pas l'heure de fermer l'oeil pour la jeune canne, mais le veilleur l'entend d'une autre oreille. Au moment où le marchand de sommeil, descendu du ciel, s'apprête à lui donner une bonne fessée, Rosalie s'abandonne à ses rêves sans qu'elle ne découvre son visage ! C'est une fois encore une belle histoire empreinte de poésie et de tendresse que nous offre ici l'auteur belge Brigitte Minne. Et les illustrations d'An Candaele y apportent leur équivalence plastique. Sur la page de gauche, sous le texte, nous découvrons les astuces et amusements de cette attachante petite canne toute vêtue de rouge, sur celle de droite, des images pleine-page du marchand de sable en pyjama qui, du ciel, observe et déverse la poudre à dormir. Les petits devraient suivre avec plaisir ce face-à-face…

Le violoniste

Après Nabil, paru il y a deux ans, Rue du Monde, qui fête cette année ses 10 ans d’existence,…